mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / Le général Lambert Lucas pose le képi au terme d’un parcours exceptionnel
Lambert Lucas Une
Le directeur général a remis la médaille de la Gendarmerie au général Lambert Lucas (Photo Sirpa/Gendarmerie)

Le général Lambert Lucas pose le képi au terme d’un parcours exceptionnel

Le général Lambert Lucas, commandant de la Gendarmerie d’outre-mer a fait ses adieux aux armes. Ce chef charismatique quitte l’institution au terme de 38 ans dans l’Arme. Il est l’un des généraux les plus décorés de la Gendarmerie.

Le général Lambert Lucas a reçu la médaille de la Gendarmerie (Photo Fabrice Balsamo/Sirpa Gendarmerie)

C’est une grande figure de la Gendarmerie qui pose le képi. Atteint par la limite d’âge de 60 ans, le général de corps d’armée Lambert Lucas, commandant de la Gendarmerie d’outre-mer rejoint la 2 ème section.

Lire aussi sur L’Essor: Les enjeux de la Gendarmerie outre-mer (interview vidéo du général Lambert Lucas)

Lors d’une cérémonie à Issy-les-Moulineaux (*), le directeur général, le général d’armée Richard Lizurey, a salué son parcours exceptionnel en lui remettant la médaille de la Gendarmerie. Le général Lucas restera dans l’histoire de la Gendarmerie comme le créateur des Cadets. Il était alors commandant du groupement de l’Isère lorsqu’avec le colonel (H) Christian Lachenal, il a créé les premiers cadets. Depuis, ces derniers ont essaimé en métropole comme outre-mer.

Précurseur des cadets de la Gendarmerie

Le général Lambert Lucas est l’un des généraux les plus décorés de la Gendarmerie (Photo: D.C/ L’Essor).

Agé de 59 ans, saint-cyrien de la promotion Général Lassalle 1979- 1981, breveté de l’école de guerre, le général Lucas a beaucoup servi en opérations extérieures et en outre-mer. Il a en effet commandé l’ancêtre de l’antenne GIGN de Guyane, le groupe de pelotons mobiles (GPM). Il a ensuite été adjoint du commandant de la compagnie de Cayenne (Guyane). Puis, avant d’être à la tête du CGOM, il a commandé la Gendarmerie de Guyane pendant trois ans.

Titulaire de la valeur militaire et de la médaille des blessés

Entre deux postes en administration centrale ou à l’étranger, il a aussi commandé la compagnie de Mâcon (Saône-et-Loire), le très gros groupement de l’Isère, et a été commandant en second de la région Paca. Officier de la Légion d’honneur, commandeur dans l’ordre national du Mérite, il est notamment titulaire de la croix de la valeur militaire avec citation à l’ordre de la division (argent). Il l’a obtenue en 1985 comme casque blanc au Liban, lors de la mission d’interposition. Il est aussi décoré de la rare médaille des blessés de guerre. Son successeur est le général Jean-Marc Descoux, actuel commandant de la Gendarmerie de Guadeloupe.

Extraits de l’ordre du jour de l’adieu aux armes

Extraits de l’ordre du jour lu par le général Lizurey:

Évoquer le général Lambert Lucas, c’est donc tout d’abord retracer l’itinéraire professionnel d’un chef au parcours riche et dense, commencé en 1979 lorsqu’il rentre à 20 ans à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr. Au cours de ces affectations, il a acquis une expérience opérationnelle d’une très grande richesse, complétée par de très nombreuses missions ponctuelles. Toujours présent au cœur de l’action, il n’a jamais hésité à s’exposer personnellement lorsque cela était nécessaire. Évoquer le général Lambert Lucas, c’est ensuite parcourir le monde en le suivant dans ses pérégrinations opérationnelles.

Du Liban aux Balkans, de la Belgique à l’Italie, de la Guyane à la Nouvelle-Calédonie en passant par tous les autres départements et territoires d’outre-mer, ce sont près de 13 années qu’il a passé hors de la métropole. Depuis le jeune lieutenant courageux, blessé et cité au Liban, alors qu’il sert sous le casque blanc de l’ONU, jusqu’à l’officier général engagé en Guyane avec l’ensemble de ses unités dans la lutte contre l’orpaillage illégal, contre l’immigration irrégulière, contre les trafics de stupéfiants et contre les violences aux personnes, il n’a eu de cesse de porter haut les couleurs de la France et de la Gendarmerie. 

Aujourd’hui à la tête du commandement de la gendarmerie outre-mer, qui compte neuf commandements de Gendarmerie (COMGEND) répartis sur trois océans et quatre continents, autorité de rattachement de l’ensemble de nos personnels en mission ou en poste à l’étranger, il n’a cessé de veiller à ce que ces unités si particulières puissent disposer des moyens humains et matériels adaptés aux missions spécifiques et aux besoins locaux. Il a multiplié les déplacements dans tous les départements et territoires pour aller au contact de nos personnels, des autorités locales et ainsi avoir la vision la plus réaliste et précise possible, y compris lors d’événements sociaux de haute intensité.

“Une stature, à la fois physique et morale”

Dans ce grand commandement, il a supervisé les opérations liées au passage du cyclone Irma aux Antilles, au scrutin référendaire en Nouvelle-Calédonie, aux troubles nombreux et récurrents à Mayotte, aux répercussions ultra-marines du mouvement des “Gilets Jaunes” ainsi qu’aux nombreuses opérations menées aux côtés de nos camarades des armées en Guyane. Toujours, il a pris des positions claires et adaptées aux enjeux, s’affirmant non seulement comme un chef militaire de grande valeur, mais également comme un conseiller précieux et avisé pour les autorités politiques, notamment la ministre des outre-mers.

Évoquer le général Lambert Lucas, c’est enfin évoquer une stature, à la fois physique et morale. Sportif accompli, chef charismatique, déterminé et suscitant naturellement l’adhésion, il a, tout au long des postes occupés, su faire valoir ses positions et les intérêts de ses personnels en les défendant avec autant de rigueur conceptuelle que de vigueur morale. Ce courage, maintes fois manifesté dans l’action, il n’a jamais hésité non plus à en user auprès des autorités civiles et militaires de tout niveau, avec le souci permanent de la réussite de la mission qui lui était confiée, en veillant au mieux aux intérêts de la Gendarmerie. Animé par un sens marqué de l’intérêt général et par une haute conception de son métier, il a constamment offert l’image d’un officier résolument dans l’action et le concret, à l’intelligence vive et à l’efficacité exemplaire.

D.C

(*) En présence notamment des généraux d’armée (2S) Denis Favier et David Galtier et de plusieurs membres du cabinet de la ministre des outre-mer.

A voir également

Photo d’illustration DC/L'Essor

Mobilité: les régions les plus et les moins attractives

Pour les gendarmes, les régions les plus attractives sont la Nouvelle-Aquitaine, la Bretagne, les Pays de Loire, l’Occitanie, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *