mercredi 30 septembre 2020
Accueil / A la Une / Info L’Essor – Pour la première fois, des bleus parmi les hélicoptères d’Estérel
Aucun détail n'a été livré sur Estérel. Cette photo a été prise quelques jours auparavant, lors d'un exercice du GIGN et des forces aériennes de Gendarmerie en Manche (Crédit photo: Jean-Marc Tanguy).
Aucun détail n'a été livré sur Estérel. Cette photo a été prise quelques jours auparavant, lors d'un exercice du GIGN et des forces aériennes de Gendarmerie en Manche (Crédit photo: Jean-Marc Tanguy).

Info L’Essor – Pour la première fois, des bleus parmi les hélicoptères d’Estérel

INFO L’ESSOR – Selon nos informations, deux hélicoptères des forces aériennes de Gendarmerie se sont invités pour la première fois au dernier exercice de contre-terrorisme maritime Estérel. L’opération, renouvelée tous les ans, s’est tenue en Méditerranée les 10 et 11 décembre.

Depuis la création du GIGN en 1974, le Groupe associe les forces aériennes de Gendarmerie à son action. C’est à ce titre qu’elles ont pu faire valoir cette année leurs atouts dans le plan Piratmer. Deux engins des gendarmes se sont en effet joints à la grosse demi-douzaine d’hélicoptères mobilisés. Des engins de la Marine, de l’armée de l’Air et de Terre étaient en effet présents au cours du dernier Estérel. Cet exercice tactique (dénommé Armor en Manche et Atlantique) est l’une des déclinaisons de Piratmer, avec les entraînements techniques (Sparfell et Tartane).

Lire aussi sur L’Essor: GIGN et commandos marine s’entraînent contre un Bataclan flottant

Des hélicoptères d’Hyères et d’Ajaccio

Il s’agissait d’un hélicoptère EC135 de Hyères (Var) qui jouait ainsi à domicile et de l’EC145 d’Ajaccio. Le premier appareil est un incontournable. Sa boule optronique Wescam MX-15 capture le renseignement nécessaire en amont de l’intervention. Ses performances lui permettent d’être en dehors de la bulle visuelle et auditive des preneurs d’otages. Lors de l’intervention, l’appareil vient plus au contact. Ce qui permet de fournir un appui vidéo transmis en temps réel à un poste de commandement équipé d’une antenne de réception. Une équipe mobile embarquée à bord d’autres hélicoptères ou d’embarcations tactiques peut également recevoir le renseignement. Il faut souligner que les forces aériennes de Gendarmerie se sont dotées de cette chaîne profitable avant les forces spéciales françaises.

L’EC145 est, lui, traditionnellement réservé à la projection de personnels. C’est ce qui a été joué lors d’Estérel avec un hélitreuillage de spécialistes. En cas de besoin, l’EC145 (comme l’EC135) peut aussi héberger un ou plusieurs snipers qui procèdent à un appui-feu tireur embarqué. Malgré sa taille réduite, l’EC145 peut aussi porter cinq opérateurs équipés (pour une endurance de vol recherchée de 50 minutes, plus de passagers si la distance est moindre) et les déposer par corde lisse. Il suffit alors seulement d’équiper l’appareil d’un pylône spécial.

Lire aussi sur L’Essor: L’émouvant adieu des gendarmes du ciel à leur ancien chef, Daniel Leimbacher

56 hélicoptères

Avec 56 hélicoptères, les forces aériennes de la gendarmerie (FAG) sont sur tous les fronts. Leur parc compte 26 Ecureuil, 15 EC135 de surveillance et 15 EC145 d’intervention. Elles sont mobilisées de la recherche du renseignement à la lutte contre le terrorisme, en passant par la surveillance générale et le secours en mer et en montagne. Elles assurent des projections au profit du GIGN, du Raid, et de leurs antennes. Leur déploiement sur le territoire national et outremer est la garantie d’une réactivité jamais prise en défaut. Preuve s’il en fallait: leur participation à cet exercice Estérel est une reconnaissance de leur savoir-faire.

Jean-Marc Tanguy

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. flashlook2000

    Les H145 / H135 sont des EC 145 / EC 135 EC “euro coptère “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *