samedi 24 août 2019
Accueil / A la une / Le ministre Lecornu, co-animateur du “grand débat” national, est colonel de réserve (spécialiste) de la Gendarmerie
Alexandre Benalla et Sébastien Lecornu ont été d'authentiques réservistes opérationnels avant d'être promus dans la réserve des spécialistes Capture d'écran Twitter Cédric Pietralunga/Le Monde

Le ministre Lecornu, co-animateur du “grand débat” national, est colonel de réserve (spécialiste) de la Gendarmerie

Sébastien Lecornu a été désigné avec Emmanuelle Wargon pour animer le grand débat national, organisé par le gouvernement. Ce jeune ministre chargé des collectivités territoriales auprès de Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, est très lié à la Gendarmerie.

L’ancien maire de Vernon (Eure) est en effet réserviste de la Gendarmerie et ce depuis de nombreuses années. Il a intégré la réserve opérationnelle en 2011. En politique, Sébastien Lecornu a été l’ancien président du conseil départemental de l’Eure et secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique.

L’hebdomadaire Paris Match lui avait consacré un portrait en janvier 2018, intitulé Sébastien Lecornu, un gendarme au gouvernement. Dans l’une des photos illustrant cet article, on aperçoit sa vareuse bien en évidence dans son bureau du ministère de la transition écologique.

Lire aussi sur L’EssorAlexandre Benalla, un réserviste opérationnel passé de brigadier à lieutenant-colonel : explications (actualisé avec note de la direction aux réservistes)

Nommé sous-lieutenant le 26 juillet 2011 puis automatiquement  lieutenant en décembre 2012, il a servi activement dans la réserve du groupement de l’Eure et a notamment commandé un peloton de réserve dans lequel figurait le brigadier Alexandre Benalla.

Ensuite, comme son ancien subordonné, nommé lieutenant-colonel, le lieutenant Lecornu a été promu colonel dans la réserve opérationnelle au titre des spécialistes comme le prévoit l’article L4221-3 du code de la défense. Il était alors âgé de 31 ans. Comme déjà écrit par L’Essor, il a été nommé très discrètement et sans publication officielle, à l’instar d’Alexandre Benalla

Lire aussi sur L’EssorL’UNPRG demande la fin du “bradage des grades dans la réserve” et s’interroge sur l’utilité des grades dans la réserve citoyenne

A voir également

Le Mémorial canadien de Bourlon, point de départ du circuit (Photo : CC Osartis-Marquion).

Un ancien gendarme imagine un “Circuit de la mémoire” sur les traces de la Grande Guerre

Le 8 septembre prochain, la communauté de communes Osartis-Marquion donne rendez-vous aux motards pour une journée « Circuit du souvenir » alliant tourisme et mémoire.

4 Commentaires

  1. Gnd Darouel

    Encore un vrai spécialiste dont la nomination est bien entendue liée à des compétences reconnues et utiles à l’Arme, et pas du tout à des accointances politiques… Il nous en faudrait encore beaucoup comme ça, on a tellement besoin d’officiers supérieurs fantoches dans la réserve…

  2. Il est proprement invraisemblable pour ne pas dire inadmissible que certains réservistes, pas toujours de bon aloi, aient des carrières aussi “satellitaires” et que tant d’excellents gradés et officiers d’active n’accèdent pas à des grades qu’ils auraient du obtenir en fin de carrière, par ce qu’un poignée de gens qui se prennent pour la fine fleur de l’univers en ont décidé autrement. La méritocratie n’aura jamais lieu chez nous. L’avancement, pour l’active comme pour les réservistes, devrait être calculé par informatique sur la base de critères de mérites réels et non pas sur la base de notation parfaitement inobjective et sur les bons points distribués par leurs chefs chéris !
    Signé Chef d’escadron er Alain Maury 103362 u

  3. DROLLEE

    Je ne reconnais plus mon ARME. Arrêtons cette mascarade de réservistes opérationnels ou citoyens dont un grand nombre ne sont que des imposteurs qui portent atteintes à l’engagement de tous les militaires de carriere de la gendarmerie qui, en risquant leur vie 24/24 heures, protègent les citoyens et luttent contre la délinquance. Il est temps de remettre de l’ordre et de mieux considérer ceux qui dans l’ombre ont le sens de l’honneur et de l’intérêt de tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *