dimanche 18 avril 2021
Accueil / A la Une / Incidents Place de la République: les unités non spécialisées en cause
Photo d'illustration (Crédit photo:GT/L'Essor).
Photo d'illustration (Crédit photo:GT/L'Essor).

Incidents Place de la République: les unités non spécialisées en cause

Des migrants molestés et un journaliste frappé. Réalisée par des unités non spécialisées, l’opération d’évacuation lundi soir de la place de la République occupée par des migrants et leurs soutiens, a été émaillée d’incidents.

Croche-pied et tabassage

Des images ont montré des migrants brutalisés. Sur certaines vidéos, on voit clairement des policiers d’une compagnie de sécurisation et d’intervention molester des migrants place de la République. D’autres images montrent un policier faire un croche-pied à un homme qui s’enfuit. Il s’agirait d’un commissaire de la BAC de Seine Saint-Denis, selon France Info. La radio précise que c’est un fonctionnaire de cette même unité qui a maintenu au sol le journaliste Rémy Buisine. Celui-ci, qui travaille pour Brut, affirme que le gardien de la paix l’a violenté à trois reprises

La BAC pour le maintien de l’ordre Place de la République

Un grand ancien de la gendarmerie mobile, interrogé par L’Essor, relève que “les policiers des unités non spécialisées en maintien de l’ordre, comme les BAC, interviennent souvent en électrons libres”. Il rappelle à cet égard l’utilisation excessive du lanceur de balles de défense par les policiers des BAC pendant des épisodes des manifestations des Gilets jaunes. Mobiliser ces unités pour évacuer la Place de la République, ce qui relève du maintien de l’ordre, interroge. “Ce n’est pas leur métier car elles sont faites pour chasser les délinquants sur le terrain“.

Lire aussi: Un rapport du Sénat confirme nos informations sur l’usage respectif Gendarmerie/Police du LBD-40

Mardi, le secrétaire général secrétaire du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) a mis en cause pour ces incidents les gendarmes mobiles. “On voit des gestes inappropriés de la part de certains gendarmes ou policiers“, a ainsi assuré David Le Bars sur France Info.

Lire aussi: Evacuation d’un camp de migrants à Paris 

Une accusation non prouvée par des images. “Nous sommes clean dans cette affaire“, a dit mercredi à L’Essor, un haut responsable de l’Arme. Il ajoute que l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGGN) ne recense aucune plainte sur ces incidents. L’Essor a vainement tenté de joindre ce mercredi à deux reprises David Le Bars.

PMG

Crowdfunding campaign banner

5 Commentaires

  1. guy robin

    Depuis bien longtemps déjà on remarque une grande différence de comportement entre les forces de police et celles de la gendarmerie au bénéfice de cette dernière. Dans la gendarmerie, la rigueur est de mise et les sanctions tombent dans des délais très courts lorsqu’elles sont justifiées. Les médias nationaux font d’ailleurs le rapprochement entre les deux services depuis quelques jours.

  2. monique thibault

    a t on cherché de quels quartiers viennent les provocateurs de la police. Il fut un temps où les “chances pour la France” étaient embauchées massivement. Beaucoup de ces jeunes ne sont ils pas en train de semer la pagaille pour mettre le discrédit sur la police en général et prendre le pouvoir. En force, c’est ce qu’ont fait les Allemands avant la guerre de 1939, ils avaient tout intégrés et les troupes n’ont plus eu qu’à rentrer. Mais CHUT, c’est du racisme . Et ça personne n’en parle

  3. MICHELE HUART

    Incidents Place de la République : c’est bien de pouvoir clarifier les choses : soutien à nos gendarmes !

  4. DRAILLET

    Etre gendarme c’est d’abord être militaire et gendarme ce n’est pas un métier c’est une vocation

  5. Pharamond

    Mon soutien total et sans réserves à nos GM et policiers qui font un travail ingrat et remarquable quoique pissent les plumitifs complices objectifs des casseurs (cf France 3 Aquitaine qui floute leurs visages)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.