jeudi 21 novembre 2019
Accueil / A la une / L’Assemblée nationale s’inquiète d’une “pression opérationnelle inédite”
Questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 6 mars 2019 (Ph. M.GUYOT/ESSOR)
Questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 6 mars 2019 (Ph. M.GUYOT/ESSOR)

L’Assemblée nationale s’inquiète d’une “pression opérationnelle inédite”

Un an après le Sénat, l’Assemblée nationale s’est penchée sur le malaise des forces de sécurité. Comme leurs confrères de la Chambre haute, les élus du Palais-Bourbon s’inquiètent pour les policiers et les gendarmes.

Le rapport de la commission d’enquête sur l’état des forces de sécurité, dévoilé ce mercredi 10 juillet, fait 151 pages. Face à une “pression opérationnelle inédite” et une “situation critique“, ce document détaille à travers 27 propositions les réformes “indispensables” à mener. Immobilier, équipements ou encore innovation dans le maintien de l’ordre sont ainsi passés en revue.

Lire aussi sur L’Essor: La vétusté des casernes de Gendarmerie inacceptable pour les sénateurs

“Les statistiques sur l’âge moyen de l’immobilier de la Gendarmerie sont inquiétantes, puisque 80 % du parc domanial a plus de 25 ans et 23 % plus de 50 ans”, notent par exemple les députés dans leur rapport. A ce sujet, 60% des gendarmes consultés à travers l’enquête publique lancée par la commission se sont déclarés insatisfaits ou peu satisfaits de l’état de leur logement.

Engagement intense

Les députés remarquent également que l’engagement opérationnel intense des gendarmes depuis novembre s’est traduit par 540 blessés, dont 9 réservistes, entre le 17 novembre et le 1er juin. De manière générale le nombre de blessés suite à une agression a augmenté de 30% entre 2014 et 2018.

Côté maintien de l’ordre, les deux députés appellent à recruter massivement des gendarmes mobiles et des CRS. Le rapport propose un renfort de 1090 gendarmes supplémentaires. Interrogée par les députés, la direction générale a déjà prévu un effectif de 500 mobiles supplémentaires d’ici cet été.

Les députés se sont également penchés sur l’état du matériel. Selon le rapporteur de la commission Christophe Naegelen (UDI), il y a eu des inquiétudes cet hiver quant à une panne, sur les Champs-Elysées, des vénérables blindés de la Gendarmerie. Outre les VBRG, les députés appellent au remplacement des 900 Irisbus, qui arrivent “en fin de vie“, selon les mots du patron des gendarmes.

Lire aussi sur L’Essor: La commission d’enquête sur l’état des forces de sécurité dévoilée

Autant de dépenses qui pourraient, espèrent les députés, être budgétisées sur le long terme. Elles pourraient être financées à travers la future loi de programmation de la sécurité intérieure annoncée par le gouvernement. Ce dernier ne sera pas forcément hostile à ces dépenses supplémentaires. Le président de cette commission d’enquête est en effet un membre de la majorité, l’ancien policier Jean-Michel Fauvergue.

Gabriel Thierry

A voir également

Un prix pour la première bande dessinée sur le GIGN

La première bande dessinée sur le GIGN cartonne. Elle a reçu le prix de la BD du salon du livre de Rambouillet et dépasse les 10.000 exemplaires vendus.

Un commentaire

  1. niout

    Les gendarmes d’aujourd’hui se plaignent de leur logement…! N’est ce pas cocasse quand beaucoup d’entr’eux les occupent occasionnellement puisque volontairement ils choisissent d’être en situation de célibataire géographique….L’obligation de disponibilité a bien changé et les générations actuelles n’ont plus ou très peu la notion de service public. Pourquoi faire encore des frais de loyer lorsque ceux ci sont le plus souvent vide..!!. Le petit chromosome militaire qui leur subsistait a hélas été détruit au profit d’un ADN civil de plus en plus prégnant….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *