mardi 29 septembre 2020
Accueil / A la Une / Hervé Cornara,  décapité à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), déclaré « Victime du terrorisme »
Paris, le 14 novembre. Dans la rue de Faidherbe, des policiers sécurisent la zone à proximité du croisement avec la rue de Charonne où un attentat a eu lieu la veille au soir. Photo: M. GUYOT/ESSOR
Paris, le 14 novembre. Dans la rue de Faidherbe, des policiers sécurisent la zone à proximité du croisement avec la rue de Charonne où un attentat a eu lieu la veille au soir. Photo: M. GUYOT/ESSOR

Hervé Cornara,  décapité à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), déclaré « Victime du terrorisme »

Le chef d’entreprise Hervé Cornara, 54 ans, assassiné puis décapité le 26 juin 2015 par l’un de ses employés, a été déclaré « Victime  du terrorisme » par un arrêté publié mercredi au Journal officiel. La mention « Victime du terrorisme » a été inscrite sur son acte de décès.

La tête décapitée d’Hervé Cornara avait été retrouvée,  entourée de drapeaux islamiques et suspendue au grillage d’une entreprise de gaz industriels de Saint-Quentin-Fallavier (Isère).

Yassin Salhi, 35 ans, l’auteur présumé des faits, s’est suicidé en décembre 2015 dans sa cellule de Fleury-Mérogis.

Le 26 juin 2016, lors d’une cérémonie à Fontaines-sur-Saône, au nord-ouest  de Lyon  où résidait Hervé Cornara, le chef d’entreprise avait été fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Une autre personne, Véronique Ricour Lagache de Bourgies, 54 ans, journaliste,  tuée le 13 novembre 2015 à la terrasse du café «A la belle équipe », rue de Charonne à Paris XIème) été également été déclarée « Victime du terrorisme ».

Pour les enfants dont l’un des parents est décédé, le fait que l’acte de décès comporte la mention « victime du terrorisme » leur donne la vocation à la qualité de pupilles de la Nation. Les enfants adoptés par la Nation ont droit, jusqu’à l’âge de vingt et un ans, à la protection, au soutien matériel et moral de l’Etat pour leur éducation. En cas d’insuffisance des ressources de la famille, la Nation assure la charge, partielle ou totale, de leur entretien et de leur éducation.

Près d’une soixantaine de Français, tués notamment lors des attentats du 7 janvier et du 13 novembre 2015 à Paris,  ont déjà été déclarés « Victimes du terrorisme ». Cette mention, créée en décembre 2012, peut figurer – avec l’accord des ayants droit – sur l’acte de décès de la victime de nationalité française tuée lors d’attentats sur le territoire français ou à l’étranger.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *