vendredi 23 octobre 2020
Accueil / A la Une / Le chef d’escadron Denis Mottier quitte Nice pour l’école de guerre
de gauche à droite, le général Mottier, Dominique Estrosi-Sassone, Aleandra Valetta-Ardisson, Eric Ciotti, Denis Mottier, Gwenaelle Chapuis et Grégory Vinot (Photo DR)

Le chef d’escadron Denis Mottier quitte Nice pour l’école de guerre

Après quatre ans à la tête de la compagnie de Nice, le chef d’escadron Denis Mottier, rejoint la capitale pour suivre la scolarité de l’école de guerre après avoir brillamment réussi du premier coup le concours avec une belle 2 ème place.

Si l’on mesure l’estime portée à un officier de gendarmerie à l’aune du nombre de personnalités présentes lors de son “pot de départ”, alors le commandant Mottier était très apprécié !
En effet, c’est avec une belle unanimité que le corps préfectoral, représenté par la sous-préfète de Nice Montagne Gwenaelle Chapuis et le directeur de cabinet  Jean-Gabriel Delacroix, et le monde politique azuréen,  ont salué son départ.

Le colonel Grégory Vinot, commandement de groupement, lui a témoigné la reconnaissance du commandement à travers une lettre de félicitations et a en particulier souligné son attitude qui l’a conduit à engager spontanément et de sa propre initiative des effectifs au coeur de Nice après l’attentat du 14 juillet 2016.  Cette conduite du chef d’escadron Mottier lui a d’ailleurs valu la médaille d’or de la sécurité intérieur.
Mais le plus bel hommage qu’a reçu l’officier de 37 ans à l’aube d’une deuxième partie de carrière, c’est celui, inhabituel,  d’un père, général de Gendarmerie en deuxième section à son fils, officier de gendarmerie.
En effet, présent, et en tenue, le général de corps d’armée Bernard Mottier, une “figure” de la Gendarmerie, dont il a été le directeur du personnel militaire mais aussi le créateur et le premier chef de l’inspection général, a tenu à s’adresser,  à son fils et aux personnalités présentes.  Avec des mots forcément touchants, et avec une fierté non dissimulée, le général Mottier a parlé de son fils en commençant, à dessein, son propos par une citation de Marcel Aymé. “On n’est pas responsable d’être le fils de son père“.

Décoré par les Américains en Afghanistan

Il a notamment évoqué ce dont son fils ne parle pas autant par modestie que par pudeur, sa conduite  exemplaire au combat en Afghanistan à Wardak alors qu’il était le seul militaire français détaché comme officier de liaison auprès de l’armée américaine. Son engagement spontané aux côtés des troupes américaines attaquées par des insurgés lui a valu d’abord la reconnaissance de l’US Army qui lui a décerné le rare “Combat action badge “une récompense accordée “exclusivement pour le contact avec des combattants ennemis” et qui précise que “le soldat doit être personnellement présent et s’engager activement ou être engagé par l’ennemi” et la “Army Commendation Medal “ décernée “pour des actions valeureuses exécutées au contact direct de l’ennemi”.  
La France lui a ensuite délivrée la croix de la valeur militaire avec une citation à l’ordre du régiment.
Pour sa part, l’ancien officier de marine issu de l’école navale, bardé de diplômes et de brevets acquis lors de sa formation,  plongeur de bord, chef de section des troupes aéroportées, a ponctué son discours de départ de métaphores maritimes.  
S’adressant aux gendarmes, ce Normand de 37 ans amateur de voile a mis en avant “l’esprit d’équipage, autre chose qu’un esprit d’équipe. L’esprit d’équipage s’inscrit dans la durée pour faire face aux aléas, aussi chaotiques soient-ils… L’illustration la plus pertinente de ces propos restera l’application de toutes ces notions au chaos du 14-Juillet.. ” Restez solidaires ! a-t-il intimé à ses gendarmes auxquels il a rappelé que “servir ce n’est pas être servile ».  “Je ne crois pas aux réussites purement personnelles” a t-il encore lancé.
 Dressant le bilan de la compagnie , il a aussi évoqué le travail de fond dans la lutte contre la radicalisation avec un renseignement qui a permis d’interpeller des individus sur le point de de commettre un attentat.
“Nous avons pu anticiper certains phénomènes comme la détection de profils terroristes, préparer des réponses adaptées lors de l’Intifada des couteaux en 2015 et l’état d’urgence, ou réagir rapidement à des événements majeurs lors de l’attentat du 14-Juillet” , a-t-il souligné lors de son discours en forme de bilan.
Lire aussi sur L’Essor :  Attentat déjoué : l’un des suspects était surveillé grâce à un tuyau des gendarmes de Nice
C’est le chef d’escadron François Cordeille, son adjoint, qui lui succède le 1 er aout.
L’Essor adresse voeux de pleine réussite au chef d’escadron Denis Mottier dans ses futures fonctions ainsi qu’à son successeur.
Le chef d’escadron Mottier a commandé l’escadron de Bayonne avant la compagnie de  Nice.
D.C
(*)  La sénatrice Dominique Estrosi-Sassone, les députés Alexandra Valetta Ardisson et Eric Ciotti,   Alain Frère, maire de Tourette-Levens, le patron de la police judiciaire, le commissaire divisionnaire Philippe Frizon, etc
Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.