samedi 11 juillet 2020
Accueil / A la une / Le général François Gieré, nommé inspecteur général des armées Gendarmerie
Le général François Giéré décore un réserviste de la Gendarmerie à la direction générale à Issy-les-Moulineaux (M. GUYOT/ESSOR)
Le général François Giéré décore un réserviste de la Gendarmerie à la direction générale à Issy-les-Moulineaux (M. GUYOT/ESSOR)

Le général François Gieré, nommé inspecteur général des armées Gendarmerie

Le général de corps d’armée François Gieré a été nommé inspecteur général des armées Gendarmerie (Igag) ce mercredi en Conseil des ministres. Promu général d’armée à 57 ans, il va donc pouvoir accrocher dès le 1er mars une cinquième étoile à son képi.

Directeur des opérations et de l’emploi, (DOE), numéro 3 de l’Arme, depuis juillet 2017, il remplace ainsi le général d’armée Jean-Marc Loubès. Celui-ci a fait son adieu aux armes le 3 février. L’Essor avait annoncé la nomination du général Gieré au poste d’Igag le même jour.

L’Igag, le médiateur de la Gendarmerie

L’Igag, est le seul autre cinq étoiles de la Gendarmerie avec le DGGN. Il figure parmi les cinq membres du collège des inspecteurs généraux des armées (Terre, Air, Mer, Gendarmerie, Armement). Nommé par la ministre des Armées Florence Parly, il dépend directement de celle-ci. Conseillers permanents du ministre, les inspecteurs généraux des armées remplissent des missions d’étude, d’information et d’organisation. L’Igag est aussi le médiateur au sein de la Gendarmerie.

Cavalier à la Garde républicaine

François Gieré débute sa carrière en 1986 à la Garde républicaine où il commande le 1er escadron du régiment de cavalerie. Il prend ensuite en charge le centre d’instruction du régiment de cavalerie, puis la compagnie de gendarmerie de Fontainebleau (Seine-et-Marne).

Il occupe successivement des postes en cabinet ministériel, en gendarmerie départementale et en administration centrale. En 1998 il devient adjoint au chef du bureau des affaires réservées du cabinet du ministre de la Défense Alain Richard. Il commande ensuite le groupement du Bas-Rhin à partir de 2002 puis, en 2006, devient chef du bureau de la police judiciaire.

Lire aussi: Le général Jean-Marc Loubes, nommé inspecteur général des armées Gendarmerie (IGAG)

Quatre ans plus tard, il est nommé adjoint au chef du cabinet militaire du Premier ministre François Fillon, puis en 2012 chef de cabinet du DGGN Jacques Mignaux. Avant de prendre le commandement en 2015 de la région de gendarmerie d’Aquitaine. Parmi les noms qui circulent pour lui succéder à la DOE, figure celui du général de division Hubert Bonneau. Celui-ci occupe actuellement le poste de directeur de la sécurité diplomatique au Quai d’Orsay. Il a commandé le GIGN de 2014 à 2017.

PMG

 

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Djamal boudjemai

    Les grands chefs de la gendarmerie n’ont pas le droit à l’aproximatif ni à la moindre erreur, c’est dire comme la tâche est compliquée ! Par contre ils ont sous la main un outil envié par toutes les nations du monde. Bravo mon Général et bonne chance… que la solitude du chef ne vous pèse pas de trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *