jeudi 23 mai 2019
Accueil / A la une / Info L’Essor – Gilets jaunes: seuls 10 % des tirs de LBD 40 ont été effectués par des gendarmes
Affrontement entre des gilets jaunes et les forces de l'ordre le 1er décembre à l'Arc de Triomphe (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)
Affrontement entre des gilets jaunes et les forces de l'ordre le 1er décembre à l'Arc de Triomphe (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)

Info L’Essor – Gilets jaunes: seuls 10 % des tirs de LBD 40 ont été effectués par des gendarmes

A la veille de l’Acte XII des Gilets jaunes, les membres des forces de sécurité attendaient avec inquiétude la décision du Conseil d’Etat qui statuait en référé sur l’utilisation du lanceur de balles de défense dans le cadre des manifestations. Les policiers avaient probablement plus de raison que les gendarmes de craindre une interdiction de ces armes. En effet, selon les chiffres obtenus par L’Essor, sur les 9.228 tirs de balles de défense effectués dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, 1.065 l’ont été par des gendarmes. Les policiers sont donc à l’origine de 8.163 tirs de balles de défense, soit 90 % de l’ensemble.

Lire aussi sur L’EssorLe Conseil d’Etat refuse d’interdire le LDB 40 pour les manifestations

L’encadrement strict des gendarmes durant le maintien de l’ordre se retrouve également dans le détail de ces chiffres. En effet, les gendarmes mobiles, spécialistes du maintien de l’ordre de l’Institution, ont tiré les trois quarts des balles de défense utilisées depuis le 17 novembre 2018, contre un quart pour les gendarmes départementaux.

Côté Police en revanche, la très grande majorité des tirs de balles de défense ont été le fait des policiers des BAC, constitués en détachements d’action rapide (DAR), et des compagnies d’intervention de la Police. Moins bien formés au maintien de l’ordre que les CRS, ils ont  pourtant bien davantage fait usage de leurs lanceurs de balles de défense.

Pierre-Marie Giraud et Matthieu Guyot

A voir également

Une nouvelle prime de lien au service pour les militaires et gendarmes du corps de soutien

Une prime de lien au service remplacera des primes dans les armées et la prime de fidélisation aux sous-officiers du corps de soutien technique administratif de la Gendarmerie nationale.

17 Commentaires

  1. John

    Le genre d’articles qui va encore plus diviser policiers et gendarmes

    Blablabla nous les gendarmes on fait attention on est pas responsables des accidents et on se maîtrise
    Blablabla les moblos ce sont comme les crs des pros du maintien de l’ordre
    Blablabla on devrait laisser uniquement crs et moblos gérer

    Puis aussi des divisions intra police, intra services.

    La majorité des manifs importantes et violentes ont été dans des villes sous l’égide de la police donc c’est forcément logique que la majorité des tirs proviennent de la police, et encore plus des bac et autres unités qu’ils appellent ci, csi, dar…

    Pour moi ça n’a pas lieu d’être, arrêtons de nous tirer dans les pattes, encore plus en public

    • Je trouve cet article stérile les DAR sont formés à l interpellation dans le cadre de violences urbaines ce n est pas du maintien de l ordre il faut comparer ce qui est comparable de plus il y a plus de délinquance en zone urbaine qu en campagne à part diviser les forces de sécurité intérieure cet article ne sert pas à grand-chose je suis déçu

    • Fougasse

      En dehors des querelles – internes ou pas – sur les rôles et mérites respectifs des différentes forces de l’ordre, il me semble qu’il serait intéressant de comparer les chiffres des gendarmes mobiles avec ceux des CRS, ces deux types d’unité étant plus comparables (formation plus complète au maintien de l’ordre, fonctionnement en unités constituées avec un encadrement plus rodé au maintien de l’ordre etc.)

      L’autre question qui me vient à l’esprit : qui fait le plus d’interpellations? Pour ce que j’ai pu constater, à la télé ou sur le terrain à Paris, il me semble (je dis bien il me semble) que la majorité des interpellations est faite par des unités de police (BAC/DAR, CSI, CS) moins rodées au maintien de l’ordre mais plus mobiles (moins de boucliers) et donc plus impliquées dans les interventions “dynamiques” et donc plus susceptibles d’aller “chercher” les casseurs et autres agités. Ça ne m’étonnerait pas que ce soient ces unités là qui tirent le plus au LBD

    • Choucas

      Commentaire inutile et à côté de la plaque puisque même en zone police la grand majorité des effectifs engagés est gendarmes. Les amalgames sont pénibles car la réalité c’est qu’il y a deux forces de qualité extrêmement différente et que le nier c’est simplement faite de la politique, pas servir la France et ses citoyens.

    • Colombo

      Comparaison intéressante et dont le résultat ne me surprend pas du tout. Le maintien de l’ordre est une affaire de spécialistes: GM et CRS. Concernant les manifs gilets jaunes, la plupart des escadrons GM engagés le sont en zone urbaine et il n’aura échappé à personne sauf à faire preuve de mauvaise foi qu’ils sont omniprésents en ville et notamment sur les Champs Elysées. Il est fort probable que la plupart des tirs et notamment des tirs ayant provoqué des blessures graves proviennent d’unités n’ayant pas vocation à faire du maintien de l’ordre à la base. Les images démontrent en effet que certains tirs sont totalement gratuits.

    • Que du baratin. Lors d’un samedi des “gilets jaunes”, 89.000 personnels engagés, dont 65.000 gendarmes et 14 VBRG, donc coté police 89.000 – 65.000 = 24.000 policiers et 10 cavaliers ; on rêve. Des chevaux en M.O. nous voilà de retour en 1936 ou les manifestants jetaient des billes sous les sabots des chevaux pour les faire tomber ou leur sectionnaient les tendons avec des instruments tranchants. Comparez les effectifs globaux “Gendarmerie-Police” après on verra. A Dinan (22) on avait supprimé les gendarmes pour mettre les policiers ! Quelques années plus tard, changement de décor, on vire la police pour implanter la Gendarmerie. Cherchez l’erreur.

  2. Cruchot

    Bravo l’essor pour cet article à charge.
    Les policiers sont à l’origine de 100% des utilisations de canon à eau, merveilleux !!!
    Les gendarmes sont à l’origine de 100% de l’usage de blindés, quel scoop !!!
    Les policiers gèrent 99,99% du contrôle de l’immigration aux frontières, splendid !!!
    Les gendarmes sont à l’origine de 100% des survols en hélico du territoire pour des missions de sécurité, ça c’est de l’info !!!
    Quid de qui est le plus fort RAID ou GIGN ??? Je m’en tape, tant qu’ils sont efficaces !!!
    PSIG ou Bac ? La même chose…
    Si les policiers ont tirés 90% des balles cal 40 c’est que peut être ils gèrent 90 % des manifestations qui se produisent en ville, soit 10% du territoire.
    Tout comme ils sont à l’origine de 90% des interpellations effectuées sur le territoire national toutes affaires confondues, alors la zone gie comprend 90% du territoire.
    Dernier scoop, les pompiers sont à l’origine de 100% des assistances aux victimes.
    Cet article aurait pu trouver preneur à l’époque de la maréchaussée, mais en 2019 nous préférons travailler main dans la main et non pas l’un contre l’autre.
    Nous en BLEU, eux en BLANC et les pompiers en ROUGE !!!

  3. Hirondelle

    Il est toujours intéressant de disposer de données pour se faire une idée sur la participation de chacune des forces représentées.
    La consultation des reportages des médias sur la participation de la gendarmerie aux opérations de MO ne conforte pas l’idée qu’elles aient été supportées en majeure partie par la PN, notamment en zone de police.
    Cela paraît d’autant plus vrai lorsqu’on se base sur le chiffre des EGM déployés et qui frise le maximum possible.
    Sans tomber dans les querelles de clocher, il faut dire que la GN du se substituer à la PN dans une zone qui ne ressort pas de sa compétence.
    En matière de ”tir dans les pattes” on ne peut pas dire que les CRS jouent le jeu de la solidarité au sein d’une maison où elle n’existerait pas toujours.

  4. Navarro

    Les LBD40 et les grenades GLI-F4 sont des armes défensives, or l’on a assisté à une utilisation qui dépassait ce cadre. Le cas du gilet jaune Jérôme Rodrigues en est l’illustration. Le groupe de policiers était entrain de mener une charge suite à un objet lancé par un manifestant. Pourquoi donc ce tir de LBD40 dans ces circonstances ? Les forces de l’ordre identifient un individu malveillant , et le porteur du LBD40 tire dans le tas… Alors que les circonstances auraient dû mener à simplement interpeller le suspect !
    La doctrine doit évoluer, et le comportement aussi. Le policier qui a tiré ce jour-là, dit avoir voulu tirer sur un homme en fuite et malencontreusement, c’est Jérôme Rodrigues qui a été touché… depuis quand tire-t-on sur un homme en fuite au milieu de la foule ?
    Donc dans la pratique, les forces avancent, pas d’usage des armes défensives, les forces subissent usage des armes défensives autorisées, et certainement pas les pratiques actuelles.

    • D’accord avec vous Navarro ; mais ce n’est pas un gendarme qui a tire, mais encore un policier. C’est normal ce sont les cow-boys des temps modernes. Ily a un sérieux tri à faire.

    • attendez le résultat de l’enquête Igpn avant de raconter n’importe quoi, le sang sur laballe du Lbd déposée par les avocats de rodriguez n’est pas le sien, et une vidéo superposant deux enregistrements faits sur place montre que le policier qui tire avec son FB, ne tire pas dans sa direction. Pour le reste, je peux comprendre certains, faire les 3/4 de la criminalité du territoire national oblige aussi des unités mobiles à faire des interpellations et prendre des risques pendant que d’autres sont en statique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !