dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / La mention « victime du terrorisme » portée sur l’acte de décès du policier Ahmed Merabet
motard police (SD Essor)

La mention « victime du terrorisme » portée sur l’acte de décès du policier Ahmed Merabet

La mention « victime du terrorisme » a été portée sur l’acte de décès du policier Ahmed Merabet, tué le 7 janvier 2015 à Paris par les frères Kouachi, par un arrêté du garde des Sceaux.
Brigadier de police au commissariat du XIème arrondissement de Paris, Ahmed Merabet, 40 ans, avait été tué par balles sur le trottoir devant le 62 du boulevard Richard-Lenoir (XIème) par les frères Kouachi quelques instants après l’attaque des locaux de Charlie-Hebdo.

Une plaque à son nom a été dévoilée sur les lieux au début du mois de janvier 2016 par le président de la République François Hollande. Ahmed Merabet avait été fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume et cité à l’ordre de la Nation lors de ses obsèques.

Quelque 70 Français, tués notamment lors des attentats du 7 janvier et du 13 novembre 2015 à Paris et de l’attentat de Nice du 14 juillet 2016,  ont déjà été déclarés « Victimes du terrorisme ». Cette mention, créée en décembre 2012, peut figurer – avec l’accord des ayants droit – sur l’acte de décès de la victime de nationalité française tuée lors d’attentats sur le territoire français ou à l’étranger.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *