vendredi , 18 juin 2021

Un Marocain radicalisé a été expulsé en urgence. Photo d'illustration (Flickr).
Un Marocain radicalisé a été expulsé en urgence. Photo d'illustration (Flickr).

Il avait menacé de décapiter un gendarme: un homme expulsé en urgence vers le Maroc

En mai dernier, un Marocain en situation irrégulière a été expulsé en urgence. Radicalisé, l’homme avait notamment menacé de décapiter un gendarme.

“Je vais décapiter la tête d’un gendarme et je vais la poser devant le magasin ou devant une gendarmerie”. Ce jour d’avril 2021 dans un supermarché de Mandelieu-la-Napoule, dans les Alpes-Maritimes, K. a dépassé les bornes. Arrêté, ce Marocain sans emploi se retrouve en garde à vue. “Allah akbar” répète-t-il aux policiers tout en leur confiant sa volonté de mourir en martyr. Un épisode qui va déboucher sur son expulsion de France, manu militari.

Un profil inquiétant

Musulman radicalisé, âgé de 31 ans, K. était déjà connu des services de police auxquels il a eu affaire au moins trois fois en 2019, explique l’hebdomadaire Marianne qui révèle l’information. Une première fois dans la région de Cannes où les forces de l’ordre avait interrompu un prêche improvisé par l’homme, en djellaba, sur le toit de sa voiture. Le tout, devant des employés médusés de l’entreprise Thalès, spécialisée dans les armements.

En octobre de la même année, leurs collègues du Var le contrôle alors qu’il marche dans les rues de Saint Raphaël. Dans ses poches, il cache un couteau à cran d’arrêt et une boite de lames. Au commissariat, il s’en prend à la France, “pays de mécréants” et aux femmes françaises qu’il juge impudiques. Il ressort libre. MAis les forces de sécurité contrôlent à nouveau au mois de novembre avec un cutter et du cannabis. Il écope cette fois d’un rappel à la loi.

A la suite de ces contrôles, la préfecture de Nice le convoque pour régulariser sa situation. L’homme s’en prend encore une fois à la mentalité des Français. Il ment également sur sa situation. K. prétend en effet être arrivé en France à l’âge de 15 ans dans le cadre d’un regroupement familial. Or, si une partie de sa famille réside bien en France, il a toujours été en situation irrégulière.

Expulsé en urgence vers le Maroc

En avril 2021, ses esclandres dans le supermarché de Mandelieu-la-Napoule, auquel il promettait de “foutre le feu”, et au commissariat de la ville pendant sa garde à vue, vont finalement faire réagir les services de l’Etat. Pour ses menaces contre personne dépositaire de l’autorité publique et menaces réitérées de commettre une destruction dangereuse pour les personnes, le tribunal judiciaire de Grasse le condamne à quatre mois de prison dont deux mois avec sursis. C’est le moment choisi par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour se pencher sur son cas. Une rapide enquête démontre que ses centres d’intérêts tournent autour du terrorisme et des armes. Il s’est notamment renseigné sur internet pour savoir “comment faire sauter un tribunal”

Face à ce profil radicalisé, susceptible de commettre un attentat, l’administration préfectorale et le ministère de l’Intérieur signe alors un arrêté d’expulsion, pris en urgence. Mis dans un centre de rétention administrative (CRA), à Nice, l’homme tente de faire appel. Une requête repoussée par le juge des libertés et de la détention. K. sera finalement expulsé vers le Maroc au cours du mois de mai.

Lire aussi: Un suspect interpellé par l’antenne GIGN de Toulouse quelques heures après l’homicide de Saint-Michel

Cette procédure, rare, ne vise que quelques dizaines d’individus par an au casier judiciaire chargé. Dans cette affaire, elle s’expliquerait, selon Marianne, par la volonté du ministère de l’Intérieur de donner des signes forts en matière de sécurité et d’expulsions d’étrangers au profil dangereux

3 comments

  1. Il faut aussi s’assurer qu’il ne revienne plus !

  2. Pour une fois c’est une excellente réaction

  3. Oui, c’est bien mais qu’il ne remette plus les pieds sur notre territoire celui-là !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.