lundi 13 juillet 2020
Accueil / A la une / Incendie d’antenne-relais en Ardèche en 2019: dix interpellations
Une antenne-relais. Photo d'illustration. (Crédit: Richard Revel)
Une antenne-relais. Photo d'illustration. (Crédit: Richard Revel)

Incendie d’antenne-relais en Ardèche en 2019: dix interpellations

Les gendarmes viennent de réaliser un coup de filet spectaculaire. Dans l’enquête sur l’incendie d’une antenne-relais en Ardèche, ils ont en effet interpellé mardi une vingtaine de personnes, dont l’organisatrice du sabotage.

Le 24 août 2019, un relais TDF à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) est incendié. Ce sinistre volontaire entraîne donc l’ouverture deux mois plus tard d’une information judiciaire par le tribunal judiciaire de Privas. Une information judiciaire ouverte pour “destruction de bien par moyen dangereux pour les personnes”.

Après plusieurs mois d’enquête, 150 gendarmes lancent mardi 2 juin 2020 une série d’interpellations dans cinq départements (Vaucluse, Drôme, Essonne, Hauts-de-Seine, Haute-Garonne). Neuf personnes se voient placées en garde à vue et neuf autres entendues en qualité de mis en cause ou de témoin. Au cours des auditions, une dixième personne se voit placée en garde à vue.

À l’issue des gardes à vues, l’instigatrice de cette opération a été déférée devant le magistrat instructeur en vue de sa mise en examen. Le parquet n’a pas précisé si cette personne appartenait à une mouvance particulière. Les neuf autres, remises en liberté, ont reçu des mandats de comparution.

Lire aussi: Arrestation de deux hommes soupçonnés de l’incendie d’une antenne-relais dans le Jura

Multiplication des destructions d’antennes-relais depuis un an

Depuis un an, les destructions d’antennes-relais se multiplient en France, dans le cadre du déploiement de la 5G. Des actes revendiqués la plupart du temps par des mouvements d’ultra-gauche. Pendant la période du confinement, une bonne vingtaine d’antennes-relais ont ainsi subi des destructions. Des actions qui n’ont d’ailleurs pas diminué depuis. Dernière en date, celle de Rimon-et-Savel, dans la Drôme, en début de semaine. D’autres ont également été commises en Isère, dans l’Aude, le Gard, le Jura, le Loiret, le Pas-de-Calais ou les Côtes d’Armor. Des opérations généralement attribuées à des membres de l’ultragauche ou à des militants complotistes anti-5G.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *