vendredi 13 décembre 2019
Accueil / A la une / Les biographies des 13 soldats français tués au Mali
Les visages des treize militaires tués au Mali (Crédit photo: ministère des Armées).
Les visages des treize militaires tués au Mali (Crédit photo: ministère des Armées).

Les biographies des 13 soldats français tués au Mali

Le président de la République a détaillé dans son hommage aux 13 soldats tués au Mali le parcours de ces militaires. Ces 13 officiers et sous-officiers servaient au 5e régiment d’hélicoptères de combat (RHC), au 4e régiment de chasseurs (RCH), au 93e régiment d’artillerie de montagne (RAM) et au 2e régiment étranger de génie (REG).

Ils avaient tous embarqués dans deux hélicoptères chargés, ce lundi 25 novembre, d’appuyer des commandos parachutistes qui avaient repéré des pick-up suspects. L’accident a eu lieu dans la zone frontalière avec le Niger et le Burkina Faso. Cette zone est un repaire de groupes jihadistes affiliés à l’Etat islamique (EI) ou Al-Qaïda.

Lire aussi sur L’Essor: Treize militaires français tués dans un accident d’hélicoptères au Mali (actualisé)

5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau

Capitaine Nicolas Mégard: 35 ans et père de trois enfants, ce militaire s’était engagé comme sous-officier à 20 ans. Il avait ensuite réussi le concours d’officier. ″Au Kosovo, au Mali, sur le sol français, il inspirait le respect et l’admiration de tous par ses qualités de tacticien et sa haute exigence envers lui-même″, précise Emmanuel Macron.

Capitaine Benjamin Gireud: ce passionné de montagne de 32 ans était ″aguerri aux terrains difficiles du Tchad et du Mali″. ″Son sens du devoir autant que sa gentillesse étaient reconnus de tous″.

Capitaine Clément Frison-Roche: 27 ans, ce pilote saint-cyrien est d’une famille de militaire. C’était sa première opération extérieure. Il laisse derrière lui une fille de sept mois.

Lieutenant Alex Morisse: 30 ans, l’officier était engagé depuis dix ans. Ce pilote d’hélicoptère Tigre très expérimenté totalisait plus de 1.000 heures de vol.

Lieutenant Pierre Bockel: fils du sénateur Bockel, il était âgé de 28 ans. Il avait décroché son brevet de pilote à 14 ans. Cela faisait huit ans qu’il s’était engagé et totalisait quatre missions au Mali. Il allait devenir père.

Adjudant-chef Julien Carette: ce soldat de 35 ans était un ″mécanicien hors pair″. Père de deux garçons, il avait servi en Côte d’Ivoire, au Tchad, au Burkina Faso, en Afghanistan et au Mali.

Caporal-chef Romain Salles de Saint-Paul: ce militaire de 35 ans avait servi au Gabon, à Djibouti, au Mali. Son dévouement impressionnait ses chefs comme ses camarades″, a rappelé le président de la République.

4ème régiment des chasseurs de Gap

Capitaine Romain Chomel de Jarnieu: ce militaire venait de devenir chef de groupement commando montagne. Âgé de 34 ans, il s’était engagé il y a sept ans. Il avait été projeté à plusieurs reprises sur des théâtres d’opérations extérieures.

Maréchal des logis-chef Alexandre Protin était né à Charleville-Mézières. Cet équipier commando de 33 ans avait à son actif plusieurs opérations au Mali.

Maréchal des logis Antoine Serre: passé par l’école militaire de haute montagne de Chamonix, il était âgé de 22 ans. Il avait déjà à son actif deux opérations au Mali.

Maréchal des logis Valentin Duval: âgé de 24 ans, ce fils d’agriculteurs normands était le major de sa promotion d’opérateurs réseaux.

93ème régiment d’artillerie de montagne de Varces

Maréchal des logis-chef Jérémy Leusie: cet angevin de 33 ans était une force de la nature, à la dimension de l’histoire de son régiment″. Il avait servi au Tchad, en Afghanistan et au Mali.

2ème régiment étranger de génie de Saint-Christol

Sergent-chef Andreï Jouk: ce Biélorusse de 43 ans s’était engagé dans la Légion étrangère comme sapeur d’assaut il y a onze ans. Ce père de quatre enfants était devenu ensuite commando montagne.

A voir également

Passage en revue des troupes par le général de brigade Christophe Boyer, commandant l'Ecole des officiers de la Gendarmerie de Melun, ce vendredi 15 février lors de la cérémonie en hommage aux gendarmes décédés en 2018 (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Qui sont les officiers prometteurs du tableau d’avancement 2019?

Publié il y a quelques jours, le très attendu tableau d’avancement des officiers de la Gendarmerie 2019 révèle les jeunes pousses prometteuses de l’Arme.

3 Commentaires

  1. Philippe C.

    Paix à leurs âmes, sincères condoléances aux familles et aux frères d’armes.
    La France perd encore 13 de ces enfants, et pourquoi ??? Pour rien, l’histoire le dira.
    Cordialement, paramicalement, Philippe C.

  2. Je m’incline devant les dépouilles de nos 13 camarades et frères d’arme. Militaire un jour Militaire toujours. J’ai suivi la cérémonie à la télévision et j’ai été très ému. J’ai servi 33 ans en Gendarmerie Mobile et j’ai vu des camarades mourir devant moi, soit par suicide ou par accident. Donc c’est toujours une terrible épreuve et surtout pour celles et ceux qui restent. Je présente mes sincères condoléances aux familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *