vendredi 6 décembre 2019
Accueil / A la une / Les gendarmes et les policiers bretons arrêtent un jeune Brestois suspecté de plusieurs vols à main armée
Photo d'illustration. Le pont de Recouvrance à Brest (Crédit photo: Andrew Nash / Flickr).
Photo d'illustration. Le pont de Recouvrance à Brest (Crédit photo: Andrew Nash / Flickr).

Les gendarmes et les policiers bretons arrêtent un jeune Brestois suspecté de plusieurs vols à main armée

Belle prise pour la cinquantaine de gendarmes et de policiers bretons mobilisés sur ce dossier. Assistés des militaires de l’antenne GIGN de Nantes, ils ont mis la main sur un jeune brestois d’une vingtaine d’années. L’homme, arrêté ce samedi 27 juillet au petit matin, est soupçonné d’avoir commis cinq vols à main armée dans le Finistère.

Ce lundi 29 juillet, le Brestois a été mis en examen à l’issue de sa garde à vue. Il est poursuivi pour vol à main armée en bande organisée. Deux complices, âgés d’une trentaine d’années, ont été également été inculpés. Ils sont soupçonnés de l’avoir aidé à commettre ces braquages. Les trois hommes ont été placés en détention provisoire.

 
Afficher une carte plus grande

Des braquages de boulangeries et supérettes

Depuis le début de l’année, les gendarmes et les policiers bretons s’inquiétaient de braquages dans les environs de Brest. Les cibles? Des boulangeries ou des supérettes. A l’heure de la fermeture, un individu, armé, s’emparait de la recette de la journée. Particularité du dossier: deux vols sur cinq étant en zone Police, la justice a co-saisie les deux forces de sécurité intérieure. Europol a également été mis à contribution pour identifier l’arme. De même, les enquêteurs ont fait appel à l’institut de recherches criminelles de la Gendarmerie (IRCGN) pour la balistique.

Lire aussi sur L’Essor: Tribunal correctionnel de Brest : 6 mois ferme pour avoir frappé une gendarme

L’arrestation du suspect tombe à pic. Car le dernier vol reproché au jeune homme a donné des sueurs froides aux gendarmes. Samedi 20 juillet à Châteaulin, le braquage d’une bijouterie s’est soldé par 21 jours d’interruption totale de travail pour le commerçant. En tout, le préjudice des cinq vols imputés au jeune homme s’élève à 70.000 euros.

G.T.

A voir également

Après le drame de la Préfecture de police de Paris, les services de renseignement vont être passés au peigne fin (Crédit photo: capture d'écran Cnews).

Un des quatre tués dans l’attentat de la PP déclaré “victime du terrorisme”

L'acte de naissance de l'employé de la préfecture de police de Paris poignardé le 3 octobre porte désormais la mention "victime du terrorisme".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *