dimanche 29 mars 2020
Accueil / A la une / Les gendarmes défendent leur nouvelle application Gendnotes
Utilisation d'un smartphone Neogend en patrouille (Crédit photo:GT/L'Essor).
Utilisation d'un smartphone Neogend en patrouille (Crédit photo:GT/L'Essor).

Les gendarmes défendent leur nouvelle application Gendnotes

Avec Gendnotes, les gendarmes viennent-ils vraiment de lancer le coup d’envoi d’un “fichage ethnique, politique, sexuel, sanitaire et religieux” des Français? La parution ce samedi d’un décret autorisant la mise en oeuvre de l’application Gendnotes a été vivement commentée. Au point de forcer plusieurs gendarmes à intervenir dans le débat pour rassurer les internautes.

Au départ de cette polémique, les inquiétudes d’une maître de conférences en droit à la suite de la publication au Journal officiel du décret du 20 février 2020 autorisant le traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé “application mobile de prise de notes”, soit le fameux Gendnotes. “Ahurissant. Je n’avais pas vu pire fichier depuis Edvige”, un fichier de renseignement qui avait fait polémique, écrit sur Twitter cette spécialiste du droit.

Données personnelles

Un des huit articles du nouveau décret a en effet particulièrement alarmé la toile. Ce texte encadre la prise de note des gendarmes avec leur téléphone portable. Et, dans son article deux, il mentionne que les “opinions politiques, philosophiques ou religieuses, à l’appartenance syndicale, à la santé ou à la vie sexuelle ou l’orientation sexuelle” peuvent être saisies dans la zone des commentaires libres, une mention qui a effrayé nombre d’internautes.

Lire aussi: “Le gendarme du futur sera connecté en permanence et plus en sécurité” (Eric Freyssinet)

La tablette numérique Neogend (crédit photo: GT / L’Essor).

Faut-il vraiment s’inquiéter d’une nouvelle menace pour les libertés publiques? Non, rassurent les gendarmes sur Twitter. Le projet Gendnotes est dans les cartons de la Mission numérique de la Gendarmerie depuis environ trois ans. L’Arme prévoit de remplacer avec cette application le bon vieux calepin à spirale. L’outil de prise de notes en mobilité doit intégrer le playstore de Neogend. Ce téléphone est le nouveau bureau mobile des gendarmes.

Le nouveau décret encadre la saisie et les données enregistrées dans l’application. Interconnectée avec le logiciel de rédaction des procédures des gendarmes, qu’elle pourra alimenter de manière automatisé, Gendnotes sera également en relation avec la messagerie tactique. Cette dernière permet d’interroger différents fichiers de police.

Pédagogique, l’ancien chef de la mission numérique Eric Freyssinet explique ainsi sur Twitter. “Dans les affaires ou les situations traitées, comme pour le logiciel de rédaction de procédure, des informations de nature sensible peuvent être traitées” par les gendarmes, détaille-t-il. Ce qui n’est pas nouveau en soit. Ces informations sensibles, autrefois noircies sur une feuille volante, pourraient désormais être enregistrées sur un support numérique.

Espace distinct

La déclaration du traitement intègre ainsi la possibilité de traiter d’informations sensibles. Cette possibilité est “uniquement mise en oeuvre quand c’est absolument nécessaire”, rappelle Eric Freyssinet, “dans un espace distinct non-associé à l’identité des personnes”, la zone des commentaires libres. Des données qui, a précisé la Place Beauvau à la Cnil, ne pourront “pas alimenter d’autres traitements et seront uniquement accessibles via l’application”. L’Intérieur prévoit également d’assortir ce champ libre d’une information aux utilisateurs expliquant la manière dont il convient de le renseigner.

7 Commentaires

  1. Fred

    Cela ressemble à un fichier qui va vite servir à tout et à raviver certaines inquiétudes.
    https://www.liberation.fr/checknews/2020/02/27/un-recent-decret-autorise-t-il-un-fichage-politique-par-la-gendarmerie_1779664?

  2. Niout

    Nos nouvelles générations de gendarmes ne sont acculturées qu’aux nouvelles technologies et ignorent totalement les relations humaines. Voeux pieux d’un ancien directeur, a fait psschit!!!
    Alors l’art de la quête du renseignement au “cul de la vache” qui faisait notre force fait maintenant cruellement défaut….!
    Il faut absolument trouver le moyen d’exploiter de banales prises de notes, d’en extraire certains éléments par Intelligence Artificielle (algorithmes) et d’émettre des probabilités utiles à des enquêtes judiciaires ou rédiger des informations prévisionnelles du climat social agricole ouvrier etc….
    Voilà la nouvelle façon ou le simple bon sens de pallier le manque de courage et de curiosité s’attache à exploiter étudier et prévoir des faits sur des notes pas toujours objectives sorties de leur contexte ou pas toujours réelles.
    Avec leurs algorithmes ils vont prévoir tous les accidents les crimes les délits les mouvements sociaux et pourront les interdire avant même leur exécution Il faut vivre avec son temps le Gendarme 3.0 est déjà sur le bord de nos routes et pas que….

  3. Bil

    Retraité gendarmerie, je vois d ‘un très mauvais oeil ce genre de fichier qui porte gravement atteinte à la liberté individuelle , sans servir de preuve dans les affaires délictuelles….Désolé pour ce raccourcis mais imaginons un instant de ce qu’aurait pu faire la milice avec ces données toujours mieux renseignées et disponibles..: juif, communiste, franc maçon, homosexuel…. Le passé est toujours prêt à ressurgir…Je ne comprends ce que compte en faire nos autorités ….Je n’aime pas cette tournure des événements

    • James

      Bonjour, retraité également et ayant bien “gratté” mon carnet de déclarations, j’ai su m’adapter aux nouvelles technologies au fil des ans au point que mon smartphone était devenu mon secrétaire, mon assistant et surtout ma “deuxième tête”.
      A l’heure où le gendarme doit savoir tout faire tout en étant “au four et au moulin” (multiplication des tâches), cet outil a grandement soulagé mon cerveau pour mes prises de notes qui étaient plutôt des MEMOS.
      L’outil était personnel donc le problème n’était pas soulevé. Pourquoi ne pas appeler le logiciel GendMemo et cette affaire sera classée 😉

  4. Et alors? Prises de notes sur un téléphone ou une tablette, où est le problème? Personnellement je préfèrerais le calepin, mais ça ne me gêne pas du tout. En ce moment le gouvernement fait passer des lois beaucoup plus dangereuses pour la liberté…

  5. BELLENGER

    JE ME DEMANDE CE QUE LES GENDARMES ACTUELS VONT BIEN METTRE DANS LEUR GENDNOTES
    AVEC LE PEU DE CONTACTS QU ILS ONT AVEC LA POPULATIO?N, JE SUIS FORTEMENT DECU PAR
    LEUR PRESENCE SUR LE TERRAIN / JE SAIS DE QUOI JE PARLE PUISQUE JE VAIS TERMINER DEUX
    MANDATS D ADJOINT SANS AVOIR VU BEAUCOUP LES GENDARMES/ C EST LAMENTABLE LE REFERENT
    QUI A ETE DESIGNE DEPUIS UN CERTAIN TEMPS DEJA JE NE L AI JAMAIS RENCONTRE
    QUANT A SAVOIR SI L’ENGAGEMENT DES GENDARMES RETRAITES EST UNE BONNE CHOSE DANS LA
    VIE MUNICIPALE JE REPONDS PAR L AFFIRMATIVE, C EST ENRICHISSANT ET VALORISANT JE SUIS
    SORTI EN TETE LORS DES 2 SCRUTIINS D UNE COMMUNE DE 700 HABITANTS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *