mardi 24 novembre 2020
Accueil / A la Une / Le coup de gueule des gendarmes du PGHM de Chamonix après le décès d’un skieur en plein confinement
Des secouristes du PGHM de Chamonix reviennent d’un secours en montagne à bord d’un EC 145 de la section aérienne . (Photo: M. Guyot/L'Essor)
Des secouristes du PGHM de Chamonix reviennent d’un secours en montagne à bord d’un EC 145 de la section aérienne . (Photo: M. Guyot/L'Essor)

Le coup de gueule des gendarmes du PGHM de Chamonix après le décès d’un skieur en plein confinement

Un homme âgé de 24 ans a été retrouvé mort, ce dimanche 5 avril, dans le massif du Mont-Blanc, par les secouristes du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix. Un accident qui intervient en plein confinement lié à la pandémie de coronavirus.

L'homme était semble-t-il parti seul faire du ski de randonnée sur la massif du Mont-Blanc. (Image d'illustration)
L’homme était semble-t-il parti seul faire du ski de randonnée sur la massif du Mont-Blanc. (Image d’illustration)

Parti le samedi 4 avril, l’homme, originaire de la station des Houches (Haute-Savoie), aurait fait une chute mortelle de 300 mètres. Selon les premiers éléments de l’enquête, il évoluait en skis de randonnée, en suivant la ligne de chemin de fer reliant Saint-Gervais au glacier de Bionnassay. Un itinéraire où de nombreux accidents sont enregistrés chaque saison. Inquiets de ne pas avoir de nouvelles, ses proches ont alerté les secours le dimanche matin. Vers midi, les gendarmes ont fini par retrouver son corps, en contrebas du Nid d’Aigle, terminus du célèbre tramway du Mont-Blanc.

Interrogé par France Bleu Pays de Savoie, le lieutenant-colonel Stéphane Bozon, commandant le PGHM de Chamonix, évoque “un accident extrêmement violent”. Il ne cache pas sa colère. “L’arrêté préfectoral est pourtant clair: aucune activité en montagne n’est autorisée à plus de 100 mètres de dénivelé au-dessus du lieu de confinement”. Depuis plusieurs semaines, lui et ses équipes répètent ce message: “Respectons le confinement, même en montagne !”

“Secours à zéro, verbalisations en baisse”

Dans l’ensemble, les règles sont plutôt suivies. Le compte Twitter “PGHM secours en montage” notait d’ailleurs il y a quelques jours que l’activité secours était à zéro. Et les verbalisations en baisse. Néanmoins, les sorties de ceux que le patron des gendarmes secouristes de Chamonix qualifie d‘”irresponsables”, continuent. Il évoque même avec stupeur le fait que lors de l’intervention ce dimanche, alors qu’ils venaient de découvrir le corps de la victime, les gendarmes ont repéré et sanctionné des pratiquants de l’alpinisme. “En plein confinement, on ne peut pas encombrer les urgences avec des accidents de montagne. Et je ne peux pas envoyer des hélicoptères dès que ces personnes font n’importe quoi.”

Même son de cloche avec le PGHM des Pyrénées-Orientales

La veille, samedi 4 avril, c’est dans les Pyrénées-Orientales que les gendarmes du PGHM d’Osséja avaient eux aussi tiré la sonnette d’alarme. Un Perpignanais avait du être secouru après une chute dans un ruisseau et des ronces. Il tentait alors de traverser la frontière franco-espagnole par un sentier de randonnée. Son but: se rendre à La Jonquera pour acheter des cigarettes. Il avait déjà été refoulé auparavant alors qu’il tentait de s’y rendre en voiture. Après avoir été secouru, il écopera d’ailleurs d’une amende de 135 euros.

Des patrouilles en altitude

En montagne comme en plaine, les gendarmes multiplient les avertissements depuis la mise en place des mesures de confinement. Mais les mesures dissuasives n’arrêtent pourtant pas les plus téméraires. Pour cette raison, les gendarmes des unités de secours en montagne, dont l’essentiel des missions visait à porter secours et mener des enquêtes en milieux montagnards, ont rebouclé le ceinturon. Ils mènent ainsi des patrouilles en altitude, en complément des unités territoriales, et n’hésitent plus à verbaliser.

Lire aussi: Face au Covid-19, les gendarmes plus que jamais sur le terrain

LP.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.