mercredi 21 août 2019
Accueil / A la une / Le colonel Eric Lamiral, un baroudeur à la tête de Saint-Astier
Saint Astier
lors de la passation de commandement à Saint-Astier le 16 juillet dernier. Le colonel Lamiral est à gauche, son prédécesseur à droite et le général Morterol au pupitre (Photo Facebook CNEFG)

Le colonel Eric Lamiral, un baroudeur à la tête de Saint-Astier

Le colonel Eric Lamiral a pris la tête du centre d’entraînement au maintien de l’ordre de Saint-Astier (24). Il succède au général Stéphane Bras, nommé à la tête de la Gendarmerie de Guyane. Ce moniteur d’intervention professionnelle présente la particularité d’être un ancien officier de la Légion étrangère.

Comme son prédécesseur, il est Saint-Cyrien, décoré de la croix de la valeur militaire. Et comme lui, il a débuté sa carrière dans l’armée de Terre. Mais le colonel Lamiral, 50 ans, présente une particularité. Il est un des rares officiers de Gendarmerie à être passé par la Légion étrangère. En effet, ce Saint-Cyrien a servi dans le génie Légion au 6 ème régiment étranger du génie (REG) à Loudun (30) comme lieutenant. Démineur, il a été notamment  été projeté au Cambodge, un pays où il est né d’un père …gendarme! Mais aussi en Bosnie.

Lire aussi sur L’EssorA l’occasion des 50 ans de Saint-Astier, le ministre annonce un nouveau schéma national de maintien de l’ordre

Lamiral
Le colonel Eric Lamiral, nouveau patron de Saint-Astier (Photo CNEFG)

Dans un interview à l’Echo Républicain lors de son arrivée à la tête du groupement gendarmerie départementale d’Eure-et-Loir, il a évoqué cette période de sa vie. “J’ai été touché par ces enfants et ces adultes estropiés. On a déminé des champs pour qu’ils soient cultivables”. Sur son expérience à la Légion, il en parle comme d’un “moment magnifique”,” un challenge.  Avec tous ces hommes d’une culture différente, confrontés à des problèmes très différents, j’ai découvert tous les aspects de la nature humaine. J’ai appris le commandement, le dépassement de soi, l’endurance physique et morale”.

En Afghanistan avec le groupement de Gendarmerie mobile de Bouliac

C’est tout naturellement que ce fils de gendarme a intégré l’Arme au grade de capitaine. Il a alors commandé l’escadron 36/3 de Joué-les-Tours puis la compagnie d’Aubagne (13). Ce moniteur d’intervention professionnelle a ensuite commandé le groupement 1/2 de gendarmerie mobile de Bouliac (33) avec lequel il est parti en 2011 en Afghanistan pour effectuer des missions de formation de la police afghane à l’école de Wardak et l’encadrement des forces de sécurité dans le secteur tenu par les militaires français dans la province de la Kapisa.

Ce diplôme de l’École de guerre a ensuite commandé le groupement de “GD” de  l’Eure-et-Loir (28) à Chartres.

Avant d’arriver en août 2018 au CNEFG de Saint-Astier en qualité de chargé de projets, il a passé trois ans comme attaché de sécurité intérieure (ASI) à l’ambassade de France en Argentine.

C’est donc un officier expérimenté en matière de maintien de l’ordre, d’intervention professionnelle, mais aussi un homme de terrain, un soldat, qui prend les rênes de la “vitrine” de la Gendarmerie, devenu un centre d’excellence européen. Le CNEFG qui a fêté ses 50 ans cette année a d’ailleurs eu le privilège de défiler au 14 juillet à Paris.

Juste après, le 16 juillet, le général de corps d’armée, Thibaut Morterol, commandant des écoles de la Gendarmerie  a présidé la  cérémonie de passation de commandement.

Didier Chalumeau 

 

A voir également

Illustration (Photo : DC/L'Essor).

Haute-Garonne : alerte à l'”arnaque à l’Irlandaise” sur les aires d’autoroute

La gendarmerie de Haute-Garonne lance sur son compte Facebook un appel à la vigilance sur la recrudescence des "arnaques à l'irlandaise", ces vols par ruse ou par fausse qualité qui se multiplient sur les airs d'autoroute du département.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *