jeudi 22 octobre 2020
Accueil / A la Une / Le GIGN interpelle un forcené dans le Var
Photo d'illustration (GIGN).

Le GIGN interpelle un forcené dans le Var

Le GIGN a interpellé un forcené dans la nuit de jeudi à vendredi à Esparron (Var). Le groupe d’intervention de Versailles-Satory a donné l’assaut après de nombreuses heures de négociation avec cet homme retranché avec sa fillette. Celle-ci est saine et sauve. L’individu qui détenait plusieurs armes de chasse a ouvert le feu sur les gendarmes sans les blesser.

Lire aussi : Le forcené de Charente-Maritime s’est rendu au GIGN sans dommage

Cette très longue intervention débute mercredi après-midi. Les gendarmes reçoivent un appel pour intervenir au domicile d’un homme. Cet individu de 40 ans présente des “signes de troubles du comportement“, selon le parquet, cité par Var Matin.

Il accepte de suivre les pompiers qui doivent le conduire à l’hôpital mais leur fausse compagnie. Il s’enferme alors chez sa mère avec sa fille et menace les gendarmes avec une arme à feu.

Le GIGN donne l’assaut

Les militaires, parviennent à extraire de la maison la mère et la soeur du forcené puis entament les négociations. De nombreux renforts affluent sur place, dont l’antenne GIGN d’Orange.

Finalement, la décision est prise de faire appel au GIGN qui arrive dans la nuit de mercredi à jeudi. Au terme de longues heures de négociations, l’unité nationale d’intervention donne l’assaut. L’homme est placé en garde à vue pour “arrestation, enlèvement ou détention arbitraire au préjudice d’un mineur âgé de moins de 15 ans, menaces de mort, violences avec arme et tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique”. L’enquête, diligentée par la brigade de recherche de Brignoles avec l’appui de la section des recherches de Marseille, se poursuit.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. ”Finalement, la décision est prise de faire appel au GIGN qui arrive dans la nuit de mercredi à jeudi.”
    Le cadre d’emploi et d’action des Antennes GIGN détermine leur spectre d’intervention sur lequel Versailles a un droit d’appréciation, ce que démontre le cas d’espèce.
    Tenu informé par l’antenne de la situation locale et du peu d’effet de la négociation, le GIGN a pris la main car le cadre vécu n’entrait plus dans celui de l’intervention de l’Antenne locale.
    Jusqu’alors, rares sont les exceptions à la règle sauf Trèbes, ressortant du terrorisme, intervention qui est à l’origine d’évolutions évoquées dans l’article de ce lien : https://lessor.org/operationnel/la-gendarmerie-planche-sur-un-renforcement-des-antennes-gign/, dont on ne mesure pas encore la réalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.