samedi 31 octobre 2020
Accueil / A la Une / Hollande mercredi au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier
Réservistes de la Gendarmerie à la brigade territoriale autonome (BTA) de Mer (Loir-et-Cher). (Photo: ND./L'Essor)
Réservistes de la Gendarmerie à la brigade territoriale autonome (BTA) de Mer (Loir-et-Cher). (Photo: ND./L'Essor)

Hollande mercredi au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier

François Hollande rencontrera mercredi au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier (Dordogne) “des membres de la réserve opérationnelle en formation”, six jours après l’attentat de Nice suite auquel il a annoncé son intention de recourir à ces forces, a indiqué l’Elysée mardi.

François Hollande se verra présenter l’engagement des réserves de la gendarmerie et du nouveau dispositif de formation, rencontrera de jeunes réservistes, et prononcera un discours à 11H30, selon le programme détaillé de la visite.

Ce discours portera non seulement sur la réserve opérationnelle mais devrait avoir aussi une portée “plus large”, a-t-on indiqué au Palais.

Quelques heures après l’attentat de Nice, qui a fait au moins 84 morts, François Hollande, dans une allocution depuis l’Elysée, annonçait sa décision de faire appel à la réserve opérationnelle, “c’est-à-dire à tous ceux qui à un moment ont été sous les drapeaux ou dans les effectifs de la gendarmerie pour venir soulager les effectifs de policiers et de gendarmes”.

“Nous pourrons les déployer sur tous les lieux où nous avons besoin d’eux et en particulier pour le contrôle des frontières”, précisait le chef de l’Etat. Samedi soir, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait appelé “tous les Français patriotes qui le souhaitent” à rejoindre la réserve opérationnelle. La réserve opérationnelle constitue un vivier de volontaires et anciens militaires, au service des armées et de la gendarmerie.

Elle comprend 180.000 hommes et femmes au total, toutes catégories confondues, parmi lesquels l’Etat peut puiser en cas de nécessité. L’armée compte à elle seule 28.000 réservistes volontaires et la gendarmerie 26.000, selon les données du Conseil supérieur de la Réserve militaire. S’y ajoute une réserve beaucoup plus importante de 98.000 anciens militaires d’active et 28.000 anciens gendarmes, soumis à une obligation de disponibilité dans les cinq ans suivant la fin de leur contrat.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.