lundi 21 septembre 2020
Accueil / A la Une / Le délicat contrôle du confinement par les gendarmes
Contrôle de Gendarmerie dans l'Essonne, dans le cadre du confinement. (L.PICARD/ESSOR)
Contrôle de Gendarmerie dans l'Essonne, dans le cadre du confinement. (L.PICARD/ESSOR)

Le délicat contrôle du confinement par les gendarmes

En première ligne pour faire respecter les mesures de confinement, les gendarmes ont une tâche délicate. Deux cas récents l’illustrent aisément.

Le premier a eu lieu le 3 avril, sur le pont de l’Ile de Ré. Patrice Dupas, un habitant du Loir-et-Cher, vient de rouler 300 kilomètres pour se rendre au chevet de son père mourant. Quatre jours plus tôt, le diagnostic est en effet tombé: l’octogénaire souffre d’un cancer généralisé.

Lire aussi: Face au Covid-19, les gendarmes plus que jamais sur le terrain

Avant de prendre la route, son fils se renseigne auprès de la gendarmerie de son département. Elle lui confirme que son déplacement rentre bien dans le cadre d’un “motif familial impérieux”, prévu par les textes. Muni de son attestation, il franchit donc sans encombre un contrôle de Gendarmerie sur l’autoroute. Mais à l’entrée de l’île, un gendarme inflexible le verbalise et l’oblige à faire demi-tour. A trois kilomètres de son père, Patrice Dupas doit donc renoncer à ses adieux non sans avoir sollicité en vain la gendarmerie, la préfecture et les élus locaux.

Verbalisée à la fenêtre de l’Ehpad de son mari

Six jours plus tard, à Graulhet dans le Tarn, c’est au tour d’une femme de 79 ans de recevoir une contravention. Elle se tenait devant la fenêtre fermée d’un Ehpad, son attestation dans la poche. De l’autre côté réside son mari, 93 ans, interdit de visite depuis le début du confinement. La septuagénaire avait pris l’habitude de brandir une ardoise sur laquelle elle avait écrit quelques mots à son attention.

Sa fille a sollicité la préfecture au sujet de cette contravention. La réponse, consultée par l’AFP est sans appel. “Même si la visite en extérieur de votre mère peut être considérée comme une assistance à personne vulnérable, un cordon sanitaire autour des Ehpad doit être absolument respecté. De ce fait, votre mère était bien en infraction”, explique la préfecture.

Double mea culpa de la Gendarmerie

Ces deux cas sont évidemment choquants et l’émotion qu’ils ont provoqué a contraint la Gendarmerie à faire son mea culpa. Ainsi, dans le Tarn, “au regard du contexte particulier de cette situation, et malgré le caractère sensible de cet établissement sanitaire, la Gendarmerie a immédiatement demandé à l’autorité judiciaire de ne pas poursuivre l’infraction qui a été annulée”, a expliqué le groupement le 15 avril sur sa page Facebook.

Contrôle à proximité de l'EHPAD de GraulhetLe 9 avril 2020, lors d'une patrouille de prévention de proximité, une dame…

Publiée par Gendarmerie du Tarn sur Mercredi 15 avril 2020

Le lendemain, la porte parole de la Gendarmerie, la lieutenante-colonelle Maddy Scheurer, reconnaissait auprès de l’AFP que les gendarmes n’avaient “pas perçu le degré d’urgence” du déplacement de Patrice Dupas à l’Ile de Ré. “Il y a eu une véritable incompréhension. C’est malheureux. Nous le regrettons et nous comprenons sa peine”, a-t-elle ajouté.

Pour comprendre, sans l’excuser, cette dureté, il faut rappeler le contexte dans lequel elle intervient. La Gendarmerie est en effet fortement mobilisée pour faire respecter les mesures de confinement. “Dans une zone touristique comme l’Ile de Ré, il y a une forte pression sur les contrôles de résidence secondaire. Particulièrement avant un weekend de grand beau temps. On demande alors aux gendarmes une application stricte des directives du gouvernement et de la préfecture”, confie un officier de Gendarmerie.

Alors que ses services avaient confirmé le bien fondé de la verbalisation, la préfète du Tarn s’est défaussée sur les gendarmes. “Il y a eu un manque de discernement, les gendarmes ont peut-être été un peu dépassés. Le colonel s’est excusé auprès de la famille”, a ainsi expliqué Catherine Ferrier à France bleu Occitanie.

Du discernement pour le confinement

Ce discernement demandé aux gendarmes pour appliquer des mesures prises dans l’urgence les place dans une situation délicate. Notamment en raison du flou de certaines d’entre elles.

Lire aussi: Le gouvernement comble en urgence une faille juridique dans le contrôle du confinement

“S’ils ne suivent pas les ordres de la hiérarchie, ou s’ils les ont mal interprétés, on pourra leur reprocher. Mais s’ils les suivent alors qu’ils auraient dû faire preuve de “discernement”, on peut également leur en faire grief”, note ainsi le sociologue Christian Mouhanna dans un article paru sur le site The Conversation.  Et le directeur du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip) de préciser qu’“ainsi, la hiérarchie se déresponsabilise, a priori, de toutes les conséquences de l’action policière de terrain”.

Matthieu Guyot

Crowdfunding campaign banner

15 Commentaires

  1. Gérard Manvussat

    Je me souviens d’une phrase qui a suivi toute ma carrière. Elle figurait dans le guide du gendarme édition 1964 (ne riez pas). Une illustration disait : “Réprimer sans discernement c’est facile, mais un gendarme compétent réprime à bon escient” (SIC).

    Je me souviens aussi d’un CGD me reprochant, d’avoir aidé un civil. Un accidenté de la vie devenu SDF sous la tente avait eu un accident matériel. Il était non assuré et incapable de payer le dépanneur. J’avais déplacé l’épave accidentée (dans laquelle il y avait tous ses papiers et toute sa vie) de 200m, pour la garer sur son emplacement. L’histoire s’est mal terminée car le pauvre homme mettra plus tard fin à ses jours.
    Je n’avais pas le droit de déplacer l’épave mais que faire ? Enfoncer encore plus le gars ou pénaliser le dépanneur qui ne serait jamais payé ?
    Les mots de l’officier résonnent encore dans ma tête : “Vous êtes gendarme, vous n’êtes pas là pour aider les gens” (SIC).
    Entre l’empathie et le strict respect des ordres, le métier de gendarme est parfois bien difficile.

    • Rohmer

      Faut prendre exemple des policiers allemands qui eux sont reconnues du public en étant la police ton ami et ton sauveur…on en Est hélas loin c’est honteux !😡

    • Michel THOMAS

      Bien sûr qu’il faut respecter les ordres, mais sur la cm, celui qui te l’a donné n’est souvent pas là, tu es seul avec ta conscience… Alors dans les deux cas cités, les collègues n’ont pas été humains, alors que ça aurait été facile pour eux… Je ne leur trouve pas d’excuse !

    • trt

      Il y a cette pression que j’appelle socio-hiérarchique est le fait de carriéristes, ou d’incompétents inhumains qui ont oubliés d’où ils viennent.

      Malheureusement beaucoup qui disent à leurs collaborateurs ” tu sors donc JE VEUX que tu rentres avec des résultats”

      Quand on est chef, de l’école à la retraite on doit montrer à ses subordonnés son cœur, la rigueur n’empêche pas le cœur.

  2. kidu44

    Effectivement, s’il n’est pas facile d’appliquer le strict respect des mesures de confinement au quotidien par la maréchaussée, il n’en demeure pas moins que les 2 exemples cités relèvent d’un comportement d’abrutis !
    Qui de sensé dans l’nstitution peut appliquer une prune à une vieille femme au prétexte qu’elle reste statique devant la maison de retraite où son époux est hospitalisé …
    Qu’en au second c’est pire, et j’invite les lecteurs à écouter son témoignage absolument incroyable tant la mauvaise foi du mdl/c est stupéfiante ! A tel point, une enquête interne est diligentée tellement cela semble est grotesque..
    Et si on met cela en perspective avec le scandale des directives qui sont données aux F.O. d’éviter les quartiers pour vérification des bonne mesures de confinement, les citoyens ont raisons d’être écoeurés de tels agissements !

    • Fournier

      Commentaire insolent. Vous sortez des inepties. Toujours sur les quartiers. … standard du parfait extrémiste et populistes. Il y a dans toutes les professions des personnes qui n’ont pas une logique de l’appréciation du moment. . Soutien aux fod

      • kidu44

        “Commentaire insolent !!”
        Ne t’en déplaise, et pourtant bien réel..
        A défaut de lire la presse, je t’en écris un extrait qu’il t’appartiendra de vérifier si tant bien tu en es capable :
        « Ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans certains quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements ». Selon le Canard enchaîné, la phrase a été prononcée par le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez à l’occasion d’une visioconférence réunissant le 18 mars dernier les préfets de zone de défense.

  3. MUNSCH C

    Je me souviens de ce beau slogan qualifiant l’arme que j’ai servie 25 ans… Gendarmerie Nationale : Une Force Humaine !
    Cela avait du sens, me semble-t-il… Maintenant j’ai plus affaire à des jeunes gens outrageusement imbus de l’autorité qui leur est confiée.
    Le métier est plus difficile, certes, mais le bon sens et le discernement devraient prévaloir. Attention au retour de bâton d’une société qui supportera de moins en moins les abus d’autorité te le manque de compréhension !!!
    Bravo à ceux qui appliquent ces principes élémentaires… Pour les autres je me demande ce qu’ils font dans l’institution. À moins que cette dernière ait perdue son âme en étant intégrée ua ministère de l’intérieur ???
    Salutations d’un retraité quelquefois honteux de ce qu’il voit

  4. J’ai remarqué avec les années la mentalités des gendarme changer, heureusement pas tous mais quand vous tombé sur un gendarme qui se crois investi de tous les pouvoirs vous aurez forcément tort même s’il ne peu donner d’explication à l’infraction. Ancien de l’arme j’ai eu droit à un gendarme insolent, je lui expliquais ce que c’était le discernement et le retour que l’on pouvais en retirer dans le temps. La réflexion m’a été singlante (vous n’allez pas m’apprendre mon métier) gentillement je lui ai dit que moi aussi j’ai été gendarme et que la Gendarmerie étai une force humaine notre moyen d’être juste était le mémento du gendarme. Qui disait le premier rôles du gendarme étais l’éducation des verbalisé et en dernier ressort savoiir verbaliser avec pédagogie. Je sais que vous allez dire encore un vieux oui bien sûre. Mais je comprends vos pressionsvenant d en haut.

  5. Le misanthrope

    Ce qui s’est passé à l’ile de Ré est particulièrement bouleversant et révoltant. En effet toutes les excuses de la gendarmerie ne ramèneront pas la possibilité pour ce monsieur Dupas de dire adieu à son père.
    Un personnel de l’arme, MDL/C de son état selon ce qui est dit plus haut, vient d’ajouter une nouvelle cassure entre la gendarmerie et la population.
    Pourtant, aujourd’hui tous les militaires de l’arme disposent de moyens de communication qui, dans le cas présent, auraient pu permettre de vérifier très rapidement la réalité de la situation qui avait conduit monsieur DUPAS à parcourir 300 kilomètres pour rejoindre l’ile de Ré. Ce MDL/C n’a pas jugé bon de prendre ces quelques instants pour le faire. Son comportement n’est pas digne de l’uniforme qu’il porte.

    • trt

      Ce personnel discrédite l’ensemble de l’arme, et tous les efforts faits depuis des années pour être proche de la population réduits presque à néant suite à cette faute professionnelle

  6. un d'en bas

    Dans le premier cas, La Gendarmerie n’a pas fait fait “son mea-culpa”. Elle a exprimé des regrets. C’est très différent de présenter ses excuses. M. Dupas est resté plus de 5h pour essayer de débloquer la situation. Le gendarme a fait preuve d’un manque d’humanité flagrant. Il n’y a aucune honte à remonter ses soucis à sa hiérarchie, son attitude est totalement incompréhensible. Si celle-ci était au courant et n’a pas réagi, alors la faute est collective.

  7. Fournier

    Pourquoi les fdo n’utilisent pas les visière du mo pour effectuer les contrôles des attestations. ? J’ai même vu (à la télé ) certains rentraient leur tête dans le véhicule pour vérifier. La vitre devrait rester fermée. Le conducteur doit mettre l’attestation et cni à la vitre. Vu même des fdo prendre attestation et cni dans leurs mains. Tourner ces documents dans tous les sens. Alors qu’il suffit au contrôlé de les tendre à bout de bras. Les vieilles habitudes doivent disparaître. Protégez vous. Soutien aux fdo. Merci.

  8. Michel

    Bonjour
    C’est sûr que tout ça est anormal…,…
    Il faudrait toutefois arrêter la polémique….Qui ne fait pas d’erreur dans la vie…..
    Moi même 34 ans au service de la population, j’ai dû souvent agir d’initiative pour faire preuve de bon sens.

  9. Julesdenface

    Les injonctions contradictoires venues d’en-haut et sa traduction verbale avec un certain caporalisme par certains petits chefs n’aident pas l’empathie des troupes.
    https://www.lepoint.fr/invites-du-point/chronique-d-un-flic-face-au-coronavirus-une-police-sans-protection-19-04-2020-2372062_420.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *