mardi 20 octobre 2020
Accueil / A la Une / La Seat Leon Cupra, nouveau véhicule rapide d’intervention des gendarmes
17 véhicules Seat Leon Cupra vont rejoindre le parc des véhicules rapides d'intervention de la Gendarmerie d'ici la fin de l'année. (Photo: Seat/Gruau)
17 véhicules Seat Leon Cupra vont rejoindre le parc des véhicules rapides d'intervention de la Gendarmerie d'ici la fin de l'année. (Photo: Seat/Gruau)

La Seat Leon Cupra, nouveau véhicule rapide d’intervention des gendarmes

Un nouveau véhicule rapide d’intervention va faire son arrivée dans les unités de sécurité routière de la Gendarmerie. Il s’agit de la Seat Leon Cupra.

Nous vous en parlions déjà cet été, alors que les rumeurs allaient bon train. C’est désormais officiel! Le constructeur espagnol a annoncé mardi 29 septembre que 17 Seat Leon Cupra allaient rejoindre les unités de sécurité routière de la Gendarmerie comme nouveau véhicule rapide d’intervention.

Lire aussi: Quel sera le prochain bolide des gendarmes?

290 chevaux sous le capot

Globalement, les performances annoncées de cette voiture restent à peu près équivalentes à ses prédécesseures. Sous le capot du bolide ibérique, 290 chevaux. Une puissance similaire à la Megane RS, qui proposait jusqu’alors 290 chevaux, quand la Subaru Impreza en développait 225. Côté vitesse de pointe, la Leon Cupra pourra atteindre les 250 km/h avec une vitesse actuellement limitée électroniquement. Un peu moins rapide, donc, que ses grandes sœurs qui pouvaient respectivement atteindre les 255 et 260 km/h. Dotée d’un moteur 2.0 litres essence turbo compressé à injection directe, la Leon Cupra pourra atteindre, à haut régime, les 100 km/h en 6,0 secondes.

La Seat Leon Cupra, nouveau véhicule rapide d'intervention des gendarmes, profite d'une préparation spécifique de cinq à six semaines. (Photo: Seat/Gruau)
La Seat Leon Cupra, nouveau véhicule rapide d’intervention des gendarmes, profite d’une préparation spécifique de cinq à six semaines. (Photo: Seat/Gruau)

Cinq à six semaines de préparation

Pour ce nouveau véhicule rapide d’intervention, le cahier des charges était, d’après le constructeur, “dense et conséquent”. Mais outre les performances routières, l’équipement du bolide va être particulièrement soigné. C’est l’équipementier Gruau, implanté à Laval (Mayenne), qui s’en charge. Sérigraphie “Gendarmerie”, avertisseurs sonores et lumineux, renforcement des vitres, équipements de communication… Au total, cinq à six semaines sont nécessaires à la préparation du véhicule.

"Gendarmerie", "Suivez-moi". À l'arrière du véhicule rapide d'intervention, un panneau lumineux à messages variables guide les conducteurs contrôlés. (Photo: Gendarmerie)
“Gendarmerie”, “Suivez-moi”. À l’arrière du véhicule rapide d’intervention, un panneau lumineux à messages variables guide les conducteurs contrôlés. (Photo: Gendarmerie)

Parmi les éléments conservés, un système de panneau lumineux à messages variables. Un détail déjà présent sur les précédents modèles comme la Renault Megane RS, la Subaru Impreza, la Citroën C4 ou encore la Ford Focus. Installé sur la plage arrière du véhicule, il pourra proposer une quarantaine de messages disponibles en 6 langues: français, anglais, allemand, italien, espagnol et polonais.

Commande raisonnée

Cette commande de 17 véhicules parait tout de même faible au regard des quelque 70 sportives Mégane RS commandées dès 2010 à Renault. Pour l’heure, aucune information n’indique qu’une autre livraison de cette Seat Leon Cupra pourrait intervenir dans les années à venir. Il faudra donc pour les gendarmes prendre grand soin de leur nouveau véhicule rapide d’intervention.

Lire aussi: La Gendarmerie se dote de 70 nouveaux véhicules d’intervention rapide

L’explication de ce faible nombre réside peut-être dans la baisse, ces dernières années, du nombre de pilotes qualifiés. Intégrées au sein des escadrons départementaux de sécurité routière (EDSR), et notamment ses pelotons motorisés (PMO), les équipes rapides d’intervention sont pourtant une composante importante de la sécurité des grands axes de circulation. L’arrivée des Leon Cupra donnera peut-être un nouveau souffle à cette qualification.

LP

Crowdfunding campaign banner

4 Commentaires

  1. Bernard vasseur

    ce serait bien d’acheter français !

    • BOCQ

      Bravo
      J’ai acheté récemment 1 seat léon 6cv
      1 bijou ac boîtier ethanol
      J’HABITE DS L’ALLIER ET SORT DE L’EGM 1/16
      ANCIEN PROPRIÉTAIRE 1 GENDARME
      JE LA RECOMMANDE À TOUT LE MONDE
      JE N’ACHÈTE PLUS FRANÇAIS DEPUIS FORT LONGTEMPS BIEN À VOUS TOUS
      SORTEZ COUVERTS

  2. André PEYRIERES

    c’est bien dommage d’acheter Espagnol.Pourquoi en cette période de crise ne pas acheter français, même si c’est plus cher.Il n’y à qu’a restreindre quelques salaires de nos chers gouvernants et faire travailler NOS usines.

  3. Piasta

    Le patriotisme économique cité par M. Bruno Le Maire au mois de mars 2020 qui disait ACHETER FRANÇAIS est subitement parti en fumée au mois d’octobre 2020 en achetant ESPAGNOL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.