dimanche 29 mars 2020
Accueil / A la une / Incendie sur le chantier d’une caserne de Gendarmerie dans l’Eure
La piste criminelle est privilégiée dans l'enquête sur l'incendie d'une caserne de gendarmerie en construction à Louviers, dans l'Eure (Captures d'écran : Frederic Capet / Facebook)
La piste criminelle est privilégiée dans l'enquête sur l'incendie d'une caserne de gendarmerie en construction à Louviers, dans l'Eure (Captures d'écran : Frederic Capet / Facebook)

Incendie sur le chantier d’une caserne de Gendarmerie dans l’Eure

La piste criminelle est privilégiée. Un incendie a touché mardi 18 février 2020 le chantier de la caserne de Gendarmerie en construction à Louviers, dans l’Eure.

Sur les coups de 17h30, les sapeurs-pompiers de l’Eure interviennent à Louviers. Un incendie s’est déclaré sur le toit du chantier de la future caserne. Quelques minutes auparavant, des individus auraient été aperçus sur les lieux mettant le feu à une palette en bois, rapporte Paris-Normandie. Très vite, les flammes se propagent à des outils et des produits chimiques inflammables stockés à proximité. Mais les soldats du feu parviennent à maîtriser l’incendie. Fort heureusement, la structure du bâtiment n’a pas subit de dégâts.

L’édifice, dont la construction a débuté au printemps 2019, devrait être opérationnel cet été. À terme, il accueillera quatre unités Lovériennes. La compagnie, la brigade territoriale, la brigade de recherches et le peloton de surveillance et d’intervention.

Lire aussi : Un plan de rénovation et de sécurisation des casernes de gendarmerie

Déjà des dégradations en janvier

Ce n’est pas la première fois que le chantier est la cible de dégradations. En janvier, déjà, trois personnes avaient été interpellées en flagrant délit pour des jets de projectiles. Bilan: une trentaine d’impacts et plusieurs vitres brisées. Néanmoins, les investigations n’ont pour le moment pas permis d’établir de lien entre l’incendie et ces actes de vandalisme.

À mi-chemin entre Rouen et Évreux, la zone est sous la compétence de la Police nationale. L’enquête, confiée au commissariat de Louviers/Val-de-Reuil, privilégie la piste criminelle. En effet, cité par La Dépêche de l’Eure, un commandant de police précise que l’incendie est d’origine volontaire. En conséquence, afin de prévenir la réitération d’actions malveillantes à l’encontre du futur bâtiment militaire, le chantier restera désormais placé sous surveillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *