mercredi 21 novembre 2018
Accueil / A la une / La 11 ème promotion de l’école de Dijon maréchal des logis chef Jean Coupaye baptisée (Vidéo)

La 11 ème promotion de l’école de Dijon maréchal des logis chef Jean Coupaye baptisée (Vidéo)

La 11ème promotion de l’école de Gendarmerie de Dijon “Maréchal des logis -chef Jean Coupaye” été baptisée Le 11 octobre au cours d’une cérémonie présidée par le général de division Thierry Cailloz, commandant la région de Gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté et le groupement de la Côte-d’Or, en présence de Frédéric Sampson, directeur de cabinet du préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, préfet de la Côte-d’Or et du général Bertrand François, commandant l’école.

Les familles et invités de la cérémonie ont pu assister à la très belle présentation du quadrille des baïonnettes du 1er régiment de la garde républicaine.

Sandy Simmonet, major de promotion, est un moniteur de ski qui a choisi la mobile et la spécialité montagne

La 11ème promotion est formée par la 1ère compagnie qui a incorporé l’école le 22 janvier 2018. La formation s’est terminée le 12 octobre 2018.

Cette “promo” est composée de 117 élèves-gendarmes (22 femmes – 95 hommes) dont 55  sont directement issus du milieu civil (42 hommes – 13 femmes).

Cinq élèves sont ultra-marins : trois de la Réunion, deux de Polynésie française et un de Guyane.

La 1 ère compagnie a perdu par démissions volontaires, pour causes d’inaptitudes médicales, blessures ou résultats insuffisants : 7 femmes et 17 hommes. Elle a été renforcée par l’arrivée de quatre personnels au cours de la formation.

La moyenne d’âge de la compagnie est de 23 ans. l’élève-gendarme le plus âgé a 34 ans, la plus jeune aura 20 ans à la fin du mois d’octobre.

59 hommes et 16 femmes rejoindront la gendarmerie départementale.

30 hommes et 4 femmes rejoindront la gendarmerie mobile

Six hommes et 2 femmes rejoindront la garde républicaine 6 hommes et 2 femmes rejoindront la garde républicaine

Le major de promotion est l’élève-gendarme (masculin) Sandy Simonnet. Âgé de 28 ans, il a choisi de servir en mobile dans la zone de défense et de sécurité sud-est au titre des compétences particulières “ski et alpinisme”. Il a obtenu la moyenne générale de 16,86/20.

Le président de promotion est Martial L’abbé, affecté à la BT  Surgeres (17).

Le parrain : le maréchal des logis chef Jean Coupaye, sous-lieutenant dans la résistance exécuté par les Allemands

Le maréchal des logis chef Jean Hubert Coupaye est né à Fumay le 17 décembre 1904. A 20 ans, il effectue son service militaire au 8ème régiment du génie.

Il  intègre la garde républicaine le 3 janvier 1931 et devient père d’un garçon en 1933 et d’une fille en 1938 date à laquelle il est affecté à la brigade de Bains-les-Bains dans les Vosges de septembre 1931 jusqu’en 1939.

A l’entrée en guerre, il rejoint la prévôté et s’y distingue sous le feu jusqu’en juin 1940. Pour ses actes il reçoit une citation à l’ordre du régiment avec attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze.

A partir de 1941, sous l’occupation, il prend la tête de la brigade de Blâmont en Meurthe-et-Moselle. C’est à ce poste qu’il agit avec détermination pour la résistance française. Il est désigné chef de secteur avec le grade de sous-lieutenant.

Une lettre du général de Gaulle

Il aide, de nuit, au nez et à la barbe de l’occupant, les activités de la force française combattante, telle que la récupération de matériels parachutés. Il sabote les recherches de l’ennemi contre les patriotes et les juifs et ses actions lui valent une lettre rédigée par le général de Gaulle qui le remercie en ces termes “mon cher camarade, ce que vous faites, ce que vous souffrez dans la résistance, c’est à dire le combat du deuxième bureau est la grandeur de la france. la fin approche, voici venir la récompense. bientôt, tous ensemble, nous pourrons pleurer de joie”.

En 1944, il redouble ses activités de résistant afin d’assister l’offensive alliée attendue. Le 4 mars il participe à un dangereux parachutage et transport d’armes sur la commune de Domèvre-sur-Vezouze. Le 16 septembre, malgré l’intensification des patrouilles allemandes, il va à la rencontre des troupes américaines afin de transmettre les informations qu’il a recueillies.

Hélas, ce regain d’activité lui sera fatal. Il est arrêté le 9 octobre 1944 avec plusieurs camarades de la résistance. Torturé par la gestapo à la kommandantur de Châtillon, malgré les atrocités qu’il subit, Jean-Hubert Coupaye ne révélera aucune information à l’ennemi. Le 14 octobre 1944, il est conduit dans la forêt de Maitrechet, à Cirey-sur-Vezouze avec trois de ses compagnons résistants : Edouard Morquin, Roger Roger, Charles thomas. Ils seront lâchement assassinés par l’ennemi et leurs corps ne seront découverts dans la fosse commune que le 22 novembre, après la libération de Cirey-sur-Vezouze.

La dépouille du maréchal des logis chef Jean-Hubert Coupaye sera rapatriée à Fumay, sa terre natale, pour un hommage solennel en octobre 1945.

Son abnégation pour servir la patrie en danger, ses actions héroïques, son exemplarité jusqu’au sacrifice suprême lui vaudront, à titre posthume la reconnaissance de la nation au travers des plus prestigieuses décorations :

– la médaille de la résistance française en 1947

– la croix de guerre 39-45 avec palme en 1948,

– la médaille militaire et la médaille d’argent pour acte de courage et de dévouement en 1949

– la médaille de la déportation et de l’internement pour faits de résistance en 1954

– enfin, la plus haute distinction française lui est décerné, il est fait chevalier de la légion d’honneur en 1958, avec mention “mort pour la France”.

sa vie, son engagement au service de la france, ses faits d’armes exceptionnels ont conduit la 11ème promotion à choisir jean-hubert coupaye comme parrain.

“Modèle pour l’exercice de notre futur métier de sous-officier de gendarmerie, nous espérons être digne de l’exemple qu’il nous a donné. Nous avons également une pensée pour les gendarmes Pierre Math et Pierre Haxaire de la brigade de Cirey, résistants, morts en martyrs dans les camps nazis”, a précisé le président de promotion dans son discours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jean-François Cortot

Un abonnement à l’Essor pour les 9 premiers

Le président de promotion et les 9 premiers du classement ont reçu un abonnement d’un an à l’Essor de la Gendarmerie remis par Jean-François Cortot, correspondant de L’essor pour les régions Bourgogne-Franche-Comté et grand-est

 

A voir également

Photo d'illustration (Crédit photo: Thomas Bresson/Flickr).

Les gendarmes en première ligne pour les “gilets jaunes”

Le week-end a été chaud. Mobilisation des “gilets jaunes” oblige, les gendarmes ont été bien …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !