dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Isabelle Guion de Méritens, première femme quatre étoiles en Gendarmerie
La générale de division Isabelle Guion de Méritens, à Melun en 2017, alors qu'elle commandait l'EOGN (M. GUYOT/ESSOR)
La générale de division Isabelle Guion de Méritens, à Melun en 2017, alors qu'elle commandait l'EOGN (M. GUYOT/ESSOR)

Isabelle Guion de Méritens, première femme quatre étoiles en Gendarmerie

Isabelle Guion de Méritens va accrocher ce mercredi une quatrième étoile sur son postillon, l’équivalent du képi pour les femmes. A 57 ans, détachée à l’inspection générale de l’administration depuis novembre 2018, elle devient officiellement ce 1er avril générale de corps d’armée.

Isabelle Guion de Méritens, première femme générale de Gendarmerie (Photo Matthieu Guyot l'Essor)
Isabelle Guion de Méritens, première femme générale de Gendarmerie (Photo Matthieu Guyot l’Essor)

C’est la première femme à ce grade dans la Gendarmerie. C’est également dans les Armées la sixième femme seulement à atteindre ce degré de la hiérarchie. Il y quatre autres quatre étoiles à la Direction générale de l’armement et une au Service de santé des armées. Une étape de plus dans la longue et très lente histoire de l’accès des femmes militaires aux plus hautes responsabilités. Les trois armées et la Gendarmerie comptent aujourd’hui une trentaine de femmes générales. Soit une très faible part des 490 officiers généraux.

Lire aussi: La Gendarmerie promeut sa troisième officière générale, Patricia Boughani

Pionnière des évacuations médicales par aéronef

Pour les femmes, tout commence il y a 44 ans, en avril 1976. Valérie André, médecin-chirurgienne et pilote, pionnière des évacuations médicales (avion et hélicoptère)  en Indochine puis en Algérie, décroche les deux étoiles de générale de brigade. C’est la première femme militaire à ce grade depuis des siècles. Un grade où elle sera la seule pendant de longues années. Elle deviendra cinq ans plus ans plus tard médecin général inspecteur (trois étoiles).

Valérie André, qui fêtera ses 98 ans dans quelques jours,  refuse toujours que l’on s’adresse à elle en féminisant son grade. “Madame la générale, c’est quand on est femme de général”, lance-t-elle volontiers. En 1999, dans la cour d’honneur des Invalides, Jaques Chirac lui remettra les insignes de grand’croix de la Légion d’honneur. Valérie André sera alors la première femme militaire à recevoir la plus haute distinction de l’ordre créé par Napoléon.

Un parcours exemplaire

En Gendarmerie, Isabelle Guion de Méritens, 57 ans, a, elle aussi, accumulé les premières. Que l’on en juge. Après Saint-Cyr, elle est la première femme admise à l’Ecole des officiers de Gendarmerie de Melun en 1987. Une école qu’elle commandera 2015 à 2018. Encore une première ! Elle fut aussi la première femme à accéder au grade de colonel de Gendarmerie en 2006, puis au grade d’officier général en 2013, après avoir dirigé la gendarmerie maritime.

Un parcours exemplaire mais suivi, pour le moment par très peu de femmes. Si celles-ci forment 20 % des rangs de l’Arme et occupent tous les postes, y compris en gendarmerie mobile, seules 9 % sont officières. Quatre femmes commandent un groupement, sur les 92 que compte la Gendarmerie. En haut de la hiérarchie, on retrouve seulement trois femmes générales. L’Arme rassemble 117 officiers  généraux. Le chemin est encore long pour qu’une femme obtienne sa cinquième étoile et devienne directrice générale de l’Arme. Ce qui serait une première depuis la création de l’Arme il y a près de huit siècles !

PMG

Crowdfunding campaign banner

5 Commentaires

  1. ça me fait une belle jambe son étoile

    • Monsieur Sautron n’a rien compris, il ne connaît pas l’engagement de cette Femme, son histoire et son travail.

    • ALAIN SAUGET MUSSO

      Cette dame a certainement des qualités dans le domaine du Commandement …

  2. Ca y va la brosse à reluire. Feriez mieux de parler des gars qui sont au contact de la population et qui prennentdes risques. GdeM elle ne sort pas d une cité de banlieue…
    Une honte ce système…ras le bol des gens qui n ont jamais rien fait et se retrouvent gradés jusqu au oreilles…
    J ai fait le Yemen, Iran, l Iraq, la Syrie l Angola jamais vu de gradés de la gendarmerie venir protéger les ressortissants français…surtout pendant la période ben laden …
    J attends plus des gars du terrain que des gradés confinés
    Cdlt

    • GRADLON

      C’est une opinion qui se défend
      Cependant on ne peut mettre à la tête des grands commandements que des anciens du Gi et de plus natifs de Vaux en Vélin ou de La Courneuve
      Personne ne détient l’exclusivité des compétences et chacun a ses faiblessesgr
      Après il convient que les grades soint conférés en fonction de la valeur et non en raison du sexe ou du genre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *