dimanche 25 août 2019
Accueil / A la une / Info L’Essor – le colonel Ferrand succède au général Lavergne à la sécurité du Président
Le colonel Benoît Ferrand (Photo Archives L'Essor)
Le colonel Benoît Ferrand (Photo Archives L'Essor)

Info L’Essor – le colonel Ferrand succède au général Lavergne à la sécurité du Président

Un gendarme va succéder à un autre gendarme à l’Elysée. Le colonel Benoît Ferrand devrait remplacer le général Lionel Lavergne, commandant le GSPR. Ce dernier est appelé à d’autres fonctions à la suite de l’affaire Benalla.

Cette nomination est une surprise. Un policier était attendu pour prendre la direction du groupe de sécurité de la présidence de la République. Mais, le “Château” en a décidé autrement.

Lire aussi sur L’EssorComment les policiers pourraient donner leur avis sur les nominations des gendarmes au GSPR

Selon nos informations, le colonel Ferrand devrait d’abord effectuer un “tuilage” avec le général Lavergne. Ce dernier, mis en cause par la mission d’information du Sénat dans l’affaire Benalla, va quitter ses fonctions.

Beaucoup d’inconnus autour de la DSPR

Autre conséquence de cette affaire: la création de la direction de la sécurité du président de la République (DSPR), fusion du commandement militaire et du GSPR. Beaucoup d’inconnues entourent pour l’instant cette réforme dont on  ne connaît, aujourd’hui, ni le futur chef, ni le périmètre exact. Le GSPR sera t-il conservé avec son appellation et son format actuels? Rien n’a filtré sur cette restructuration préparée dans le plus secret.

Lire aussi sur L’Essor: Le général Lavergne, chef du GSPR, mis en cause par les sénateurs dans l’affaire Benalla

Commandant en second de l’EPIGN et du GIGN

Le colonel Ferrand arbore le rare brevet de moniteur parachutiste et l’insigne de l’EPIGN (photo archives l’Essor)

Commandant du groupement de gendarmerie départementale des Bouches-du-Rhône depuis le 1er août 2016, le colonel Ferrand a fait son pot de départ ce lundi soir à Marseille. Comme beaucoup de ses prédécesseurs, il est issu du GIGN. Saint-Cyrien, diplômé en histoire, moniteur parachutiste, il débute sa carrière comme commandant de peloton à l’escadron de gendarmerie mobile de Lucé (1994).

Puis, de 1995 à 2000 il est officier adjoint et commandant en second de l’Escadron Parachutiste d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (EPIGN). Il commande ensuite la compagnie de Bayonne (2000-2003). Après un passage au bureau des études générales de l’EOGN, il est suit l’école de guerre (14ème promotion du Collège interarmées de défense).

Commandant en second du GIGN

Ensuite, de 2007 à 2010, il est adjoint au chef du bureau de la lutte antiterroriste (BLAT) à la DGGN.  Il intègre le GIGN en 2010 comme chargé de projet. En 2013, il est nommé chef d’état-major opérationnel de l’unité de Satory. Et un an plus tard, il en devient le commandant en second.

Il est en outre titulaire d’un diplôme d’études supérieures spécialisées sécurité et droits fondamentaux de la personne. (Université de Nice). Âgé de 50 ans, le colonel Ferrand est marié et père de trois enfants.

A voir également

Le PC secret du colonel Rol-Tanguy, chef de l'insurrection à Paris en août 1944. (Ph: Pierre Antoine)

Le PC de l’insurrection parisienne d’août 1944 ouvert au public

Le PC d'où le colonel Rol-Tanguy dirigea le soulèvement d'août 1944 est le clou du nouveau Musée de la Libération de Paris ouvert dimanche.

5 Commentaires

  1. casimir

    Le rare brevet de moniteur parachustiste !!
    Ben oui…et beaucoup plus facile que celui de chuteur opérationnel, qui est en général le premier visé et que lorsque l’on ne peut l’obtenir …on se rabat sur le second 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *