L'Essor

Libération du légionnaire soupçonné de meurtre en Guyane

Ile du Salut

La principale Ile du Salut (Photo D.C/L'Essor)

Le militaire français de la Légion étrangère, soupçonné d’avoir tué un orpailleur brésilien le 22 septembre lors d’une opération en Guyane, a été libéré et assigné à résidence.

Selon les Informations de L’Essor, ce légionnaire de 32 ans, est un adjudant d’origine népalaise. La Légion étrangère compte quelque 150 nationalités, dont des Népalais. Ceux-ci sont plus connus sous le nom de Gurkhas, ces fameux soldats qui servent depuis deux siècles dans l’armée britannique. Ils ont la réputation d’être des soldats rustiques, endurants et courageux.

Bracelet électronique

Le meurtrier présumé devra porter un bracelet électronique et résider sur l’Ile Saint-Joseph. C’est l’un des trois îlots de l’archipel des îles du Salut, territoire de l’ex-bagne du Guyane, au large de Kourou. Le 3e régiment étranger d’infanterie (REI), auquel appartient le légionnaire, entretient un poste sur cette île Saint Joseph. Sa première mission est la protection du centre spatial, situé à Kourou, où se trouve son camp principal.

Lire aussi sur L’Essor: Guyane : les sites d’or clandestins ont doublé en 2017

Ce militaire avait été mis en examen le 25 septembre pour “violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner”, et placé en détention provisoire. Trois jours plus tôt au cours d’une opération Harpie de lutte contre l’orpaillage illégal dans la forêt guyanaise à Camopi (sud-est), il avait tiré et tué un orpailleur brésilien qui l’avait, selon lui, menacé avec une machette. L’enquête a été menée par la section de recherches de Cayenne.

PMG