vendredi 25 septembre 2020
Accueil / A la Une / Le Roux aux gendarmes :  “2017 mettra sans nul doute à l’épreuve la cohésion” du pays
"Le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, et le Directeur général de la gendarmerie, le général d’armée Richard Lizurey, lors de la cérémonie des vœux à la Gendarmerie nationale, le 9 janvier 2017 aux Invalides." (Crédit: M. Guyot/Essor).
Le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, et le Directeur général de la gendarmerie, le général d’armée Richard Lizurey, lors de la cérémonie des vœux à la Gendarmerie nationale, le 9 janvier 2017 aux Invalides." (Photo d'illustration/M. Guyot/Essor).

Le Roux aux gendarmes :  “2017 mettra sans nul doute à l’épreuve la cohésion” du pays

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a affirmé lundi que “l’année 2017 mettra sans nul doute à l’épreuve” la “cohésion” et la “capacité de résilience” du pays, à trois mois de l’élection présidentielle, sur fond de menace terroriste élevée.

“Les défis ne manquent pas et se rajoutent à un rythme d’emploi qui s’annonce aussi soutenu qu’en 2016”, une année déjà “extrêmement lourde sur le plan opérationnel”, a affirmé le ministre lors de ses vœux à la Gendarmerie à l’Hôtel des Invalides à Paris.

“Marquée à nouveau par la menace du terrorisme, l’année 2017 mettra sans nul doute à l’épreuve notre sang-froid, notre cohésion et la capacité de résilience de notre société”, a-t-il averti. “Certains joueront d’ailleurs cyniquement avec les peurs, d’autres tenteront de s’attaquer aux fondements de notre République : la tolérance, la fraternité, le respect du droit”, a mis en garde le ministre, qui soutient Manuel Valls à la primaire socialiste.

“Là où certains ont détruit, nous reconstruisons”

Dans son discours, Bruno Le Roux a défendu bec et ongles la politique sécuritaire du gouvernement, revenant notamment sur les créations d’emploi et les moyens accordés aux forces de l’ordre. “Ma responsabilité de ministre de l’Intérieur consiste à vous donner les moyens d’accomplir vos missions avec efficacité. C’est ce qu’on fait mes prédécesseurs Manuel Valls, puis Bernard Cazeneuve”, a-t-il affirmé.

“Là où certains ont détruit, nous reconstruisons”, a-t-il insisté. “Il ne suffit pas de convoquer l’autorité de l’État en permanence derrière les tribunes, encore faut-il ne pas priver l’État, par des politiques funestes, des moyens de son autorité”. Le ministre a aussi tenu à témoigner “l’attachement et la reconnaissance de la République” à la gendarmerie, qui a payé en 2016 “un très, un trop lourdtribut”, avec le décès de 18 gendarmes en mission.

Le directeur général de la Gendarmerie nationale, le général d’armée Richard Lizurey a eu “une pensée très forte” pour “ceux qui ont fait don de leur vie” et apporté son soutien aux “5.903 gendarmes blessés dans le cadre de leurs fonctions”. Il a souligné une « progression importante des blessés par armes à feu ou par armes blanches ».

Le général Lizurey a assuré M. Cazeneuve que la Gendarmerie « participera de toute sa force à la lutte contre le terrorisme ».

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. le misanthrope

    Monsieur LE ROUX a livré des voeux très politiques, ce qui ne convient pas aux militaires de la Gendarmerie, même s’ils sont également citoyens et citoyennes de notre République et libres de leurs opinions. Monsieur LE ROUX démontre ainsi sa méconnaissance de l’arme, et notamment l’éthique qui est la sienne vis à vis de pérégrinations politiques dont nous sommes témoins au quotidien. A chacun son monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *