dimanche 20 octobre 2019
Accueil / A la une / Le général Olivier Kim, nouveau chef des réserves de la Gendarmerie dévoile sa feuille de route
Réservistes niçois en entraînement d'intervention professionnelle (Photo DC/L'Essor)

Le général Olivier Kim, nouveau chef des réserves de la Gendarmerie dévoile sa feuille de route

Le général Olivier Kim, est l’un des généraux les plus décorés  de la Gendarmerie et est l’un trois généraux qui arborent le brevet de chuteur opérationnel qu’il a acquis au GIGN. (Photo Major Fabrice Balsamo/Gendarmerie Nationale)

Il vient de commander une grande région de Gendarmerie très rurale, Bourgogne-Franche-Comté,  “où il constaté toute la pertinence de la réserve opérationnelle”.

“Quand on voit un boulanger travailler la semaine et mettre la tenue de gendarme le week end, nous sommes  complètement en phase avec la Police de sécurité du quotidien” ! lance le général Olivier Kim, connu comme un homme d’action, de mission. Mais ce Bourguignon est aussi un homme de terroir allié à un “bâtisseur”.
Après avoir créé le bureau de lutte antiterroriste, le commandement de la gendarmerie prévôtale, cet ancien commandant en second du GIGN,  (voir ci-dessous) s’est attaqué depuis le 1er août à un “beau défi” : transformer les réserves de la Gendarmerie en un véritable commandement. “C’est la feuille de route que m’a donnée le directeur général ” confie celui qui se dit “très honoré d’être à la tête des réserves”.
Alléger les procédures et les process, mieux recruter, mieux sélectionner, mieux employer, mieux protéger font partie, parmi d’autres, des directives du DGGN.
Message reçu 5/5 pour celui “qui a toujours fait en sorte de construire des structures et des organisations efficaces afin qu’elles lui survivent au service de la Gendarmerie et de nos concitoyens” et qui n’hésite pas à dire avec sa légendaire franchise “qu’il est soldé pour faire fonctionner la réserve à plein régime”.

En un peu plus d’un mois et demi à sa tête,  le général Kim qui estime que la réserve de la Gendarmerie est un outil indispensable pour la manoeuvre dans la lutte contre la délinquance,  pour le contact avec la population, l’obtention de renseignements, et donc dans la lutte anti-terroriste, a déjà fait un état des lieux complet, identifié des besoins et aussitôt initié des actions avec un leitmotiv : être capable en permanence d’organiser au pied levé ou presque une montée en puissance de type Irma.

Lire aussi sur L’EssorUn an après, le retour d’expérience d’un réserviste envoyé aux Antilles après l’ouragan Irma

Les 73 réservistes de la première compagnie de réserve territoriale ont préparé leur départ au fort de Rosny.
Les réservistes de la première compagnie de réserve territoriale avant leur départ pour les îles touchées par l’ouragan Irma (Crédit photo: GT/ L’Essor).

Autre volonté forte du général Kim : améliorer la protection des réservistes, sur le plan social et physique.
Après avoir organisé peu après son arrivée un séminaire de l’équipe du commandement des réserves -15 personnes- qu’il souhaite voir gonfler, le commandant des réserves a formulé une vingtaine de propositions qu’il a adressées au directeur général.

Une circulaire signée le 11 novembre

En attendant, afin de “valoriser les réserves” et instaurer une cohésion entre tous les réservistes, il a déjà créé une page Facebook active depuis le 7 septembre et réuni, en liaison avec la mission numérique dirigée par le colonel Freyssinet, les réservistes cyber à la direction générale le 24 septembre.


Le nouveau “chef” des réserves qui fourmille d’idées veut aussi faire du “benchmarking” (comparaison) avec d’autres pays afin de prendre les bonnes pratiques des réserves d’autres pays comme en Suisse, aux USA et en Espagne pour transposer ce qui est possible au cas français.

“Tout n’est pas déclinable” relativise Olivier Kim qui projette également d’employer davantage des réservistes à l’international dans des instances comme Civipol ou DCI.

Le général Kim est aussi un chef militaire profondément attaché aux symboles et à l’histoire. Ainsi, pour formaliser la feuille de route de la réserve, le directeur général va signer une circulaire le 11 novembre prochain à l’occasion du centenaire de la grande guerre afin de rendre hommage aux gendarmes réservistes morts au front.

Un drapeau pour les réserves parmi les propositions

Quelques une des propositions 

  • Une charte du réserviste opérationnel et citoyen a été élaborée pendant le premier séminaire. Elle va être soumise à trois réservistes opérationnels et trois réservistes citoyens représentatifs ainsi qu’aux associations de gendarmes de réserve et l’inspection générale de la Gendarmerie, référente en matière de déontologie. “Le code du gendarme ne vise que l’active, il y avait  donc un vide” justifie Olivier Kim.
  • La création d’un journal du réserviste opérationnel et citoyen qui s’appellera le ROC (pour réserviste opérationnel et citoyen) avec une référence pour “le roc sur lequel on construit des fondations solides” et qui comprendra des portraits de réservistes chaque mois.
  • Mise en place d’une chaîne thématique d’information afin d’avoir des répercussions plus rapides des décisions du directeur général, déclinées par le commandement des réserves avec la désignation dans les régions et groupements de l’officier adjoint commandement comme correspondant du CRG.
  • Une étude va également être proposée au directeur général sur la mise en place d’un emblème. Les réservistes se rallient au drapeau de leur formation administrative (les Régions)  mais lors d’engagements ou des cérémonies impliquant des réservistes de plusieurs corps, ceux-ci pourraient se rallier à l’emblème national du commandant des réserves

Lire aussi sur L’EssorRéserves : 600 réservistes supplémentaires par jour jusqu’à la fin de l’année (actualisé)

La solde mensualisée

C’est une doléance récurrente des réservistes : des délais de paiement trop longs constatés depuis plusieurs années.
Ainsi, annonce le général Kim, ces délais devraient diminuer en 2019 et même disparaître à moyen terme avec le passage à la mensualisation de la solde des réservistes dès l’année prochaine.
C’est le nouveau système de soldes des Gendarmes, Agorha soldes, qui entre en vigueur le 1er janvier 2019 qui va gérer la solde des réservistes.

 

Ancien du GIGN à Marignane, de l’antiterrorisme, des opérations spéciales et premier commandant de la Gendarmerie prévôtale 

Le général Olivier Kim (Photo Gendarmerie nationale). Région Bourgogne-France-Comté Groupement Côte d'Or
Le général Olivier Kim a une carrière déjà très riche et variée (Photo d’illustration/ Gendarmerie nationale).

Avant d’être commandant et délégué des réserves de la Gendarmerie et secrétaire général de la réserve citoyenne de défense et de sécurité pour la Gendarmerie à Issy-les-Moulineaux (92), c’est son titre exact, le général Olivier Kim a commandé pendant 3 ans la région de Gendarmerie Bourgogne-Franche-Comté et le groupement de Gendarmerie départementale de la Côte d’Or à Dijon (21) .

Ancien enfant de troupe, saint-cyrien de la promotion des Cadets de la France Libre (1985), officier de gendarmerie “direct”, il a débuté comme commandant du peloton blindé de l’escadron 6/11 de gendarmerie mobile à la Réole (33). Il a rejoint après réussi les tests d’aptitude le GIGN comme officier-adjoint puis commandant en second. Au sein de cette unité, il a été engagé dans une centaine de missions anti-criminelles et anti-terroristes dont l’opération de libération des 176 otages sur le vol Alger Paris, à bord de l’Airbus A- 300 d’Air France à Marseille-Marignane du 24 au 26 décembre 1994 comme adjoint du capitaine Denis Favier, ancien DGGN.

Il y créera aussi la cellule des chuteurs opérationnels. (*) Il a ensuite commandé la compagnie de Salon-de-Provence (13) avant d’être muté au commandement des opérations spéciales (COS) à Taverny 95 comme officier de liaison et conseiller Gendarmerie du général, commandant le COS. Au sein de cette unité, il a été engagé dans le cadre d’opérations spéciales sur plusieurs théâtres d’opérations extérieures dans les Balkans, notamment comme adjoint du chef de détachement du COS à Mitrovica au  Kosovo,  et a participé à la planification et à la conduite  d’arrestations de criminels de guerre.

Après l’École de Guerre (collège interarmées de défense) et un DEA de stratégie à l’école pratique des hautes études où il soutenu un mémoire  intitulé “Terrorisme et contre terrorisme aériens” anticipant les attentats du 11 septembre 2001, il a été affecté en qualité d’adjoint au chef du bureau défense à la direction générale. Devenu expert-gendarmerie en lutte anti-terroriste, il a créé et dirigé le  bureau de la lutte antiterroriste (BLAT) de la sous-direction de la police judiciaire de la DGGN à Paris. Promu colonel, il a commandé le groupement de la Haute Savoie à Annecy (74) puis a été affecté en Afghanistan, en qualité de conseiller technique et mentor du général Païkan Zamary, chef de l’afghan national civil order police (ANCOP) et de directeur de programme de l’ANCOP au sein du NATO training mission for Afghanistan (NTMA). Après cette mission qui l’a vu effectuer plus de 18000 km par la route, le directeur général lui a confié la création et la direction du commandement de la gendarmerie prévôtale.

En 2015, il a pris le commandement de la région Bourgogne et du groupement de la Côte d’Or qui est devenue le 1er janvier 2016 la région de gendarmerie Bourgogne- Franche -Comté.

Auditeur de la 60e session du centre des hautes études militaires (CHEM) et de la 63e session de l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN) le général Olivier Kim qui est l’un des deux généraux – avec Hubert Bonneau– chuteur opérationnel,  est officier de la Légion d’honneur, titulaire de la croix de la valeur militaire avec deux citations à l’ordre du corps d’armée et de la division. Il a été plusieurs fois cité au plan militaire et au plan civil pour des actes de courage et de dévouement et a été également décoré de la Bronze Star des États-Unis d’Amérique et de la médaille d’honneur du ministère de l’intérieur afghan pour son action en Afghanistan.

Il est marié et père de quatre enfants, dont un gendarme.

(*) Il est avec les généraux Hubert Bonneau , ancien chef du GIGN et Lionel Lavergne, chef du GSPR,  l’un trois généraux de Gendarmerie chuteur opérationnel.

Lire aussi sur L’EssorLe général Kim quitte Dijon pour prendre le commandement des réserves (Vidéo)

Didier Chalumeau 

A voir également

Le directeur général de la Gendarmerie, le général d'armée Richard Lizurey (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Richard Lizurey prépare sa reconversion dans le conseil

L'adieu aux armes du général d'armée Richard Lizurey ne sera pas synonyme de retraite. L'officier général va créer une société de conseil aux entreprises.

Un commentaire

  1. ABLARD

    Bonjour. Le Général Olivier KIM est aussi un amateur de rugby. Lorsqu’il a commandé la Compagnie de Salon il faisait parti de l’équipe “Les Vieux Crampons” de la Légion de Gendarmerie de P.A.C.A. Cette équipe regroupait une trentaine de gendarmes de tous grades en poste dans les unités de Menton à Castelnaudary en passant par Salon et L’Isle sur la Sorgue. Elle disputait des rencontres contre d’autres unités de Gendarmerie, de la Police, des Douanes, etc…Toujours de bon humeur Olivier était un coéquipier efficace. Bravo et félicitations pour sa réussite professionnelle. Major (ER) Gendarmerie André ABLARD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *