vendredi 6 décembre 2019
Accueil / A la une / L’adjudant-chef Wersinger, mort dans les geôles japonaises, honoré par la 493 ème promotion de Chaumont
La remise des galons par le général et le commandant de l'école (Pphoto Benoît Couvreux)

L’adjudant-chef Wersinger, mort dans les geôles japonaises, honoré par la 493 ème promotion de Chaumont

La 493 ème promotion de l’école de Chaumont a été officiellement baptisée dernièrement sous la présidence du général Jean-Marc Isoardi, sous-directeur des compétences en présence du colonel Pierre Bouquin, commandant de l’école. (et inscrit sur la liste d’aptitude pour devenir général).
112 élèves dont le plus jeune est âgé de 19 ans et le plus âgé de 34 ans vont rejoindre leurs affectations au terme de 8 mois de scolarité.

Cette promotion issue du concours externe était composée de 54 civils, 45 anciens gendarmes adjoints volontaires, et de 8 anciens militaires dont trois sans interruption de service: deux sergents-chefs, l’un de la 11ème brigade parachutiste totalisant 13 ans de services, et un autre de la musique des troupes de marine comptant 6 ans de service. (il a choisi la musique de la Garde Républicaine).


Les autres ont rejoint la Gendarmerie après un passage dans le civil à l’issue de leur temps en corps de troupe : on y trouve un brigadier chef du 2 ème hussard, (5 ans de services) un caporal-chef du 13 ème BCA (5 ans de services) un sergent-chef de l’hôpital d’instruction des armées du Val- de- Grâce (1 an de services), un 1ère classe du 3 ème RIMa (5 ans de services) un 2ème classe du 3 ème RIMa (5 mois de services) , une caporal du RSMA de Tahiti (18 mois de services).

Niveau d’études
Cursus technique avant le bac : 8
Bacheliers : 63
Bac +1 : 4
Bac + 2 : 21
Bac + 3 : 10
Bac + 4 : 5
Bac + 5 : 2

Un ancien gendarme adjoint volontaire major de promotion :
Théo Deniel qui a cumulé les récompenses, prix de l’UNPRG (La médaille d’honneur de l’UNPRG lui a été remise par le vice-président de l’Union départementale de la Haute-Marne,  le lieutenant-colonel (ER) Patrick Guillemot) et de la fondation maison de la Gendarmerie a terminé major avec 16,76/20.

Avant le concours, il était gendarme adjoint volontaire (brigadier) depuis deux ans à la brigade de proximité d’Auvillar et à la COB de Moissac (Tarn-et-Garonne).

Il est titulaire de la médaille de bronze de la défense nationale et de la médaille de protection du territoire agrafe Trident. Âgé de 20 ans, il est titulaire d’un bac technologique en management gestion.
Il a choisi la gendarmerie départementale dans la région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées.

Le président de la promo, ancien chasseur alpin vétéran d’Afghanistan décoré de la valeur militaire et ancien GAV

Le président de la promotion, Julien Lasne, a terminé 12 ème du classement général.
Il a gendarme adjoint volontaire pendant deux ans à la brigade de Villeneuve-les-Maguelonne et au PSIG de Castelnau le Lez.
Avant cela, il a été caporal-chef au 13° bataillon de chasseurs alpins de Chambéry pendant 5 ans et a notamment servi en Afghanistan où il a obtenu notamment la croix de la valeur militaire, mais aussi la médaille commémorative Afghanistan. Il est également titulaire de la croix du combattant, de la médaille de bronze de la défense nationale, du titre de reconnaissance de la nation, de la médaille de protection du territoire avec agrafe Trident/Harpie et de la médaille de l’OTAN.
Il a choisi la Gendarmerie départementale en Provence Alpes Côte d’Azur.

Le parrain : mort en 1945 dans les gêoles de la police militaire japonaise

Né dans le Doubs à Vermondans, Louis Théophile Wersinger a d’abord été engagé volontaire pour la durée de la guerre au titre du 5 ème groupe d’artillerie de campagne d’Afrique le 28 janvier 1918. Il a ensuite été nommé gendarme à pied à la légion de gendarmerie d’Alsace-Lorraine le 5 novembre 1921 oui affecté à la 15 ème légion ter de gendarmerie en 1922. Nommé maréchal des logis-chef à pied le 10 mai 1928, il a été affecté au détachement de gendarmerie coloniale de l’Annam-Tonkin en 1932.
Fait prisonnier au combat par l’armée japonaise en mars 1945, il est mort en mai de la même année dans les geôles de la Kampeitai (police militaire de l’armée impériale japonaise) du fait des privations et de mauvais traitements.
Médaillé militaire, et titulaire de la médaille commémorative de la grande guerre, il a été nommé chevalier de la légion d’honneur et décoré à titre posthume de la croix de guerre 39/45 avec palme pour avoir été un “gradé animé d’un bel esprit du devoir et du dévouement”.
Il est également reçu à titre posthume la médaille de la résistance française.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A voir également

Les visages des treize militaires tués au Mali (Crédit photo: ministère des Armées).

Les biographies des 13 soldats français tués au Mali

Le président de la République a détaillé dans son hommage aux 13 soldats tués au Mali le parcours des militaires.

2 Commentaires

  1. Zulus26

    Petite correction, il y avait trois militaires ayant intégré sans interruption de service, pas deux

  2. acr

    Pourquoi s’agenouiller pour la remise des galons? Cela est d’un autre temps non!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *