vendredi 22 novembre 2019
Accueil / A la une / La nouvelle arme des gendarmes pour contrer le chiffrement des téléphones
L'un des outils du département INL (Crédit photo: GT/L'Essor).
L'un des outils du département INL (Crédit photo: GT/L'Essor).

La nouvelle arme des gendarmes pour contrer le chiffrement des téléphones

Les gendarmes ont-il fait tomber l’obstacle du chiffrement? Visiblement oui, à en croire une récente visite du ministre de l’Intérieur, au pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale, ce mardi 28 août. Les militaires lui ont brièvement présenté le savoir-faire de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) face au chiffrement des données, l’une des bêtes noires des enquêteurs.

Cette nouvelle arme a un nom: les gendarmes y font référence sous le terme de la plateforme de déchiffrement centralisée. Elle serait en service depuis environ un an, et a été développée et mise au point par le département INL (Informatique électronique) de l’IRCGN, composé d’une vingtaine de cracks en rétro-ingénierie.

Lire sur L’Essor : Au cœur du laboratoire des gendarmes hackers

Dans son rapport annuel 2017, l’IRCGN s’était d’ailleurs fait l’écho de manière très succincte de la capacité clé de “décryptage des téléphones”, sans mention d’une marque en particulier – les systèmes d’exploitation Android et l’Iphone sont les leaders de ce marchéPour les gendarmes, un téléphone déchiffré est synonyme d’accès aux messageries, une mine d’or dans les enquêtes.

Avec cette plateforme, l’ensemble des enquêteurs de la Gendarmerie peut saisir ces experts en vue de décrypter un fichier chiffré… comme celui d’un téléphone. Une belle avancée : le rapport annuel 2016 de l’IRCGN faisait ainsi seulement état de la possibilité de décryptage des téléphones Blackberry, une marque en perte de vitesse sur le marché des terminaux téléphoniques.

La Gendarmerie n’en dira pas plus. Et pour cause : ce savoir-faire de pointe dans un secteur très sensible est crucial pour lutter contre les activités criminelles, comme les réseaux de stupéfiants, ou dans la lutte contre le terrorisme. Outre-Atlantique, aux Etats-Unis, le célèbre bureau fédéral d’investigation (FBI) a fait part à plusieurs reprises des difficultés créées dans les enquêtes par le chiffrement des terminaux.

Gabriel Thierry.

A voir également

Un prix pour la première bande dessinée sur le GIGN

La première bande dessinée sur le GIGN cartonne. Elle a reçu le prix de la BD du salon du livre de Rambouillet et dépasse les 10.000 exemplaires vendus.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *