jeudi 26 novembre 2020
Accueil / A la Une / Jump, un chien de Gendarmerie sur le point de prendre sa retraite, cherche sa future famille d’accueil
A 10 ans, le chien de Gendarmerie Jump s'apprête à prendre une retraite bien méritée. (Photo: Gendarmerie de Loire-Atlantique)
A 10 ans, le chien de Gendarmerie Jump s'apprête à prendre une retraite bien méritée. (Photo: Gendarmerie de Loire-Atlantique)

Jump, un chien de Gendarmerie sur le point de prendre sa retraite, cherche sa future famille d’accueil

Chien de Gendarmerie cherche famille d’accueil pour couler des jours heureux pour sa retraite. C’est en somme le message de l’annonce diffusée par les gendarmes de Loire-Atlantique il y a quelques jours.

Après plus de huit années de service, Jump, un berger malinois âgé de 10 ans s’apprête à tirer sa révérence. Le chien de Gendarmerie, spécialisé dans la recherche de matières –notamment des armes, des munitions ou encore des billets de banque– est membre du groupe d’investigations cynophiles (GIC) de St-Philibert-de-Grand-Lieu, près de Rezé, au sud de Nantes. Avec son maître, l’adjudant David Fusard, Jump a d’ailleurs détenu un temps le record de la plus importante découverte d’argent lors d’une perquisition. Son flair leur avait alors permis de dénicher près d’un million et demi d’euros dissimulés.

L’émotion du maître

Cette annonce sort un peu du commun. En effet, les chiens de Gendarmerie sont généralement adoptés par leur dernier maître lorsqu’ils prennent leur retraite. Une manière pour le binôme, dont la relation dépasse souvent le cadre du service, de ne pas rompre le lien. Mais pas cette fois. Malgré la forte relation qui unie l’homme et l’animal, David Fusard a du se résigner à émettre cette annonce. Le gendarme maître-chien possède déjà un autre canidé qu’il avait adopté auparavant. Or, si Jump est un chien très attachant et proche de son maître, il n’apprécie guère la présence d’autres animaux. Raison pour laquelle il ne pourra pas rester vivre chez lui.

Alors que le gendarme avait du mal à trouver des personnes intéressées au niveau local, c’est tout le contraire depuis la publication de l’annonce sur Facebook. Le GIC a reçu de nombreux messages de familles désireuses d’adopter Jump. Interrogé par nos confrères de France Bleu Loire Océan, le militaire ne cache pas son émotion de devoir se séparer d’un être qu’il considère comme un membre de sa famille. Il prévient toutefois : “c’est un vieux garçon, têtu et bien ancré dans son caractère“. Aussi, il précise qu’il ne le confiera pas à n’importe qui. Entre autres critères, l’absence d’enfant et l’obligation de disposer d’un peu de terrain font déjà un premier tri dans les candidatures.

Plusieurs dizaines de chiens de Gendarmerie réformés chaque année

Il y a quelques mois, c’est dans le Gard que Narko, un autre chien star de la Gendarmerie, prenait sa retraite. Après une dizaine d’années de services, il a quant à lui eu la chance de bénéficier d’un accueil chez son maître. Chaque année, plusieurs dizaines de chiens quittent ainsi le service actif de la Gendarmerie pour profiter d’une paisible retraite. C’est tout ce que l’on souhaite à Jump.

Lire aussi: Narko, l’un des “meilleurs chiens de la Gendarmerie” prend sa retraite

LP

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. riou

    Nous sommes un couple de retraités et avons perdu il y a deux semaines notre batard “montagne des pyrénées ;pendant quinze ans on s’est bien entendu mais impossible de trouver un remplaçant .Je connais un peu les chiens militaires puisque j’ai ramené en soixante deux , le berger allemand de notre commando en Algérie …Si quelqu’un a une idée , je suis preneur !Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.