mercredi 24 avril 2019
Accueil / A la une / Les réservistes spécialistes peuvent désormais servir jusqu’à 72 ans!
La loi de programmation militaire qui modifie l'âge limite des réservistes spécialistes (Capture d'écran)

Les réservistes spécialistes peuvent désormais servir jusqu’à 72 ans!

Dans la dernière loi de programmation militaire 2019-2025, plusieurs dispositions concernent les réservistes.

L’une touche notamment aux limites d’âge pour les officiers de réserve “spécialistes”  et les praticiens des armées.

Lire aussi sur L’EssorLa loi de programmation militaire bichonne les réservistes

Ces spécialistes, dont il a été beaucoup question lors de l’affaire Benalla, sont rattachés au corps technique est administratif de la Gendarmerie, ils peuvent donc servir jusqu’à 72 ans.!

Pour mémoire, les limites d’âge des réservistes sont celles des cadres d’active définies par le statut générale des militaires augmentées de cinq ans.

Cette mesure est surtout destinée à permettre aux armées et à la Gendarmerie de bénéficier des compétences civiles de réservistes qu’ils n’ont pas dans les personnels d’active.

Membres de la réserve opérationnelle (RO2), devenue la réserve territoriale après la fusion de la réserve de la Gendarmerie départementale et de celle de la Gendarmerie mobile, ces spécialistes ou experts ne sont pas recrutés pour faire du rayonnement ou entretenir le lien armées nation comme leurs camarades de la réserve citoyenne avec lesquels ils sont parfois confondus, mais pour apporter des compétences ou une expertise que l’Arme ne possède pas en son sein.

74 spécialistes dans la Gendarmerie

La Gendarmerie compte un vivier de 74 spécialistes comme l’a précisé le DGGN, le général d’armée Richard Lizurey devant la commission d’enquête de l’assemblée nationale consacrée à l’affaire Alexandre Benalla qui était – il a été suspendu- l’un  de ces spécialistes.

Parmi ces réservistes spécialistes figurent des juristes, tel ce formateur et consultant en droit et en aéronautique qui travaille pour  la Gendarmerie des transports aériens (GTA),  des spécialistes en communication, des scientifiques, ou encore des linguistes qui maîtrisent des langues rares et qui peuvent travailler au profit de la justice pour des écoutes téléphoniques, des traductions etc.

Lire aussi sur L’Essor: Alexandre Benalla, un réserviste opérationnel passé de brigadier à lieutenant-colonel : explications (actualisé avec note de la direction aux réservistes)

Loi N° 2018-607 du 13 juillet 2018

Les limites d’âge des spécialistes mentionnés à l’article L. 4221-3 sont celles des cadres d’active, augmentées de dix ans, sans qu’elles puissent excéder l’âge maximal de soixante-douze ans.
“Les limites d’âge des réservistes de la réserve opérationnelle relevant des corps des médecins, des pharmaciens, des vétérinaires et des chirurgiens-dentistes sont celles des cadres d’active, augmentées de dix ans”.

Tableau des limites d’âges de l’active

Officiers de Gendarmerie  : 59 ans de sous-lieutenant à lieutenant-colonel et 60 ans pour les colonels. Age maximal de maintien en première section des officiers généraux : 63 ans.
Officiers des corps techniques et administratifs, ingénieurs militaires des essences, administrateurs des affaires maritimes, officiers spécialistes de l’armée de terre, officiers logisticiens des essences, Commissaires des armées (1) : 62 ans de sous-lieutenant à colonel.
Age maximal de maintien en première section des officiers généraux : 64 ans.
Le chef des orchestres de la Garde républicaine et le chef adjoint des orchestres de la Garde républicaine peuvent, sur demande agréée, être maintenus en service au-delà de la limite d’âge par périodes de deux ans renouvelables ;
Sous-officiers de Gendarmerie, sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale : 58 (y compris le grade de gendarme)
Major : 59 ans
Les musiciens des orchestres de la garde républicaine peuvent, sur demande agréée, être maintenus en service au-delà de cette limite d’âge par périodes de deux ans renouvelables.

Limites d’âge des réservistes de la Gendarmerie

D.C

A voir également

Des gendarmes départementaux avec un maire. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/ L'Essor).

Info L’Essor – Avec les brigades multirôles, la Gendarmerie veut combattre le travail “en silo”

Avec les brigades multirôles, la direction générale de la Gendarmerie veut décloisonner le travail des gendarmes départementaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !