dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / La Gendarmerie en première ligne pour le contrôle des flux
Motards de la Gendarmerie. Photo prise à Ouistreham le 6 juin 2014 (Crédit photo SD/L'Essor)
Motards de la Gendarmerie. Photo prise à Ouistreham le 6 juin 2014 (Crédit photo SD/L'Essor)

La Gendarmerie en première ligne pour le contrôle des flux

Le contrôle des flux est l’une des missions premières de la Gendarmerie. Elle sera donc en première ligne en cas de confinement strict pour cause d’aggravation de l’épidémie du coronavirus Covid-19.

Forte de son implantation territoriale (3.500 unités) et de ses 130.000 actifs et réservistes, l’Arme joue un rôle majeur dans le contrôle des flux de personnes et de marchandises. La zone Gendarmerie s’étend en effet sur 95 % du territoire, la quasi totalité du réseau routier, soit 900.000 km de routes et d’autoroutes et plus de 700 péages.

Lire aussi: Technologies, réformes… : comment la sécurité routière se transforme

Place prééminente dans le contrôle des flux

La Gendarmerie occupe dont une place prééminente pour surveiller et contrôler des déplacements. Aussi bien pour encadrer les grandes migrations estivales que pour lutter contre la délinquance et la criminalité itinérante. Sans oublier la lutte contre l’immigration clandestine ou antiterroriste. Ainsi chaque année, la Gendarmerie interpelle-t-elle plusieurs dizaines de milliers d’étrangers en situation irrégulière.

Mais tous ces contrôles ne relèvent pas seulement des unités de sécurité routière (près de 7.000 gendarmes). Chaque gendarme départemental ou mobile et chaque gendarme spécialisé (mer, transports aériens, voies navigables) peut apporter son concours. Ainsi lors d’une évasion, d’un braquage, de la recherche d’un suspect, d’un enfant enlevé, le commandant de groupement peut déclencher dans son département le plan Epervier.

“Chaque gendarme, explique un ancien directeur des opérations et de l’emploi, connaît le noeud routier ou le péage où il doit se positionner avec son fourgon ou sa moto”.  En cas de confinement strict décidé par le chef de l’Etat, on pourrait alors passer à l’équivalent d’un plan Epervier au niveau national. A condition évidemment qu’il n’y ait pas trop de gendarmes confinés. Dimanche à 15h, la France comptait 5.423 cas détectés et 127 décès dus à ce virus mondial. Le Président de la République Emmanuel Macron s’exprimera ce lundi à 20h00.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *