jeudi 24 septembre 2020
Accueil / A la Une / Le message poignant d’un camarade à l’adresse de Mélanie Lemée
Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)
Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Le message poignant d’un camarade à l’adresse de Mélanie Lemée

L’adjudant Sébastien C. a vécu au plus près le drame du week-end dernier qui a emporté la gendarme Mélanie Lemée. Un automobiliste, auteur de plusieurs refus d’obtempérer, a tué la jeune femme de 25 ans en poste à un barrage.

La gendarme Mélanie Lemée avait remporté le championnat de France militaire de judo en 2018 (PH: GGD du Lot-et-Garonne)
La gendarme Mélanie Lemée avait remporté le championnat de France militaire de judo en 2018 (PH: GGD du Lot-et-Garonne)

Le gendarme, membre de l’association professionnelle nationale de militaires (APNM) Gendarmes & Citoyens, est revenu sur ce drame dans un récit poignant. “Ce soir, mon téléphone sonne”, écrit le militaire. Nous sommes le samedi 4 juillet, il est 20h52. Au bout du fil, un camarade lui annonce une terrible nouvelle. “Seb, Mélanie vient d’être renversée. Le chauffeur est en fuite.” Le gendarme se prépare aussitôt. “On s’équipe machinalement comme pour toute mission et pour accomplir notre devoir, raconte-t-il. Mais là, c’est une camarade qui est touchée.

Lire aussi: La forte participation à la cagnotte de soutien à la famille de Mélanie Lemée, signe de la profonde émotion suscitée par sa mort tragique

“Les réflexes professionnels et l’affect se mélangent sur la route rythmée par le gyrophare et le 2 tons, poursuit le militaire. On entend à la conf que le chauffeur a été interpelé. Quelques instants plus tard on arrive sur les lieux. Une chaude soirée d’été où le soleil chauffe encore le bitume.” Le gendarme découvre alors Mélanie Lemée, gisant au sol. Très grièvement touchée, la jeune femme est morte avant l’arrivée de l’hélicoptère du Samu.

“On est tous là à te voir partir”, explique le camarade de Mélanie Lemée

“Tu es là, couchée sur le sol. Les hommes en blanc font tout ce qu’ils peuvent pour que tu restes parmi nous. Les visages sont lourds. Les regards se croisent entre ceux qui sont présents en espérant un miracle. Ton binôme qui t’a vue tomber sur ce bord de route te serre la main, te suppliant de rester, de te battre. (…) On est là tous à te voir partir, toi la combative attachante et souriante.”

Le gendarme prend ensuite en charge le conducteur, âgé de 26 ans. La justice l’a depuis mis en examen. Les premiers éléments de l’enquête ont prouvé qu’il roulait à plus de 130 km/h quand il a percuté Mélanie Lemée. Il transportait également 165 grammes d’une poudre blanche, vraisemblablement de la cocaïne. “Je te regarde, toi le meurtrier, écrit Sébastien C. L’homme en moi crie vengeance, mais le devoir reste plus fort. On doit maintenant continuer la mission. L’obligation inique de te traiter en humain, toi qui vient de voler une vie.”

“Fatigué, en colère et triste”

La brigade de proximité d'Aiguillon, où servait Mélanie Lemée (Capture d'écran Google maps).
La brigade de proximité d’Aiguillon, où servait Mélanie Lemée (Capture d’écran Google maps).

Le conducteur, sans honte, explique ensuite avoir mal. “Tu oses te plaindre de douleurs costales à l’hôpital lors de ta visite de garde à vue, s’indigne Sébastien C.. Et devoir donner un anti-douleurs à toi qui en nous en causé tant. Te déposer en cellule de garde à vue avec le seul espoir que tu ne sortes plus de ces quatre murs.” Le gendarme repart ensuite sur le terrain pour mener à bien cette douloureuse enquête. “Pas le temps de souffler ! Il faut repartir la nuit entière sur les lieux pour surveiller l’endroit où tu nous a quittée, chère Mélanie, et voir ce sang que tu as versé.”

Lire aussi: L’automobiliste qui a tué Mélanie Lemée roulait à plus de 130 km/h

Il est désormais 7h du matin. Le gendarme est “fatigué, en colère et triste”. Il gare son véhicule “à côté de celui qui est devenu une arme et qui porte les stigmates de cette tragédie”. Le militaire confesse “le désir égoïste de rejoindre les miens en pensant aux tiens qui pleurent et hurlent de douleur”. Et de conclure: “Mélanie, c’est un honneur d’avoir servi avec toi, camarade. Tu as toujours été digne de l’uniforme que tu as fièrement porté.”

Crowdfunding campaign banner

10 Commentaires

  1. jean-marc pelabon

    C est la justice qu il faut changer. Ce type est sûrement connu deja des services de police Il faut remettre des peines plancher. 1er jugement normal , la 2eme fois 5 ans minimum quelque soit l infraction, 3 eme fois 15 ans minimum et 4eme perpet. Si cet abruti avait été en prison il n aurait pas été au volant. La prison doit faire peur. J en peux plus de cet impunité.
    C est très triste et c est pas avec dupont Moretti que ca va s arranger..je suis de tout coeur avec vous.

    • Josette Fontaine

      Je suis moi-même maman, mes pensées vont aux parents de cette gendarme. Je leur présente toutes mes condoléances

  2. Bidaud

    Bien triste moment au sein de l’arme qui est une grande famille. Voir tomber l’une des siens, si jeune et d’autant plus difficile à supporter.
    Belles paroles pleines de douleurs mais aussi de respect de la part de ce collègue.
    Condoléances à la famille de Mélanie mais aussi à ses camarades.

  3. Ott

    Touchant témoignage que l’essor a su nous partager votre revue a baigné mon enfance de fille de gendarme mais aussi ma vie de femme car mon père a reçu l’essor jusqu’à sa mort à 92 ans

  4. joly monique

    je pleure en lisant ces paroles , moi qui ai failli perdre mon petit fils 2 fois en 1 an ,du coup il a quitter la gendarmerie ,lui qui s était donner a fond pendant son année d école , mais perdre mélanie ravive ma douleur , je n ose pas penser aux parents , je n ais méme pas de mots pour leur souhaiter quoi du courage , ils vont devoir supporter cette douleur jusqu au bout , ils n auront plus que des photos , mais jamais les bras de leur fille chérie a tenir dans leurs bras , quoi dire je ne sais plus c est tout les jours la méme litanie , les pauvres fo n ent peuvent plus et je sais de quoi je parle 2 personnes de ma famille dans cette corporation , désolée , pas de paroles pour vous consoler , courage aussi a ses collégues

  5. Eric

    Encore une victime de l’ineptie de nos gouvernants qui refusent de voir la France comme elle est devenue…. Un dévidoir de l’humanité ou plus rien se respecte……..La justice doit être réformée, les jugements doivent être prononcés avec sévérité, les peines appliquées sans aucune tolérance….. Les juges doivent prendre conscience que quand ils laissent ou remettent un délinquant en liberté, c’est la société qu’ils mettent en danger….. Ils devraient répondre de leurs actes…. En appliquant la justice avec clémence pour les auteurs de crimes ou délits, ils en oublient trop souvent les victimes et pire encore les futures victimes victimes de leur laxisme……

  6. BELLENGER

    ENCORE UNE FOIS LA GENDARMERIE PAIE UN LOURD TRIBUT EMANANT D UNE VIOLENCE DE PLUS EN
    PLUS RECURENTE POUR CERTAINS LA VIE D UN GENDARME NE VAUT PAS GRAND CHOSE / ET POURTANT
    CE BEAU METIER AU SERVICE DE LA POPULATION DEVRAIT ËTRE PLUS DEFENDU DES POLITIQUES
    AUX PERSONNES QUI VEULENT ËTRE PROTEGEES / JE PRESENTE MES CONDOLEANCES A LA FAMILLE
    POUR QUI CE DRAME EST HORRIBLE A VIVRE
    UN ANCIEN QUI A VECU PLUS DE 30 ANS EN BRIGADE

    • Bréniaux

      Mes larmes coulent en lisant ce magnifique témoignage plein de dignité et d d’émotion.
      Mon hommage et mon grand respect à la famille, aux proches ainsi qu a tout ses collègues de cette jeune femme gendarme.
      Merci à vous tous de risquer vos précieuses vies pour la sécurité et la sérénité de tous.

      Sachez que vous avez tous notre soutien et notre respect.

  7. ADAM Andree

    Condoléances du fond du coeur à la famille de Mélanie à ses frères d armes à ses amis
    Quand donc nos forces de l ordre seront enfin défendues soutenues comme il se doit
    Nous sommes des millions à réclamer cela pour elles
    JUSTICE JUSTICE JUSTICE
    Rétablissement de la peine de mort pour tous ceux qui tuent

  8. JEAN MARIE

    POUR UN REFERANDUM SUR LA PEINE DE MORT
    en cas de :
    viol
    meurtre sur personnes agées, enfants, représentants de l’ordre public et
    ATTENTATS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *