samedi 20 avril 2019
Accueil / A la une / La conférence Coriin, l’autre facette du FIC
Au FIC 2019. Photo d'illustration (Crédit photo: FIC 2019).
Au FIC 2019. Photo d'illustration (Crédit photo: FIC 2019).

La conférence Coriin, l’autre facette du FIC

Cette conférence se déroule loin du Grand-Palais de Lille, à Villeneuve-d’Ascq. Ils n’étaient que trois cent à y assister, ce lundi 22 janvier, contre 9.500 visiteurs enregistrés pour le Forum international de la cybersécurité (FIC), qui a ouvert pour deux jours ce mardi 23 janvier. Plus confidentielle, la conférence sur la réponse aux incidents et l’investigation numérique (Coriin) est pourtant un rendez-vous attendu pour les enquêteurs numériques.

Lire aussi sur L’Essor : FIC 2019 : ces innovations que préparent les gendarmes

Et pour cause : c’est selon la presse spécialisée la seule conférence en France centrée sur les questions de l’investigation numérique. Ce lundi, un jour avant l’inauguration de la onzième édition du FIC, des ingénieurs, des chercheurs et des enquêteurs N-Tech se retrouvent pour débattre de sujets techniques. Ce travail est essentiel pour le travail de recherche de la preuve numérique.

En complément du FIC

Cela fait cinq ans que cet événement est organisé, ouvert à tous sous condition d’une modeste contribution pour rembourser les frais des organisateurs, par l’association Cecyf (Centre expert contre la cybercriminalité français) dont est membre la Gendarmerie. “Son ambition est d’offrir en complément une journée destinée à la communauté de l’investigation numérique et de la réponse à incidents”, explique Eric Freyssinet, de la mission numérique de l’Arme, également membre du comité de programme de la conférence.

Cette année, les présentations ont porté sur les logiciels malveillants, sur l’investigation liée à un service du système d’exploitation Windows ou sur la question de la preuve dans le piratage électromagnétique. En 2018, un gendarme de l’INL (informatique électronique) avait lui évoqué les investigations judiciaires dans l’internet des objets. “Les conférences vont du très technique à du très très technique, remarque un gendarme, un cyberexpert du centre national de formation à la police judiciaire. Il faut être de la partie sinon on est vite perdu.”

Cette complexité n’effraie pas enquêteurs N-Tech qui suivent cet événement. Au contraire. Ce séminaire constitue pour eux une précieuse formation continue source de connaissances et de contacts. “La conférence permet de revoir des partenaires rencontrés dans des dossiers et de se tenir informés sur des actes d’investigations qui pourraient se développer, comme la recherche judiciaire dans l’informatique en nuage“, signale Yann, enquêteur N-Tech à la section de recherches de Rennes.

Préserver la phase judiciaire

Même la thématique de la réponse à incident de cette conférence, par exemple comment rétablir un système informatique après un piratage informatique, moins centrale pour les enquêteurs judiciaires, intéresse aussi les gendarmes. “Les entreprises peuvent parfois être trop pressées pour rétablir leur système informatique après un piratage : notre rôle c’est de dire ce qu’il ne faut pas faire dans cette situation pour préserver la future phase judiciaire à venir”, explique Sébastien, également gendarme N-Tech à la SR de Rennes.

Après la conférence du lundi, Sébastien et Yann ont rempilé pour une autre journée d’échanges, cette fois-ci au FIC. Tous les enquêteurs n’ont pas cette chance : environ 10 % des 250 N-Tech arrivent à faire le déplacement à Lille. Les autres devront profiter du partage d’expérience de leurs camarades. Exemple avec ce gendarme du centre national de formation à la police judiciaire, qui a déjà noté sur son cahier une nouvelle astuce qui viendra enrichir son cours. Un retour d’expérience attendu.

Gabriel Thierry

A voir également

tchap-test-gendarmes

Les gendarmes s’emparent de la messagerie Tchap

Les gendarmes s'intéressent à la messagerie sécurisée de l'Etat, Tchap. Un outil qui pourrait être complémentaire aux moyens de communications existants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !