mercredi 22 mai 2019
Accueil / A la une / Il manque d’écraser deux gendarmes pour échapper au dépistage d’alcoolémie
Un contrôle routier (Crédit photo:MG/L'Essor).
Un contrôle routier (Crédit photo:MG/L'Essor).

Il manque d’écraser deux gendarmes pour échapper au dépistage d’alcoolémie

Un automobiliste de l’Isère a manqué d’écraser coups sur coup deux gendarmes. Il a cherché à éviter un dépistage d’alcoolémie. Ironie du sort, il était négatif!

Un nouveau refus d’obtempérer a failli tourner au drame relate Le Dauphiné Libéré. Les faits remontent au week-end dernier dans l’Isère.

Lire aussi sur L’EssorUn gendarme des Yvelines ouvre le feu après un refus d’obtempérer

Dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 avril, le conducteur d’une Renault Mégane RS refuse d’obtempérer à deux reprises. Et ce afin d’échapper un dépistage d’alcoolémie à Nicolas-Vermelle.

Une première fois, vers 4 heures, un automobiliste force le passage lors d’un contrôle. Il éteint ses phares afin de rendre illisible avec sa plaque d’immatriculation. Il manque alors d’écraser un gendarme de la brigade motorisée des Abrets. Ce dernier doit s’écarter in-extrémis.

Quelques secondes plus tard, rebelote avec les gendarmes du peloton motorisé de La Verpillière. Ceux-ci sont positionnés en second rideau. Là encore, le conducteur de la Mégane éteint ses phares et refuse de s’arrêter. Une nouvelle fois, un gendarme manque d’être percuté.

Les gendarmes, qui ont le temps de relever la plaque minéralogique, parviennent rapidement à identifier son propriétaire: ce dernier, un habitant de la région âgée de à 28 ans, est aussitôt contacté. Une heure plus tard, amené par sa femme, il se présente sur le point de contrôle. Invité à souffler, il est alors …négatif! Sa voiture a été saisie de manière conservatoire et il sera poursuivi pour les refus d’obtempérer.

D.C

A voir également

Lors de la manifestation des Gilets jaunes du samedi 20 avril (Ph: GT/L'Essor).

Le Conseil d’Etat refuse de suspendre la grenade GLI-F4

La Ligue des droits de l'homme et l'Action des chrétiens pour l’abolition de la torture avaient saisi la plus haute juridiction administraive en référé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !