mercredi 3 juin 2020
Accueil / A la une / L’inquiétante épidémie d’incendies d’antennes-relais en Isère
Une antenne-relais. Photo d'illustration. (Crédit: Richard Revel)
Une antenne-relais. Photo d'illustration. (Crédit: Richard Revel)

L’inquiétante épidémie d’incendies d’antennes-relais en Isère

Les gendarmes sont chargés de l’enquête sur les incendies d’antennes-relais en Isère. Si la thèse d’un acte de l’ultra-gauche est envisagée, les enquêteurs n’excluent pas d’autres pistes.

“Dans la nuit du 17 au 18 mai 2020, nous avons incendié l’antenne-relais de Haute-Jarrie. Au moins deux autres antennes-relais ont été attaquées simultanément autour de Grenoble.” Ce message inquiétant, a été publié le 19 mai sur le site Indymedia Nantes et titré “Attaques coordonnées d’antennes-relais”. En guise de signature, ses auteurs se contentent de cette mention:  “Des chauves-souris transmettant le feu”.

Une moto a été détruite lors de l’incendie de la caserne de Meylan (Crédit photo Gendarmerie nationale).

Dans la foulée de la découverte de ce message de revendication, le parquet de Grenoble a signalé les faits au parquet national anti-terroriste. L’autorité judiciaire iséroise a déjà attiré à plusieurs reprise l’attention des magistrats spécialisés de Paris. Le parquet de Grenoble avait ainsi signalé les incendies de véhicules dans les casernes des gendarmes. Mais aussi celui qui avait visé Enedis.

Lire aussi: Les enquêtes sur les incendies en Isère restent à Grenoble

Série noire d’incendies d’antennes-relais

Car, encore une fois, le feu couve en Isère. Cette fois-ci, ce sont des relais téléphoniques et numériques qui sont visés. Le 29 mars, un relais SFR est dégradé à Chatte. Le 13 avril, c’est l’antenne relais d’Estrablin. Puis, le 1er mai, c’est le tour du relais téléphonique de Saint-Marcellin. Enfin, dans la nuit du 17 au 18 mai, trois relais (TDF et téléphonique) sont incendiés, à Seyssinet-Pariset, Jarrie et Herbeys.

Le palais de justice de Grenoble (Crédit photo: AV/L’Essor).

A chaque fois, les gendarmes ont été saisis pour enquêter sur ces incendies. Les brigades de de Grenoble, de La Mure, de Saint-Marcellin et la section de recherches de Grenoble travaillent sur ces dégradations. Avant la publication du dernier message de revendication, le parquet se montrait très prudent. “Aucune revendication n’a pour l’instant été adressée mais la piste de l’ultra-gauche libertaire reste privilégiée compte tenu des précédents locaux, même si la piste des complotistes qui accusent les antennes de diffuser le coronavirus ne peut être exclue”, indiquait alors le procureur de Grenoble.

Le renseignement s’inquiète

La mouvance d’extrême-gauche n’est pas suspectée qu’en Isère. Le service central du renseignement territorial comptait, dans une note du 23 avril, plus d’une vingtaine d’actes de sabotages dans le mois écoulé. Les cibles? Des antennes-relais, des agences bancaires, mais aussi des véhicules d’Enedis ou un McDonald’s, selon Le Parisien, qui a dévoilé la note. L’imputabilité “à la mouvance d’ultragauche de la vingtaine de faits constatés depuis le 1er avril reste une hypothèse très sérieuse justifiée par la concomitance des actes avec les appels à l’action directe, les modes opératoires et les cibles choisies”, indiquent les rédacteurs de ce document.

Lire aussi: Deux véhicules de Gendarmerie incendiés dans une brigade du Morbihan

Si cette piste semble sérieuse, elle doit cependant être considérée avec circonspection. L’incendie de l’antenne relais d’Orange à Estrablin, incendiée deux fois durant le confinement, n’a ainsi finalement rien à voir avec un acte politique. Il s’agirait d’un chômeur, alcoolique et suicidaire, qui souhaitait se venger d’un gendarme qui l’aurait bousculé lors d’une intervention. De même, l’incendie de deux véhicules de l’Arme à Nivillac, début mai, s’est finalement soldée par l’arrestation d’un quinquagénaire. Ce riverain entretenait, rappelle France 3, des relations conflictuelles avec les gendarmes. Il a depuis été mis en examen.

2 Commentaires

  1. Fred

    La dégradation des véhicules par le feu et l’éventuelle propagation de l’incendie aux bâtiments est à réprimer avec la plus grande sévérité!
    https://amp.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-brevin-les-pins-44250/loire-atlantique-enquete-ouverte-apres-l-incendie-de-quatre-vehicules-de-gendarmerie-a-sai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *