lundi 14 octobre 2019
Accueil / A la une / La Gendarmerie muscle sa recherche sur le darknet

La Gendarmerie muscle sa recherche sur le darknet

Ce nouveau moteur de recherche devrait faciliter la vie des cybergendarmes. La Gendarmerie va s’équiper prochainement d’un moteur de recherche de pointe, mis au point par la société Aleph-Networks. Cette dernière vient de remporter un appel d’offres de l’Arme, le 3 juillet, pour l’acquisition “d’un outil destiné à faciliter la recherche sur le darknet” et son maintien en condition opérationnelle. Il devrait vraisemblablement être utilisé dans l’un des services du pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN), à Cergy-Pontoise – contactée, l’entreprise n’a pas souhaité détailler le service destinataire des dix licences acquises.

Défense, Finances et Intérieur

Avec ce marché d’une valeur de 258.000 euros, la Gendarmerie s’inscrit dans les pas de services prestigieux. Selon la lettre spécialisée Intelligence online, la direction générale de la sécurité extérieure aurait elle aussi acquis des licences. Aleph-Networks n’a pas confirmé l’information, précisant toutefois avoir vendu déjà sa solution phare, Graymatter, aux ministères de la Défense, des Finances et de l’Intérieur.

Le logo du réseau informatique Tor (Crédit photo: Tor Project).
Le logo du réseau informatique Tor (Crédit photo: Tor Project).

Créée en 2012, la start-up s’est forgée une réputation avec son moteur de recherche innovant. Brevetée, sa technologie GM Search Dark permet “une collecte de données ultra massive”, de manière discrète et non intrusive, et une restructuration des informations capturées sur les différents espaces du web, qu’il soit ouvert, non-indexé (Deepweb) ou utilisant des réseaux dédiés comme Tor (Darkweb). “Notre moteur de recherche est agnostique face aux données, de manière à ne pas mettre de côté des signaux faibles”, souligne Aleph-Networks.

L’outil développé, promet l’entreprise, permet “de mener des enquêtes et des analyses pointues dans les recoins les plus profonds et cachés du web, où se cache le cœur de la cybercriminalité”. Concrètement, la plateforme offre des fonctionnalités de cartographie, de recherches d’éléments précis comme un numéro de carte bleue, et d’identification de fuites de données.

Des efforts de recherche qui payent. Ces dernières années, l’entreprise, soutenue par BPIFrance, a collectionné les distinctions. Elle a été sélectionnée en 2015 par le DGA Lab du ministère de la Défense. Elle est membre du cercle de start-up Generate du le Groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (Gicat). Cerise sur le gâteau, elle a reçu en juin dernier le trophée de l’innovation du Gicat. Aleph-Networks, passée de cinq à huit salariés, espère désormais doubler son chiffre d’affaires (400.000 euros environ sur le dernier exercice).

Gabriel Thierry

A voir également

Le port autonome de Papeete sur l'île de Tahiti (Ph: Rbouissou/CC BY-SA 3.0)

Panne de courant à Tahiti: les gendarmes sur le pont

Une panne de courant a touché Tahiti, la principale île de la Polynésie française. Gendarmes et policiers ont dû gérer la circulation, faute de feux tricolores

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *