samedi 17 août 2019
Accueil / A la une / [Le GIGN en action] L’opération Victor, l’assaut sanglant de la grotte de Gossanah à Ouvéa (vidéo)

[Le GIGN en action] L’opération Victor, l’assaut sanglant de la grotte de Gossanah à Ouvéa (vidéo)

Dix-neuf ravisseurs et deux membres du 11e Choc tués, quatre militaires dont deux du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) blessés. Voici le bilan très lourd de l’opération Victor, l’assaut de la grotte de Gossanah sur l’île d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie.

Jean-Marie Grivel, un ancien gendarme du GIGN, était présent ce 5 mai 1988. Il fait partie des membres de l’unité d’intervention de la Gendarmerie chargée de résoudre la crise entre les deux tours de la présidentielle. Tout commence deux semaines plus tôt. Un commando indépendantiste attaque la brigade de Fayaoué, tuant quatre gendarmes. 27 autres militaires sont pris en otage.

Lire aussi sur L’Essor: Calendrier, épreuves, conseils… Notre guide pour réussir les tests de sélection du GIGN (dossier)

De nombreux otages, dont des membres du GIGN

Pour le GIGN, les choses s’engagent mal après le premier contact avec les indépendantistes. Six gendarmes du Groupe, dont leur commandant, le capitaine Legorjus, sont à leur tour pris en otages. Les indépendantistes récupèrent au passage de l’armement supplémentaire. Le chef de l’opération Victor, le général Jacques Vidal, fait appel à une nouvelle équipe du GIGN, au 11e Choc, le bras armé du service action de la DGSE, au 17e régiment du génie parachutiste ainsi qu’au commando Hubert.

Au sein de l’unité d’intervention, l’ambiance se tend. D’une part, Jean-Marie Grivel rapporte l’incompréhension de certains militaires vis-à-vis des décisions de leur commandant. D’autre part, un gendarme du GIGN, pris en otage, court le risque d’être exécuté si son identité est révélée. Une course contre la montre s’engage.

Le 5 mai, l’assaut est donné. Jean-Marie Grivel sera blessé dans l’opération. L’assaut est sanglant. Une polémique subsiste: des ravisseurs ont-ils été exécutés après leur reddition, comme l’affirme un rapport de La Ligue des droits de l’homme? Pour Jean-Marie Grivel, le bilan aurait bien pu être encore plus lourd sans les militaires du GIGN.

Gabriel Thierry

A voir également

Refus d’obtempérer dans le Maine-et-Loire: un gendarme blessé

Un gendarme du peloton motorisé a été blessé ce 15 août lors d'un refus d'obtempérer lors d'un contrôle à Chemiré-sur-Sarthe. (Maine-et-Loire)

Un commentaire

  1. Yannick

    Vous oubliez le 17 RGP !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *