mercredi 22 mai 2019
Accueil / A la une / La bombe à retardement des repos et permissions dans la gendarmerie mobile
Photo d'illustration (Crédit photo:GT/L'Essor).
Photo d'illustration (Crédit photo:GT/L'Essor).

La bombe à retardement des repos et permissions dans la gendarmerie mobile

On savait la gendarmerie mobile en surchauffe avec la crise des Gilets jaunes. Les chiffres des repos et permissions le prouvent. Dévoilés ce jeudi 16 mai par le général de corps d’armée Michel Labbé, ils montrent l’ampleur du phénomène.

Selon le chef de l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGGN), les gendarmes mobiles ont accumulé en moyenne près de 5,86 jours de repos non pris et 37,74 jours de permission. “Nous vivons à crédit“, résume l’officier général devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les moyens des forces de sécurité.

Lire aussi sur L’Essor: La direction générale réfléchit à une augmentation des effectifs de la gendarmerie mobile

Dette en augmentation

Contrairement aux CRS, leurs homologues de la Police, les gendarmes mobiles ne peuvent être payés pour solder ces jours non pris. Une dette qui s’accroît avec la poursuite de la crise des Gilets jaunes. Depuis le 1er janvier, le taux moyen d’emploi des escadrons de gendarmerie mobile est en effet de 74 par jour. L’Arme considère que ce taux devrait être de 65 par jour pour une gestion durable. En tout, la Gendarmerie compte 109 escadrons de gendarmerie mobile.

Pour “minimiser les difficultés”, l’Arme décale les relèves en Outre-mer et allonge la durée de séjours d’escadrons. Mais, prévient le général Labbé, “les limites de ces processus d’adaptations restent minimes par rapport aux enjeux”. La Gendarmerie déplore à ce jour près de 450 blessés dans la crise des Gilets jaunes, dont 190 gendarmes mobiles.

Gabriel Thierry

A voir également

Suicide du commandant de compagnie de Lons-le-Saunier (Jura)

Nouveau drame dans l'Arme avec le suicide d'un officier du Jura. Le commandant de la compagnie de Lons-le-Saunier a mis fin à ses jours ce jeudi.

8 Commentaires

  1. manu man

    Il ne faut pas oublier que les militaires (gendarmes) ont 9 semaine de congés par an

    • taruffe

      oui et des astreintes non payées

    • Qb34

      9 semaines de congé c’est vrai
      En attendant quand vous rentrez chez vous à 18h vous êtes libre de vos mouvements.
      Un gendarme c’est 10Quartier libre par mois, si vous ne savez ce qu’est un quartier libre c’est une permission de sortir (un peu comme quand vous aviez 14 ans et que papa maman vous donner son accord pour aller voir les copains) le reste du temps le gendarme est d’atstreinte en caserne. Certains sont mieux logés que d’autres c’est vrai mais pour certains gendarmes les bâtiments sont tellement vieux que vous n’y mettriez pas vos chiens dedans. Alors me parler pas de logement gratuit car on le paie par notre présence d’astreinte.
      Au passage un gendarme paie des impôts et n’est pas payé en heures supplémentaires meme lorsqu’il arrive à 15 heures par jours de service sur des grosses journées. Alors remballez ce que vous entendez à droite et à gauche et venez dans une gendarmerie constater vous même ce qu’est le boulot de gendarme.

  2. Ils ont besoin de repos comme toulemonde, se n’est pas des esclaves, le gouvernement a qu’à mieux gérer se n’est pas de leur faute si notre president n’a pas put gérer la crise.
    Je vous souhaite un excellent courage à toute la mobile (gendarmerie)

  3. Je précise quand plus des permissions il y a aussi les jours de repos

    • Retraite

      Je ne comprends pas qu’avec tant de retard en repos la gendarme arrive à dégager des effectifs importants pour, en province, participer à des défilés le 8 mai dernier.

    • Mais l’âge de la retraite d’un gendarme est aussi sans commune mesure avec celle des salariés lambda, pour qui celle-ci est fixée à 62 ans voir bientôt bcp plus…

    • serge

      c’est pas possible ???? ils ont aussi des jours de repos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !