vendredi 4 décembre 2020
Accueil / A la Une / Le retrait des lanceurs de balles de défense, “une polémique très mal vécue dans les unités”
Des gendarmes mobiles, le samedi 20 avril 2019 (Crédit photo:GT/L'Essor).
Des gendarmes mobiles, le samedi 20 avril 2019 (Crédit photo:GT/L'Essor).

Le retrait des lanceurs de balles de défense, “une polémique très mal vécue dans les unités”

Son usage a été vivement critiqué depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. Un officier de Gendarmerie vole au secours de l’emploi des lanceurs de balles de défense (LBD) dans un texte publié par l’association des jeunes IHEDN.

“La polémique quant à l’éventuel retrait des LBD ou de tout autre moyen de force intermédiaire est très mal vécue par les unités de Gendarmerie“, souligne cet officier dans ce document. Le lieutenant Alexis a commandé un peloton d’intervention mobilisé à Paris au cours des cinq premiers actes des Gilets jaunes. Mais, anonyme, l’officier s’exprime dans cette tribune à titre personnel. Il raconte en détail l’engagement de son unité dans ces cinq épisodes .    [youtube https://www.youtube.com/watch?v=GXT36di-9GU]

Le LBD, une arme intermédiaire contestée

Cet hiver et au printemps, de nombreuses voix s’étaient en effet élevées contre l’utilisation de cette arme intermédiaire. Des avocats, l’association Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat), puis le Défenseur des droits, avaient demandé l’interdiction des lanceurs de balles de défense de 40 mm, accusés de mutiler des manifestants, dans les opérations de maintien de l’ordre.

Lire aussi sur L’Essor: Le Conseil d’Etat refuse de suspendre la grenade GLI-F4

Au contraire, son usage a été défendu au plus haut sommet de l’Etat. Emmanuel Macron, interviewé par France 2 le 26 août, a défendu l’usage de l’arme intermédiaire, tout en appelant à “changer notre manière d’assurer la sécurité pour réduire très fortement le nombre de blessés“. Le ministre de l’Intérieur a précisé la pensée présidentielle deux jours plus tard en assurant vouloir “mieux former” les personnels de police à l’usage des LBD.

Un retrait du LBD “dangereux

Un retrait du LBD serait dangereux pour les forces de l’ordre, analyse de son côté le lieutenant Alexis. Cette arme de force intermédiaire constitue une réelle plus-value face à des individus violents et protégés.” Une opinion qui s’appuie sur l’expérience acquise par le jeune officier au cours des opérations. Et l’un des engagements de son peloton, pour l’acte IV, est à ce sujet très éclairant.

Lire aussi sur L’Essor: Acte IV des Gilets jaunes: les gendarmes davantage mobilisés que les policiers

Ce jour de décembre 2018, le jeune officier est placé en réserve avenue Marceau. Une voie qui débouche sur la place de l’Etoile. Le lieu est stratégique après les dégradations de l’Arc de Triomphe la semaine passée. Pendant six heures, les gendarmes mobiles font face à plusieurs centaines de casseurs et de pillards. Voici le récit de l’officier.

“Conscient de leur supériorité numérique, les casseurs reviennent malgré tout au contact, occupant le terrain et caillassant les gendarmes malgré les avertissements réalisés au haut-parleur des véhicules. Rapidement, les grenades lacrymogènes s’avèrent relativement inefficaces face à des adversaires protégés des gaz. Devant la violence des casseurs, l’unité doit avoir recours aux grenades de désencerclement GLI-F4 ainsi qu’au lanceur de balles de défense.”

A la fin de la journée, près de 496 grenades ont été lancées, dont 37 GLI-F4. De même, 54 balles de défenses ont été tirées. Le peloton déplore quatre blessés. Un miracle visiblement pour l’officier marqué par “la pluie de pavés reçue“. Un gendarme est ainsi arrêté quinze jours après avoir été blessé au pied par un pavé. Un deuxième bénéficiera de vingt jours d’arrêt après avoir été atteint au casque. L’officier de Gendarmerie remarque par contre, qu’à sa connaissance, aucun casseur n’a été blessé.

G.T.

Crowdfunding campaign banner

7 Commentaires

  1. Bien sûr qu’ils vont être abandonnés. Les gouvernements qui se sont succédés n’ont jamais vraiment eu de respect pour ceux qui maintiennent l’ordre et qui les protègent au péril de leur vie. Si les manifestants ne sont pas contents qu’ils restent chez eux. Force doit rester à la loi c’est ce que l’on m’a appris en école gendarmerie. Il y a bien longtemps que ce n’est plus le cas.

  2. niout

    C’est une conséquence logique d’un emploi inadapté d’une arme très spéciale par des personnels non formés ou peu qualifiés….! Faudrait que les autorités reconnaissent leur totale responsabilité et ne jettent pas l’opprobre sur nos militaires….! Il faut dénoncer et admettre que la majorité des “accidents” déclarés lors des manifestations passées, découlent majoritairement de l’usage farfelu de ces matériels par des fonctionnaires de police armés à la va vite, mis devant le fait accompli sans aucune consigne ni formation détaillée. L’ensemble des forces de l’ordre pâtira de l’incompétence notoire de ces utilisateurs d’un jour forts de l’ordre donné. La responsabilité des terribles conséquences de ces fautes inadmissibles n’incombent pas aux usagers responsables et formés… A mon humble avis!

    • Guézennec

      A mon avis, l’incompétence des utilisateurs n’est pas le facteur principal des blessures subies par les manifestants. En effet, les blessures au visage et pour certaines source d’une infirmité permanente montrent quand même que les tirs ont bien été dirigées vers la tête ce qui semble résulter d’une visée haute volontaire de la part du tireur.

    • Hypolite

      Je suis tout à fait d’accord, l’origine de ces graves atteintes à l’intégrité des personnes est liée à l’utilisation des LBD par des personnels non formés de la police et notamment de la BAC qui visaient principalement la tête.

  3. Comment les escadrons de G.M. pourront-ils maintenir l’ordre s’ils n’ont pas les moyens matériels et dissuasifs pour le faire ? Si le législateur (tient, en voila un qui a bon dos et des épaules larges) supprime les “LBD”, alors aux forces de l’ordre, qu’il supprime les casques, les battes de baseball, les engins pyrotechniques, et autres ustensiles aux manifestants. Il me souvient, en 64, à l’EPG Chaumont, j’avais la main droite bandée suite à une blessure, j’ai passé l’épreuve “MO” du CIA oralement avec le Lt Litz (GM Marseille) qui m’avait alors appris que les moyens au maintien de l’ordre pouvaient aller jusqu’à l’emploi d’aéronefs. Par ailleurs, j’ai remarqué que dans les reportages en direct de la télévision, les seuls policiers que j’ai vu utiliser les LBD étaient des BAC, je constatais également, que la majorité du temps, les canons des armes étaient dirigés à l’horizontale, soit, à hauteur du visage. Concernant la brigade équestre, de nos jours, cela portait plutôt à rire ; ils ont oublié 36. Pour stopper des chevaux, il suffit de jeter quelques seaux de billes de roulements en acier pour les faire tomber. Bravo à nos camarades d’active, courage vos anciens sont à vos cotés.

  4. Pnsolle

    Je voudrais apporter des éléments de réflexion concernant les traumatismes faciaux provoqués par les LBD.
    Pour apprécier la responsabilité des uns et des autres il faut prendre en compte un élément qui est rarement avancé: les manifestants sont des personnes mobiles, qui peuvent se pencher lorsqu’ils bougent et se déplacent. Il en est de même pour les forces de l’ordre. Ceci rend les accidents aléatoires dont la responsabilité est largement partagée.

  5. Mais quand nos politiques et les soi-disant “ligues” de défense comprendront-t-ils que pour défendre la nation / se défendre, les forces de l’ordre ont besoin d’être équipées en conséquence ?
    Il est inadmissible que les casseurs puissent faire ce qu’ils veulent et que les gendarmes, CRS, policiers,…, soient constamment montrés du doigt.
    Soutenons nos forces de l’ordre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.