dimanche 16 mai 2021
Accueil / A la Une / Le gendarme Blaise, parrain de la 487 ème promotion de l’école de Chaumont (vidéo et diaporama)

Le gendarme Blaise, parrain de la 487 ème promotion de l’école de Chaumont (vidéo et diaporama)

La 487 ème promotion de l’école de sous-officiers de Chaumont a été baptisée le 16 mars lors d’une cérémonie placée sous la présidence du  général de corps d’armée Bruno Jockers, commandant la région de Lorraine et la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Est.

Après avoir salué la présence des autorités civiles et militaires, le colonel Pierre Bouquin a tenu à rappeler que l’école de Chaumont “forme jusqu’à 7 compagnies d’élèves gendarmes, ce qui peut représenter à un instant T quelques 850 élèves gendarmes, et pratiquement 200 cadres. C’est donc une école qui participe pleinement à la vie de la cité, à sa vie militaire, mais aussi bien sûr à la vie économique de l’agglomération“.

La 487e promotion compte 114 élèves sortants (87 personnels masculins et 27 personnels féminins). 67 d’entre eux ont choisi d’être affectés en gendarmerie départementale, 40 en gendarmerie mobile et 7 dans la Garde républicaine.

Lire aussi sur L’EssorLa 486 ème promotion “Gendarme Louge” de l’école de Chaumont baptisée (vidéo et diaporama)

En cette journée exceptionnelle “temps fort de la formation des élèves-gendarmes“, le colonel a remercié les familles de leur présence à cette cérémonie “qui viennent découvrir le cadre dans lequel a évolué son fils ou sa fille préférée, etc. et combien il a évolué et changé en quelques mois“.

Il a de même salué le personnel d’encadrement qui a pris en charge ces jeunes pendant  huit mois “pour faire en sorte que la matière brute, un peu délurée et immature, qui nous est arrivée en juillet dernier, soit aujourd’hui pleinement opérationnelle et imprégnée des valeurs de la Gendarmerie.  Nos cadres doivent accomplir avec beaucoup de disponibilité une tâche, certes pleine de noblesse, mais qui est difficile (nos p’tits jeunes ne sont pas toujours des anges….), exigeante. En tout cas, le résultat est là, et moi je dis bravo au capitaine Lebland, le commandant de compagnie, et à tous les cadres de la 4ème compagnie mais aussi de la division d’instruction au travers des sections spécialisées”.

L’Unprg était représentée.

Le gendarme Blaise, parrain de la promotion : le courage et l’abnégation au service de la patrie

Dans son discours, le colonel Pierre Bouquin n’a pas manqué de saluer la famille du parrain de la promotion, en particulier sa fille, présente à la cérémonie. “Sachez que nous sommes collectivement honorés de rendre aujourd’hui hommage à ce “héros anonyme” qui a traversé une période bien singulière de l’histoire de France, et comme cela a été dit tout-à-l’heure, s’est engagé sans retenu, avec détermination et un sens élevé du devoir. Il lègue aujourd’hui aux élèves de la 487ème promotion ses valeurs de courage, d’abnégation au service de la patrie. Ils ont aujourd’hui le devoir d’en être digne ! En tout cas, c’est un bel un exemple pour eux.

Le gendarme Edouard Blaise  est né à Henamenil en Meurthe-et-Moselle le 5 novembre 1893. Le 1er octobre 1913, il est incorporé au 18ème régiment de chasseurs à cheval, comme soldat puis est nommé brigadier. Il participe à la 1ère Guerre Mondiale où il fut cité à l’Ordre du Régiment pour acte de bravoure, après avoir secouru un sous-officier grièvement blessé.

Il sera décoré de la médaille militaire à titre exceptionnel, de la croix de guerre 1914-1918 avec étoile de bronze, de la médaille de la victoire et celle commémorative de la grande Guerre.

Le 30 juin 1919, il est nommé gendarme stagiaire à la 20ème légion de Gendarmerie et effectue son stage au centre d’instruction de Varenne-sur-Allier. Il est par la suite détaché à la prévôté en Allemagne à la 11ème DI.

En 1921, il est affecté à la 8ème légion de Gendarmerie, à la brigade de Bar-sur-Aude en qualité de motocycliste.

Le 14 juin 1940, la défaite de Sedan permet à l’armée allemande de briser le rideau défensif du canal de la Marne. Le 63ème GRDI (Groupe de Reconnaissance de la Division d’Infanterie) composé de motocyclistes, mitrailleurs et cavaliers, se voit confier la mission de ralentir les Allemands.

Dans la nuit du 15 au 16 juin 1940, vers 4 heures, lors de la reconnaissance d’un axe à l’entrée d’Avallon, les gendarmes Blaise et Pierson sont pris à partie par les Allemands. Le gendarme Pierson a le temps de se mettre à couvert, cependant, le gendarme Blaise est atteint mortellement par une balle.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.