mardi 29 septembre 2020
Accueil / A la Une / Info L’Essor: le plan massif de caméras-piéton pour la Gendarmerie
Une caméra piéton de l'entreprise Exavision, un spécialiste français de cet équipement. Crédit photo: Exavision.
Une caméra piéton de l'entreprise Exavision, un spécialiste français de cet équipement. Crédit photo: Exavision.

Info L’Essor: le plan massif de caméras-piéton pour la Gendarmerie

Caméro piéton
Caméras piéton présentées au salon Accesssecurity de Marseille en mars 2017 (Photo d’illustration (D.C/L’Essor).

Plus de 35.000 caméras, contre à peine 600 aujourd’hui ! La Gendarmerie nationale se taille la part du lion dans un appel d’offres massif pour la fourniture de caméras-piéton, qui vient d’être lancé par le ministère de l’Intérieur. Dans ce document, repéré par L’Essor, le service de l’achat, de l’équipement et de la logistique de la sécurité intérieure (Saelsi) annonce l’intention des pouvoirs publics d’acquérir près de 40.800 systèmes de caméras-piéton, dont 35.400 pour la Gendarmerie et 5.400 pour la Police nationale.

Un marché de 28 millions d’euros

En tout, ce marché de fourniture de caméras-piéton et du logiciel exploitant les images, lancé le 20 juin, est estimé à 28 millions d’euros hors taxe. Une commande qui couvre aussi bien la caméra, la prise de son, l’alimentation que les systèmes de fixation et les accessoires. Les industriels ont jusqu’au 4 septembre pour déposer une offre. Une grosse commande pour les gendarmes et les policiers, qui sera financée en partie par l’Union européenne.

Autant dire que les gendarmes mettent les bouchées doubles sur cet équipement. Un retournement de tendance car c’est au contraire la Police nationale qui s’est distinguée, ces dernières années, dans l’expérimentation de ce matériel (voir ci-dessous notre frise chronologique). Les caméras-piéton doivent permettre l’amélioration des relations entre forces de l’ordre et population, de constituer des preuves à des fins judiciaires, ou de faire des actions de formation. Elles sont également présentées aujourd’hui comme un équipement de substitution au récépissé de contrôle d’identité. Depuis le 1er mars, leur utilisation systématique dans le cadre des contrôles d’identité est expérimentée pendant un an dans 23 zones de sécurité prioritaire (ZSP) , dont 15 en zone Gendarmerie.

Gabriel Thierry.

Retrouvez ci dessous une frise chronologique détaillant l’usage des caméras-piéton dans les forces de sécurité intérieures françaises:

 

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *