jeudi 28 mai 2020
Accueil / A la une / L’hommage vidéo du GIGN, en cours de déconfinement, aux combattants du Covid-19
Gendarmes du GIGN devant le véhicule Sherpa de l’unité d’élite. Photo d'illustration (M.GL'Essor).

L’hommage vidéo du GIGN, en cours de déconfinement, aux combattants du Covid-19

Alors que la France commence son déconfinement, les militaires du GIGN disent merci à ceux qui ont été en première ligne face au covid-19.

Dans une courte vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, les supergendarmes saluent “tous ceux qui ont oeuvré pour combattre le Covid-19”, un message qui s’adresse donc aux soignants, mais aussi aux autres professions qui ont joué un rôle clé ces dernières semaines.

La vidéo, sobre, est marquée par un bel effet pyrotechnique. Un rappel d’une des spécialités du GIGN, sa capacité redoutée en matière d’explosifs. Elle a déjà été vue plus de 14.000 fois sur Twitter. Sur Instagram, Philippe B., un ancien du GIGN, a également relayé la vidéo. “On ne vous souhaite pas le courage car vous en avez à revendre à bon nombre d’entre nous, dit-il à l’adresse des soignants. On vous souhaite des moyens et une revalorisation qui vous est due. Bravo à vous qui faites la fierté de la nation.”

Lire aussi: Comment les unités d’intervention, GIGN et Raid, tiennent leurs astreintes malgré le coronavirus

Cinq militaires du GIGN contaminés

A Satory, l’unité n’a pas été elle aussi épargnée par la crise sanitaire. Selon nos informations, le GIGN compte à ce jour cinq militaires infectés par le coronavirus. Quatre cas ont été confirmés et une quarantaine de suspects avaient été comptés au 15 avril. Un nouveau cas positif avait ensuite été détecté à la faveur d’une vague de test avant un départ hors métropole.

Aucun militaire du GIGN n’a toutefois dû être hospitalisé. L’unité n’a pas non plus été déstabilisée par la crise. Elle n’a jamais connu plus de 15 gendarmes confinés simultanément. Un chiffre à rapporter aux 380 gendarmes que compte l’unité d’élite.

Face à la crise du coronavirus, les gendarmes spécialistes de l’intervention s’étaient réorganisées en bordées. Plusieurs équipes d’astreinte, qui ne se croisent pas physiquement, avaient été mises en place pour éviter que la contamination d’un personnel ne dissémine le virus dans toute l’unité. “La vie au GIGN va s’individualiser pour quelques temps” résumait ainsi sur son compte Twitter le chef du GIGN, le 14 mars, à l’annonce du confinement. L’unité s’apprête à reprendre des entraînements plus poussés. Tout en restant vigilante sur les gestes barrières et la distanciation entre les militaires.

GT.

3 Commentaires

  1. Guillou

    Merci beaucoup à vous tous. Le combat eSt Aussi une affaire d’uniforme . Pierre , infirmier

  2. claude 34

    Le GIGN est l’honneur de la gendarmerie.
    N’oublions pas la Gendarmerie mobile qui en prend souvent plein la gu… pour pas un rond.
    Quant à l’ensemble des soignants ,notre bon gouvernement après les avoir cartonnés avec des fumigènes et autres petites gâteries a enfin reconnu leurs mérites.
    Ils resteront mal payés et surbookés mais ils auront une breloque . Et un semblant de reconnaissance pendant quelque temps …

  3. GOBBI

    BRAVO et MERCI à celles et ceux qui font de l’engagement envers autrui leur profession et plus même… leur existence !
    PS : les politiques en sont exclus bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *