dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Henri Martinez quittera la présidence de l’UNPRG le 23 septembre
Henri Martinez et Alain Dumait renouvellent la convention qui lie L’Essor à l’UNPRG lors du congrès d’Evian en 2016. (Photo: M. GUYOT/L'Essor).
Henri Martinez et Alain Dumait renouvellent la convention qui lie L’Essor à l’UNPRG lors du congrès d’Evian en 2016. (Photo: M. GUYOT/L'Essor).

Henri Martinez quittera la présidence de l’UNPRG le 23 septembre

INFO L’ESSOR Henri Martinez, 72 ans, président de l’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie (UNPRG) depuis 10 ans, a annoncé qu’il ne demanderait pas le renouvellement de son mandat. Ce renouvellement aura lieu à l’occasion d’un conseil d’administration national (CAN) convoqué au siège de Nogent-sur-Marne les 22 et 23 septembre 2020.

C’est par un courrier, daté du 17 août, et envoyé aux présidents départementaux et aux administrateurs nationaux –dont la rédaction de L’Essor a pu prendre connaissance– qu’Henri Martinez vient d’annoncer cette décision de “passer la main”.

“Un nouveau souffle” pour l’UNPRG

“Je perçois que l’association a besoin d’un nouveau souffle”, écrit-il dans cette lettre. C’est ainsi qu’il justifie sa décision de ne pas solliciter un sixième mandat de deux ans. Henri Martinez aura ainsi passé dix-huit années au service de l’association. Il a pris la présidence de l’union départementale (UD) du Lot-et-Garonne en 2002.

Habituellement, le renouvellement des instances de l’UNPRG, principale association de gendarmes retraités (issue d’une dissidence d’avec la FNRG en 1946), a lieu à l’occasion d’un congrès qui se tient tous les deux ans. Cette année, il était prévu que le 40e congrès se tienne les 27 et 28 mai, à Trégunc (Finistère). La crise sanitaire a amené à deux reprises le report de cette manifestation. Elle est maintenant annoncée pour le printemps 2021, sans autre précision.

Succession: suspense…

En général, l’élection du président par les membres du CAN, actuellement au nombre de 20, s’effectue après le renouvellement de cette instance. Ce ne sera pas le cas cette fois. L’élection du président se fera donc dans la composition du CAN issue du précédent congrès. Ce dernier s’était tenu au Cap d’Agde en mai 2018. Elle se fera donc avec Bernard Deligny, qui avait annoncé ne pas vouloir se représenter, mais sans Daniel Cerdan, élu en 2018, qui a démissionné.

Au sein du sérail, on pense que Jean-François Stéphan, président de l’UD du Morbihan se portera à nouveau candidat. Il était en effet déjà candidat à la présidence en 2018. A l’époque, il avait obtenu 4 voix sur 21 votants. On parle aussi de Jacky Lefort, entré au CAN en 2018. Le colonel de réserve et ancien officier de communication au Sirpa était militant du Mouvement des citoyens (MDC), un parti fondé par Jean-Pierre Chevènement, à Bethune (Pas de Calais).

Dernier clin d’œil à L’Essor

Henri Martinez, dans sa lettre de 1.200 mots annonçant sa démission, évoque à deux reprises la rupture avec L’Essor, dont il a pris seul l’initiative, et qu’il dit aujourd’hui “regretter”.  Il la justifie par le “jusqu’auboutisme” (sic) de son directeur qui aurait “refusé de prolonger la convention pour une année” (sic). “C’est avec émotion et fierté que je vous dis Au revoir”, conclut-il. Henri Martinez reste néanmoins membre du CAN. Il participera donc à l’élection du 23 septembre.

Lire aussi: Rupture entre L’Essor et l’UNPRG: le directeur de L’Essor s’explique

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *