mercredi 24 avril 2019
Accueil / A la une / Info L’Essor – Le commandant de la compagnie de sécurité de Matignon sur le départ
Photo d'illustration. Garde républicains et légionnaires dans la cour des Invalides (MG/L'Essor)
Photo d'illustration. Garde républicains et légionnaires dans la cour des Invalides (MG/L'Essor)

Info L’Essor – Le commandant de la compagnie de sécurité de Matignon sur le départ

INFO L’ESSOR – La Gendarmerie tente de tourner la page de la grogne de militaires de la Garde républicaine chargés de la sécurité du Premier ministre. Selon nos informations, l’un des deux officiers mis en cause dans la lettre anonyme de la fin août 2018 est sur le départ.

Lire aussi sur L’Essor : Des gardes républicains de Matignon dénoncent leur surmenage dans une lettre anonyme (actualisé)

Le capitaine à la tête de la compagnie de sécurité de l’hôtel de Matignon a en effet été invité à prendre ses permissions. Arrivé à l’été 2017, il ne devrait pas reprendre son commandement à l’issue de ses vacances. Il devrait être muté prochainement à un nouveau poste dans la capitale.

Courrier anonyme

Signe de l’attention de la direction générale à cette compagnie prestigieuse, le major général Christian Rodriguez, le n°2 de la Gendarmerie, a rencontré à Matignon les gendarmes dans la première quinzaine de décembre. Enfin, en janvier 2019, un séminaire de cohésion est prévu pour les 130 militaires de la compagnie.

Publiée sur internet à la fin du mois d’août 2018, cette lettre anonyme avait dénoncé les conditions de travail de gendarmes à l’Hôtel de Matignon. Ce long courrier de 19 pages, signé simplement “les gendarmes de la compagnie de sécurité de l’Hôtel de Matignon”, dénonçait notamment un “profond malaise”, une “fatigue générale et un surmenage”.

La lettre anonyme déplorait plus précisément la mise en place d’un nouveau service au mois de janvier 2018. Selon ce document, il y aurait eu 25 départs “en une année” et “la perte de trois gradés non remplacés”, des départs dus aux mauvaises conditions de travail.

Lire aussi sur L’Essor : Un garde républicain se suicide à l’Hôtel de Matignon (actualisé)

Suite à la publication de cette lettre anonyme, la direction générale a lancé une mission d’évaluation interne confiée à l’Inspection générale. L’audit a été remis au patron des gendarmes au début du mois de novembre. Au cours de ce même mois, le 5 novembre, un drame avait endeuillé la Garde républicaine : un gendarme s’était donné la mort dans les jardins de Matignon.

Gabriel Thierry (avec Pierre-Marie Giraud).

A voir également

Les tags sur la façade de la Gendarmerie de Landivisiau (Capture d'écran le Télégramme)

Des tags appelant au suicide inscrits sur la gendarmerie de Landivisiau (Vidéos)

Des slogans haineux appelant au suicide des policiers ont été inscrits sur la façade de …

6 Commentaires

  1. Patrick DESNOYER

    Si ce Capitaine est responsable, il mérite d’être muté, voir être viré. Commander cela s’apprend et surtout sur le terrain.

    • A.Agostini

      On se doutait bien de celà.
      Il faut virer cet arriviste.

      Rien de changé donc.

    • ESTIENNE

      Vous connaissez le dossier ? que savez-vous du passé de cet officier, qui vous dit qu’il n’a pas été sur le terrain ? L’article, pour peu que les informations du journaliste soient bonnes, ne parle pas de sanctions. Cette affaire me semble étrange : les lettres anonymes seraient donc prises en compte en gendarmerie et suffiraient à faire muter les chefs ? Pourquoi les militaires de cette compagnie n’ont pas fait valoir toutes les voies qui existent désormais pour se faire entendre : chaîne concertation, médiation de l’IGAG, COPIL RPS etc. Et au final l’officier serait muté sans plus de conséquences ?

  2. Daniel BRIERE

    Il existe normalement des voies réglementaires. La lettre anonyme fait mauvais effet. Le rapport du capitaine à son chef hiérarchique ou le rapport annuel sur le moral. Mais ces voies (voix) ne sont pas toujours entendues. C’est comme dans les manif tant qu’il n’y a pas de casse, on n’entend rien.

  3. claude34

    Les gendarmes sont de fervents utilisateurs de la lettre anonyme.

    Souvenez vous , il y a quelques années les sous officiers avaient agi ainsi , envoyant leurs épouses à la manif avec encore quelques lettres anonymes pour se plaindre de l’enfer dans lequel ils vivaient.

    Cela a marché . Le gouvernement leur a tout accordé . Il faut voir , maintenant leurs casernements neufs , leurs véhicules , neufs , et la décontraction avec laquelle ils effectuent leurs rondes en voiture . Clim l’été , au chaud l’hiver. Ils sont heu-reux !

    Ils n’ont pas été copiés par les policiers qui , eux continuent à travailler dans des locaux insalubres et à rouler dans des caisses pourries à 400.000 km au compteur. Non logés et payés une misère .

    A Matignon , tout le personnel est pressuré . civils et militaires . Le capitaine qui y effectue son temps de commandement exécute lui même les ordres qui lui sont donnés. Matignon n’est pas la compagnie ronron de trifouilli les oies et vu l’ambiance qui règne chez les gendarmes on pourrait en déduire que le commandant d’unité a payé pour la paix des braves.

    Les gendarmes qui se revendiquent militaires quand cela les arrange font partie désormais et ne l’oublions pas , du Ministère de l’intérieur.

    Je souhaite bon courage à leurs officiers.

  4. CNE (ER) Victor ALMEIDA

    Nul besoin d’un “identifiant anonyme”, pour dire que tout le bien que je pense du courage de la lâcheté de ceux qui utilisent les lettre anonymes. Je ne suis l’avocat de personne. Je retiens uniquement, que les notations et autres appréciations, pour peux qu’elles soient objectives doivent permettre de mettre en avant que qualités humaines et professionnels dont la manière de servir des uns et des autres. Cependant, ma courte expérience de 37 ans de service, m’a laissé apparaitre qu’a bien des niveaux y a plus de de maréchaux de France qu’il n’en faut. Par ailleurs, les comptes rendus, et autres rapports sont là également là pour rendre compte à la hierarchie de situations particulières. D’autre par les instances représentatives existent pour peu qu’elles soient saisies. Ainsi, s’il y a un problème d’organisation du service, ou de commandement la hiérarchie ne peut pas l’ignorer, et s’il y a un problème d’exécution des ordres, la hiérarchie ne peut pas l’ignorer non plus. Les problèmes ont vocation a être identifiés et solutionnés, mais pas de cette façon. Personnellement j’abjecte le procédé de la lettre anonyme qui ne grandit pas celui qui en est l’auteur. Quand on est sur de soi et de son droit on fait face.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !