vendredi 14 décembre 2018
Accueil / A la une / Le budget 2019 ne dissipe pas les inquiétudes
Gendarme et véhicule (Photo S.D L'Essor).
Illustration (SD/L'Essor).

Le budget 2019 ne dissipe pas les inquiétudes

Illustration (MG/L’Essor).

Des crédits pour l’essence et les réserves : c’était les deux bonnes nouvelles budgétaires de la fin du mois de septembre. Pourtant, alors que des gendarmes, dont le patron de l’Institution, Richard Lizurey, vont être auditionnés cette semaine au Parlement dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2019, les inquiétudes demeurent dans l’Arme.

Lire aussi sur L’Essor : Réserves, essence: la bataille du budget de la Gendarmerie bien entamée

“Oui, le budget est en hausse, mais cette hausse va couvrir à peine l’inflation prévue, explique à L’Essor le capitaine (ER) Jean-François Charrat, membre du conseil d’administration de l’association professionnelle nationale de militaires (APNM) Gendarmes & citoyens. Ce n’est pas un budget ambitieux.”

L’APNM salue le travail du directeur général de la Gendarmerie pour obtenir des arbitrages favorables, ce qui a permis de “récupérer 63 millions euros pour la masse salariale et 23 millions d’euros pour le fonctionnement et l’investissement”. Mais elle estime que ces crédits supplémentaires devraient être abondés par la levée de la mise en réserve, un mécanisme de gestion des finances de l’Etat qui vise à contrôler le plafond des dépenses du budget général voté par les deux assemblées.

Lire aussi sur L’Essor : Ce qu’il faut retenir du budget 2019 de la Gendarmerie (infographie)

Assemblée générale de l’APNM Association Gendarmes et citoyens, le 2 février à la direction générale (MG/L’Essor).

Sans la levée de la mise en réserve, les gendarmes pourraient pâtir de plusieurs conséquences concrètes, détaille l’association. Ainsi, affirme Gendarmes & Citoyens sur son site internet, “le nombre nécessaire pour le renouvellement des véhicules réformables” pourrait ne pas être atteint, un retard “qui s’ajoutera à l’immobilier, à l’informatique ou au cadencement des mesures indiciaires”.

L’association s’inquiète enfin particulièrement pour l’état du parc immobilier domanial. “Les crédits annuels d’entretien s’élèvent à 105 millions d’euros pour l’année 2019, alors qu’on sait depuis plusieurs années qu’il faudrait plus de 300 millions d’euros pour rénover ces logements et des locaux de service”, relève Jean-François Charrat. Ce manque de crédits risque de se traduire, souligne l’association, par un retard “préjudiciable en matière de confort des familles des gendarmes, de sécurité des installations et du coût des réparations supportées par la Gendarmerie ou l’occupant”.

Gabriel Thierry

A voir également

Quand les députés oublient les gendarmes… dans une loi qui les concerne !

L'Assemblée nationale voulait permettre pour les policiers et les gendarmes d'anonymiser le recueil de la plainte. La formulation adoptée oublie pourtant les gendarmes.

Un commentaire

  1. Montabrut

    Bonjour
    Je suis gendarme de réserve apja depuis maintenant
    10 ans ,je voulait juste laisser un message de soutien
    Fort a mes camarades de l ‘active ,j espère que les crédits seront trouvé ,et que nous pourrons servir et protéger correctement les français.
    Pour l honneur ,la loi,et la patrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !