lundi 24 février 2020
Accueil / A la une / Liberté conditionnelle pour le motard ayant fauché le gendarme de l’Ain amputé
Gus ne remontera plus jamais sur une moto bleue. Visite du commandant de l'EDSR à Desgenettes

Liberté conditionnelle pour le motard ayant fauché le gendarme de l’Ain amputé

Le motard ayant fauché le 18 avril 2018 à Artemas (Ain) le gendarme Pascal Guldenfels, amputé d’une jambe, est sorti de prison. La libération conditionnelle de Didier Hamza Poncet, condamné en récidive légale en juillet 2019 à cinq ans d’emprisonnement, est effective depuis ce mercredi 29 janvier.

Le juge d’application des peines de Bonneville a accepté la demande de mise en liberté conditionnelle après en avoir refusé deux. Corinne, l’épouse de “Gus” se dit “sans voix ” face à une telle décision qui heurte les gendarmes et les forces de l’ordre. Cette mesure est d’autant plus incompréhensible pour l’entourage que ce délinquant récidiviste vient de compléter son palmarès.

Lire aussi : Gendarme de l’Ain amputé: cinq ans pour le chauffard récidiviste (Vidéos)

Le motard toujours sous main de justice

Il a en effet écopé à Chambéry, en décembre dernier, d’une peine de 12 mois dont 6 avec sursis pour un délit routier. Mais, l’infraction étant antérieure au drame d’avril 2018, la justice n’en a pas tenu compte dans l’examen de la demande de libération conditionnelle. Détenu modèle, ayant trouvé un emploi, il bénéficie des remises de peine classiques. “J’espère que la juge n’aura pas à regretter cette décision, c’est un individu addict à la vitesse qui est remis sur les routes”, commente Corinne. Le jeune homme reste néanmoins sous main de justice puisqu’il portera désormais un bracelet électronique jusqu’au mois d’août.

Au final le délinquant est resté un peu plus de 21 mois en détention dans un dossier d’abord ouvert au criminel. Didier Poncet avait déjà écopé en décembre 2017 de quatre mois de prison avec sursis et révocation d’un sursis antérieur pour “refus d’obtempérer aggravé par la mise en danger d’autrui et conduite d’un véhicule à moteur malgré la suspension du permis de conduire”. Ce délinquant routier avait percuté le 18 avril 2018 le gendarme de la brigade motorisée de Belley (Ain) après deux refus d’obtempérer à Artemare et Talissieu. Il conduisait malgré une suspension de permis en récidive légale, et sans assurance. Lors de l’audience, le parquet avait requis 7 ans de prison mais n’avait pas été suivi. Poncet avait présenté des excuses, jugées “bidon” par le gendarme et ses proches.

“J’ai perdu ma jambe à vie”

“Gus”, parvient à remonter seul sur sa moto et à rouler normalement. (Photo D.C/L’Essor)

Peu avant le procès, Gus avait reçu “L’Essor”  nous avait confié : “il fera un peu de prison, moi j’ai perdu ma jambe à vie”. Désormais à la compagnie de Belley dans un poste sédentaire, il ne remontera plus jamais sur une moto bleue. Motard émérite, il continue à rouler dans le civil et se reconstruit par le sport. Il participe notamment au challenge Ad Victoriam.

Lire aussi: Gendarme de l’Ain amputé: le chauffard récidiviste devant le tribunal

Le jour des faits, Didier Poncet, manutentionnaire en intérim, avait heurté à une vitesse évaluée à 180 km/h le chef Pascal Guldenfels. Ce dernier procédait avec son binôme à un contrôle. Au guidon de sa Yamaha R6 débridée d’environ 120 CV, une moto de piste de près de 13.000 euros, il avait pu continuer sa route et avait pris la fuite.

Parvenu à Talissieu, il avait de nouveau refusé d’obéir à deux gendarmes. Il avait même eu le réflexe de se retourner tout en roulant afin de retourner sa plaque d’immatriculation pour empêcher les militaires de la relever! Mais il avait finalement été identifié à la suite d’un appel à témoins et placé en garde à vue près de huit heures après les faits.

Lire aussi : L’admirable leçon de vie de Gus, le motocycliste de l’Ain amputé (Vidéos et diaporama)

4 Commentaires

  1. coulon

    Ce fait démontre encore une fois le laxisme réccurent de la justice en matière judiciaire lorsque un membre des forces de l’ordre est victime d’un chauffard ou d’un délinquant.

  2. Robby

    Quel est le message délivré une nouvelle fois mis à part le mépris pour les FSI? Il est plus facile de taper sur le socialement intégré et solvable que sur le parasite au pouvoir de nuisance. Nous n’y arriverons jamais.

  3. Serge Jaskulski

    Bonjour à tous
    Quelle honte !!

  4. Gaétan

    Condamné à 5 ans de prison, il fait que 21 mois soit à peine 35% de la peine prononcée. Une remise de peine de 65% du total de la peine… Pour un mec en récidive ! Les FSI ne sont plus respectées, la justice acquiesce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *