mardi 22 septembre 2020
Accueil / A la Une / L’Appel du 18 juin commémoré jeudi en petit comité au Mont Valérien
Le Mémorial de la France Combattante, situé au Mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine. (Binche / Wikimedia)
Le Mémorial de la France Combattante, situé au Mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine. (Binche / Wikimedia)

L’Appel du 18 juin commémoré jeudi en petit comité au Mont Valérien

Crise sanitaire oblige, l’esplanade du Mont Valérien restera aux trois quarts vide jeudi pour le 80e anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940. Chaque année, au moins un millier de personnes y participent. Jeudi, il y aura moins de deux cents personnes et pour la première fois de l’Histoire, aucun Compagnon de la Libération.

Il y a deux ans, au même endroit, deux Compagnons de la Libération se tenaient devant le mur de grès rose du Mémorial de la France combattante. Jeudi, il n’y aura aucun des quatre Compagnons encore en vie. On en comptait encore 40 il y a dix ans.

Lire aussi: Un des quatre derniers Compagnons de la Libération, centenaire ce dimanche

Il y a bientôt 80 ans, le 16 novembre 1940 à Brazzaville, le général de Gaulle, chef de la France libre, créait l’Ordre de la Libération. Son délégué national, le général Christian Baptiste, présente à L’Essor le déroulé de cette commémoration retransmise en direct par France 2.

Emmanuel Macron à l’Ordre de la Libération

Avant de se rendre au Mont Valérien, le président de la République fera un crochet par l’Ordre de la Libération, installé dans l’aide droite de l’Hôtel national des Invalides. Emmanuel Macron s’entretiendra avec Hubert Germain, centenaire au mois d’août, dans la salle du musée de l’ordre consacrée à Charles de Gaulle. Lieutenant de la 13e demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE) à Bir Hakeim, Hubert Germain, grand’croix de la Légion d’honneur, réside à l’Institution nationale des Invalides. Puis, le président de la République s’arrêtera notamment devant les vitrines de Jean Moulin, René Cassin, Félix Eboué ou Berty Albrecht.

Emmanuel Macron gagnera ensuite le Mont Valérien, à Suresnes, pour y présider la cérémonie prévue de 11h00 à 11h30. Organisée depuis 1946, par l’Ordre de la Libération, celle-ci se déroule selon un rite immuable; un protocole défini par le général de Gaulle qui a présidé la cérémonie de 1946 à 1968. Depuis, tous les présidents de la République se sont rendus chaque année au Mont Valérien.

Lire aussi: Un millier de personnes au Mont Valérien pour le 78ème anniversaire de l’Appel du 18 Juin 1940

Un format réduit au minimum

Cette année, le format de la cérémonie a été réduit au minimum en raison de la crise sanitaire. Pas d’enfants des écoles, pas de descendants de Compagnons, une seule compagnie de la Garde républicaine. Et, les effectifs d’une compagnie avec trois sections. La première avec 26 élèves-officiers du deuxième bataillon de Saint-Cyr. Cette promotion, baptisée “compagnons de la Libération”, est exceptionnellement autorisée à porter, pendant un an, la fourragère de l’Ordre. Normalement, seules les 18 unités militaires Compagnons de la Libération ont le droit de porter cette fourragère aux fils de couleur noire et verte.

Une section d’élèves-officiers de première année de l’École de l’Air portera également la fourragère de l’Ordre. Reprenant ainsi les traditions de l’Escadrille française de chasse n°1, unité aérienne de la France Libre et Compagnon de la Libération. La Marine sera représentée par des marins du porte-avions nucléaire Charles de Gaulle. Ils portent aussi la fourragère depuis 2011, en hommage à l’auteur de l’Appel du 18 juin.

La cérémonie se déroulera en présence des présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, du Premier ministre Edouard Philippe ainsi que de la ministre des Armées, Florence Parly, et des  quatre chefs d’état-major. Participeront également, le président de l’Association des fils de Compagnons de la Libération et celui de l’Association des médaillés de la Résistance.

L’Appel du 18 Juin 1940 du général de Gaulle sera lu avant la sonnerie aux Morts, la Marseillaise et le Chant des Partisans. Puis le président de la République pénètrera dans la crypte accompagné de deux descendants de Compagnons. Une arrière-petite-fille de Tom Morel, âgée de 13 ans, ainsi qu’un arrière-petit-fils de Gabriel Brunet de Sairigné, âgé de 14 ans.

Mais la journée ne s’arrêtera pas là. Dans l’après-midi, le président de la République se rendra en Angleterre pour décerner la Légion d’Honneur à la ville de Londres. La capitale du Royaume-Uni deviendra ainsi la septième ville décorée de la plus haute distinction française après Alger, Belgrade, Brazzaville, Liège, Luxembourg et Volgograd. Il visitera également les anciens bureaux du général de Gaulle, de Carlton Gardens.

Un caveau réservé au dernier Compagnon de la Libération

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la clairière du fort du Mont Valérien a été le principal lieu d’exécution. Les Allemands y fusillèrent un millier de résistants et d’otages entre 1941 et 1944. Dès la Libération, le Mont Valérien devient un lieu de mémoire par la volonté du général de Gaulle. En 1945, un mémorial provisoire prend place dans l’une des casemates du fort. En 1960, le général de Gaulle fait ériger un mémorial définitif.  Dans la crypte reposent les dépouilles de 16 hommes et femmes, morts pour la France entre 1940 et 1945. Le dix-septième caveau reste vide. Il abritera le dernier des Compagnons de la Libération à son décès.

Le 18 juin 1940 à Londres, le général de Gaulle lançait en fin d’après-midi son appel. Sur les ondes de la BBC, il dit: “Ici Londres, le général de Gaulle vous parle”. Aucun enregistrement de l’appel entendu par peu de gens, n’a été conservé. Le chef de la France Libre invite les militaires et les civils des industries d’armement à le rejoindre. “Quoiqu’il arrive la flamme de la Résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra jamais”, conclut-il. La BBC diffusera l’Appel à trois reprises.

Le général de Gaulle s’adressera les jours suivants une dizaine de fois aux Français. Le 30 juin, une affiche reprenant les thèmes de l’Appel figure sur les murs de Londres. Puis lâchée sous forme de tracts, au dessus de la France occupée et de la zone du gouvernement de Vichy.

 PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *