jeudi 12 décembre 2019
Accueil / A la une / Les six antennes GIGN de métropole se musclent
Ecusson des gendarmes des antennes du GIGN. Crédit : M.Guyot/Essor.
Ecusson des gendarmes des antennes du GIGN. (Crédit : M.Guyot/Essor).

Les six antennes GIGN de métropole se musclent

Effectifs en hausse et capacités supplémentaires. Six antennes GIGN (AGIGN) vont accueillir des personnels supplémentaires et acquérir de nouvelles capacités.

Engagée au printemps 2018 après l’attaque terroriste de Trèbes, cette réforme vient d’être actée. Le 23 mars 2018, le terroriste Radouane Lakdim avait tué trois hommes. L’officier de gendarmerie Arnaud Beltrame, qui avait pris la place d’une otage, avait alors trouvé la mort. Le terroriste avait été ensuite neutralisé par l’antenne GIGN de Toulouse.

Lire aussi sur L’Essor: La Gendarmerie planche sur un renforcement des antennes GIGN

Plus de gendarmes dans les antennes

Désormais, chacune des six antennes de métropole (Toulouse, Reims, Dijon, Orange, Nantes et Tours) comptera en moyenne 50 gendarmes. Elles en compte actuellement 32. Les effectifs supplémentaires proviendront de la centaine de gendarmes titulaires du brevet de technicien en escorte d’autorités et sécurisation de site (TEASS).

Issus de la gendarmerie mobile, ces techniciens suivent un stage de six semaines encadré par le GIGN. Ils sont ensuite déployés pour assurer la sécurité des diplomates et des locaux français dans des pays en proie au terrorisme ou à des violences. Les effectifs des TEASS vont être portés progressivement à 120.

Contre-terrorisme maritime

Les six AGIGN de métropole vont également se former au dépiégeage Nedex (neutralisation, enlèvement, destruction des explosifs). L’antenne d’Orange sera la seule à acquérir des capacités de contre-terrorisme maritime (CTM).Outre-mer, il y a également sept antennes GIGN (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie). Elles ne sont pas concernées par cette réforme.

Aujourd’hui, les treize antennes GIGN de métropole et d’outre-mer sont placées sous le contrôle opérationnel du GIGN à Satory, sitôt qu’elles sont engagées sur le terrain. Elles sont rattachées organiquement aux régions. La question de leur rattachement organique au GIGN est toujours à l’étude. Enfin, depuis le début de l’année, les gendarmes servant dans les treize antennes GIGN bénéficient du respect de l’anonymat qui se traduit, soit l’interdiction de publier leur identité ou leur photo.

Pierre-Marie Giraud

A voir également

Photo d'illustration (Crédit photo: MG/L'Essor).

Retraites : Edouard Philippe conforte l’exception des gendarmes

En matière de retraites, les gendarmes devraient conserver ″leurs dérogations″. C’est ce qu’a réaffirmé Edouard Philippe, le Premier ministre.

6 Commentaires

  1. casimir

    A ce rythme..on va atteindre tout confondu les 1500 personnels avec l’écusson du GIGN …avec ou sans A !
    Inutile de préciser que la qualité opérationnelle va en pâtir !
    Prochaine étape…l’intégration des Psig-sabres, histoire de doubler les effectifs actuels…pour une performance encore plus pointue !!
    Il est loin le temps des sélections à moins de 10% de réussite pour les prétendants à l’obtention de ce badge !

  2. Hirondelle

    Une information rassurante pour la population, heureuse d’apprendre que la menace terroriste maritime n’affecte pas la façade atlantique sud ouest et encore moins celles des territoires d’outre-mer.

  3. Sylvain

    Il s’agit seulement de sortir les teass des escadrons. Les escadrons ne perdront plus de personnels entièrement dedié à la spé teass. A voir si le recrutement n’en partira pas du fait d’une localisation geographique tres restreinte en sortie de formation teass…..

    Ces teass ne renforceront surement en aucun cas l’agign, et continueront a travailler uniquement dans leur spé.

    • Hirondelle

      La sélection à – 10 % n’est pas exempte de cooptation, de gueule du client, et n’interdit pas les erreurs de casting, tout ce qui peut concourir à décourager des vocations.
      Or, dans des temps où les armées n’ont plus de mal à conserver les spécialistes formés pour les GCP / GCM / CPA, ce peut être une solution dispendieuse.
      Difficile d’être partout, ce que le RAID a compris et pallié avec la création d’unités déconcentrées oeuvrant sous un même acronyme.
      Intégrer les TEASS c’est agréger des personnels issus d’autres horizons à ceux qui au sein des Antennes ont déjà été formés à cette mission, donc faciliter leur gestion et une synergie d’emploi pour répondre à un besoin croissant en prélude, peut être, à une composante Protection.
      La prochaine avancée sera t elle la sélection unique, la formation commune avant une répartition au sein des unités en fonction tant des résultats obtenus que des centres d’intérêt des candidats tout en préservant la meilleure ressource pour le haut du spectre.
      Ce serait en quelque sorte l’officialisation de l’orientation qui était proposée à ceux des bons candidats n’ayant pas pu aller au bout d’une présélection GIGN.
      Au final, l’essentiel est de disposer de gendarmes aptes à faire face à un spectre de situations, car bien dans leur tête et physiquement aguerris, au péril de leur vie pour la sécurité de leurs concitoyens.

  4. Coyote

    Comme dit plus haut, il y a déjà des personnels formés, je pense que les TEASS y ont leur place sans problème, ils ont fait leur preuve à travers les tests et la formation de 6 semaines au même titre que les personnels présents actuellement.
    Enfin la Gendarmerie utilise à juste titres des personnels qualifiés comme le fait la Police.
    Il ne faut pas oublier non plus la genèse des antennes….Au même titre que ces unités appelées autrefois PI2G, ont pris le nom d’AGIGN….
    La finalité est de coordonner tout les moyens mis à disposition afin de répondre à toutes les menaces….sans se faire la guerre…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *